l'interview

le Boss

 

 

 

 

 

de Paris !(sud est chapter)

la passion fait durer..

Philippe.. le Boss, véritable distributeur de chaleur humaine,

conjugue l'amitié à tous les temps du futur et du présent .

JR

JR : Bonjour Philippe, tout le monde te connaît par ton  surnom.. "le boss" je te propose que nous l'utilisions pour cet entretien.

le Boss : Bonjour Jean-René, tout le monde te connaît par ton surnom " JR ".. on fait comme pour moi ?

JR : J'aime quand ça embraye comme ça.. Pour entrer dans le vif du sujet parles nous de tes motos ?

le Boss : Ça va être vite fait, aujourd'hui j'ai deux bécanes, une Honda CB750 de 1978 et une Electra Ultra de 1994. La Honda c'est ma première moto, et ma première Harley, c'était une Electra que j'avais achetée en 1990 et que l'on m'a volée en 1993.

JR : Tu ne serais pas un tantinet conservateur ?

le Boss : Si on ne m'avait pas piqué ma première Electra aujourd'hui je roulerai avec.

JR : Est ce que tu es collectionneur ?

le Boss : Pas de motos.. mais j'empile les tee-shirts des concessions et les bananes des Chapters.

JR : Les Chapters parlons en, ou plutôt le Chapter..

le Boss : Le Paris Sud Est Chapter, c'est le plus grand !

JR : Bon, c'est peut être un peu rapide ?

le Boss : C'est simple, lorsque Michel Borie en 1993 a créé le Paris Sud Est, il m'a nommé director, ce que je suis encore aujourd'hui. De fait, je suis le plus ancien directeur de Chapter Français, et j'ai participé à tous les meeting director. Marianne, Bernard et Jean Claude sont à mes côtés depuis le début.

JR : Pour en arriver là, il faut une réelle harmonie avec tous.

le Boss : Avec Michel et Harriet Borie, " Harriet est la marraine de ma fille" nous partageons les mêmes passions, et avec nous les 160 membres du Chapter.

JR : Je sens une forte notion de clan, de famille, d'union dans tous tes propos ?

le Boss : C'est vrai que nous fonctionnons unis.

JR : Et les différences, ça donne quoi ?

le Boss : Il faut les accepter, regardes mon frère Pascal, il roule en Goldwyn.. mieux il est secrétaire de la fédération du Goldwyn de France et bien cela ne l'empêche pas d'être HOG life Member et d'adhérer au PSECF comme toute ma famille.

JR : Chez toi, l'implication c'est une affaire de famille ?

le Boss : Ma femme et mes quatre enfants sont HOG Life Member, et les deux derniers ont été inscrits au HOG avant de l'être à l'état civil, ma fille Camille-Hollister est née en 97 l'année du cinquantième anniversaire "d'Hollister" et mon fils Clément- Harley en 2001. Mes deux premiers Jérémy et Romain sont nés avant mon coup de foudre pour Harley.

JR : Je ne sais même plus quoi dire ..

le Boss : Je t'avais dit que tu serais surpris !

JR : Le bonheur c'est quoi, la famille et les amis.?

le Boss : Le plaisir d'être ensemble et de faire..

JR : De faire quoi ?

le Boss : Et bien par exemple, en 1992 Michel Borie était importateur des motos Buell, il a décidé de les faire courir aux couleurs BORIE RACING , nous avons été unis derrière le projet. Un autre exemple, l'amitié qui liait les membres du Chapter avec ceux du Languedoc, a engendré le premier jumelage entre Chapters Français.

JR : "Dieu" et "le Boss" forcément.. la rencontre était inévitable ..

le Boss : Jean- Pierre et moi nous nous apprécions, mais ce sont les différences entre nos deux Chapters qui ont créé les liens entre les membres, nous nous retrouvons toujours avec le plus grand plaisir.

JR : Depuis tout à l'heure, j'attends le moment où nous allons parler de tes talents musicaux.

le Boss : Oui, je chantonne pour faire plaisir aux copains.

JR : C'est vraiment trop de modestie, je t'ai découvert ce talent chez Krab à la Cucaracha 2005, franchement, nous avons été impressionnés et si je dis nous, c'est que toute la salle t'a fait une véritable ovation !

le Boss : C'est par hasard, en 1994, au Mont Saint Michel, après un repas "très très biker", le restaurateur avait une installation de karaoké, bien sûr j'ai été désigné d'office pour tester le truc, et là je me suis pris au jeu.

JR : Tu aurais voulu être un artiste..

le Boss : Il s'est passé un truc fou et sur l'air de "que je t'aime", en chantant j'ai entraîné Annick ma femme, médusée, vers le billard pour mimer un flirt torride.

JR : Tu n'a jamais pensé en faire un métier ?

le Boss : Non, cela reste un moyen de passer des bons moments et pour le reste, je travaille en famille et ça me va.

JR : Quelle est ta devise ?

le Boss : la passion fait durer !

JR : Inévitable question, qu'est ce que tu aimes et qu'est ce tu n'aimes pas.

le Boss : Avec l'age, je n'aime plus me prendre la tête et je n'aime pas les bananes.."les fruits". J'aime la vie...

JR : Merci Philippe, j'ai été très impressionné par ton humanisme, tu prouves ainsi qu'il y a plusieurs façons d'être "LE BOSS".

Nous te souhaitons toute l'affection possible en famille et entre amis.

Article JR, photos "le Boss" Philippe