l'interview

Stéphane Sahakian

directeur

Harley Owner Group France

La vérité, c'est le quotidien  !

JR : Bonjour Stéphane, parles nous de tes premières bécanes ?

Stéphane : J'avais 16 ans, une 125 Yamaha et ensuite une Honda, j'aimais ça, mais à l'époque on ne pouvait pas parler de passion.

JR : Et Harley, ta première ?

Stéphane : C'était bien avant, j'avais cinq ans !

JR : Oups, à l'arrêt tu devais avoir du mal à mettre les pieds par terre ?

Stéphane : Heureusement, je n'avais pas ce problème, mais ma première Harley c'était la WLA de mon père, assis sur le réservoir devant lui, j'étais heureux, c'était ma moto !

JR : La WLA, pour beaucoup, c'est le synonyme de  liberté.

Stéphane : Oui, c'est la moto que l'armée US a utilisée pour la libération, mais c'est aussi une bécane largement diffusée dans le civil, le début d'un nouveau style de vie.

JR : J'ose à peine te demander tes autres Harley's....

Stéphane : Et bien "dès que j'ai pu mettre les pieds par terre" il y a une vingtaine d'années, une Electra sport puis un Road King.

JR : Ta première passion, ton truc, c'était pas la bécane ?

Stéphane : La musique a été ma vie, comme musicien, avec des copains en 1978 nous avions formé un groupe, et aussi professionnellement.

JR : Professionnellement ?

Stéphane : Oui, comme ingénieur du son.

JR : C'est un job magique, bouger les manettes n'est pas tout ?

Stéphane : Il faut avoir l'oreille musicale !

JR : Tu avais une spécialité ?

Stéphane : J'ai fait trois métiers des techniques du son et des lumières, les studios d'enregistrements, les tournées et les spectacles, les doublages de films.

JR : Généralement, dans ces métiers, on se réfère presque toujours à un maître, une école, un style ?

Stéphane : J'ai été l'élève de Loulou Gasté.. c'était un grand, un très grand. 

JR : Les tournées, ça devait être la course en permanence, tu as dû y voir du beau monde ?

Stéphane : La tournée de Joe Cocker c'était quelque chose, mais en général c'est un métier où tout semble devoir se faire dans la précipitation, si on est pas en retard, cela ne veux pas dire qu'on est en avance.

JR : Les tournées, les spectacles, cela forge une sacrée expérience pour organiser des événements !

JR : Venons au HOG comment on devient directeur national.

Stéphane : Je devenais de plus en plus passionné par le monde Harley, et je roulais en Harley que j'avais achetée chez Michel Borie. Lorsque le Paris Sud Est Chapter a été créé, j'ai adhéré, j'en ai même été Road Captain.

JR : Donc le "Boss" a été ton boss ?

Stéphane : Oui, en 1995 j'ai été engagé par Harley en Allemagne comme consultant relations presse et en 1999 j'ai été nommé à la direction du HOG France.

JR : Je suppose que c'est un job formidable ?

Stéphane : En France il y a 10 000 membres, 45 Chapters avec 3 800 adhérents. Les Chapters sont de plus en plus actifs, ils organisent de nombreux événements, qui sont de plus en plus importants.

JR : Il y a aussi les rallyes HOG.

Stéphane : Le succès de Grimaud avec le rally Européen 2005, nous a confortés dans notre volonté de renouer avec la tradition d'un Grand rally national, cette année les 2, 3 et 4 juin, ce sera Morzine.

JR : Morzine ce sera comment ?

Stéphane : Avec Harley France, nous y avons mis l'essentiel de nos ressources événementielles, la programmation musicale sera époustouflante, pour le reste tous les ingrédients d'un grand rally seront rassemblés.

JR : Tu veux dire comme pour le rally Européen 2005 ?

Stéphane : C'est ça, les runs, le village Harley, le HOG Hospitality, les démos, les exposants, les défilés de mode, le bike show, les concerts !

JR : L'accès est gratuit ?

Stéphane : Oui, la municipalité de Morzine souhaitait un événement Harley, sa participation permet la gratuité de l'accès au site.

JR : Tu as un message à faire passer pour Morzine ?

Stéphane : Oui, avec Harley-Davidson France, nous comptons sur les tous les HOG members pour qu'ils viennent, cette fête nous l'organisons pour eux. Bien sûr pour tous les utilisateurs d'Harley-Davidson et tous les bikers aussi, mais c'est d'abord en pensant aux membres du HOG que nous avons conçu cette organisation.

JR : Pour revenir à des sentiments plus personnels, ton trip c'est ou ça a été quoi ?

Stéphane : Ça a été les voyages sac à dos, partir en stop de Paris. C'est vivre mes passions, ce que m'apporte ma vie professionnelle actuelle.

JR : Quelle est ta devise ?

Stéphane : Pour moi " la vérité, c'est le quotidien ".

JR : Question habituelle, qu'est ce que tu aimes et qu'est ce que tu n'aimes pas ?

Stéphane : Je n'aime pas l'intolérance et l'hypocrisie, J'aime faire plaisir et me faire plaisir.

JR : Merci Stéphane de nous avoir accordé tout ce temps, nous te souhaitons des concerts multicolores entouré de tous tes amis... et  20 000 bikers à Morzine.

Article JR, photos Marie, Jean-Ber, Stéphane