Une coalition belgo-alsacienne envahit

la Champagne pendant la trêve pascale !

 

Nos reporters ont enquêté pour savoir si cette sorte de 5° colonne harley-tisée n’était pas envoyée par les instances européennes qui, peut-être, déserteraient Bruxelles et Strasbourg pour venir s’installer à Reims, à seule fin sans doute de réduire les frais de port sur le champagne pour pouvoir en consommer plus pour le même prix.

N’était-ce pas plutôt ( le chien de Mickey , non ! ) un Raid d’amitié entre des gens qui sèment…la bonne parole et la harleymania à travers nos contrées ?

 

Que nos lecteurs soient rassurés : point d’ardeur belliqueuse, point d’envahisseur en vue, non, rien que de la vraie et franche amitié.

Pas de quoi s’inquiéter, mais quand même : lorsque plus de 80 personnes fièrement juchées sur leur mécaniques rutilantes passent devant vous, y a pas, ça impressionne et ça vous donne quelques frissons.

Bien avant la frénésie du POT de Bénidorm, l’Alsace Chapter nous avait contacté pour que nous organisions ensemble cette rencontre, dont les effectifs ont grossi de jour en jour pour atteindre 50 personnes de leur côté.

 

Voulant à tout prix être plus nombreux que nous, nos amis d’Alsace ont conclu un accord avec les peuplades d’Outre-Quiévrain qui sont venus leur prêter main forte : La coalition Alsace-Chapter-Capital-of-Belgium était en marche pour se rendre dans la capitale-of-champagne.

Rien que du bon, je vous dis.

Après les habituelles embrassades ( il y a de nombreux ambrassadeurs parmi nous )

Arnaud, le concessionaire Harley-Davidson-Reims, également connu sous le pseudonyme de Trajectoire 51, nous a abreuvé d’une bonne bière, fraîchement tirée du fût ( nous n’avions qu’un seul fût.

 

En eussions nous eu 6 ainsi que 6 caisses, nous eussions pu mettre la main entre les caisses et le doigt dans le trou du fût…enfin, je crois ).

 

Un jambon qui passait par là s’est vu promptement dépecé et servi en ripaille à ces valeureux guerriers de l’asphalte, agrémenté de moultes pincées de parmesan entièrement taillé dans la masse.

 

Après avoir déposé ces estrangers à leur hôtel pour y faire quelques ablutions et se préparer au dîner, nous avons passé une agréable soirée contact, car si les belgiciens étaient venus chez nous il y a peu de temps, nos amis d’Alsace nous manquaient depuis de nombreuses années.

Le lendemain, ah, le lendemain…. : petit-déjeuner chez le vigneron.

 

Y a pas. Ca le fait ! Les Vilmart, père et fils, nous ont fait l’honneur de leur maison, raconté leurs origines et dévoilé une partie de leurs secrets de fabrication.

 

Puis, nous fûmes contraints – sous la menace, il va de soi – de consommer leur divin breuvage ( Toujours penser à réduire les stocks, hein ! Ne jamais oublier ce principe de bonne (di)gestion ) – et de reprendre la route avec modération et sécurité pour visiter le vignoble champenois sous le soleil un peu pâle de ce samedi saint.

 

La rive droite de la Marne nous a conduit vers Château Thierry dont les côteaux ensoleillés surplombant la Route du Champagne, nous ont régalés de leurs plus beaux paysages.

Le soleil étant au zénith, la cloche du repas s’est mise à sonner au loin dans la vallée, …sur le chemin des écoliers, …( euh, non ça c’est les Compagnons de la Chanson) et nous guidant à l’oreille, nous avons trouvé à Fossoy le couvert mis et le champagne au frais.

 

Michel Boilleau, viticulteur malgré son patronyme, nous y attendait d’assiette ferme, pour nous parler de sa maison et de son extrême dextérité à procéder à des dégorgements à la volée.

 

Ami lecteur : à ce stade du récit, il me semble nécessaire de te préciser qui si tu ignores ce qu’est un dégorgement à la volée – en dehors de toute considération primesautière ou gaudriollesque – tu viens à notre prochain Rallye et on t’explique.

 

L’après midi, nous roulâmes encore sur ces fabuleuses routes de champagne, par la rive droite cette fois, pour venir nous garer en fin d’après midi à plus de 60 motos sur la Place d’Erlon à Reims.

Ce fut un beau b….., mais j’aime bien !

 

Petite visite pedibus marchus dans le centre ville et re-ablutions à l’hôtel avant la soirée qui s’annonçait des plus animées.

 

En précaution, le sage qui dirige l’Alsace Chapter avait prévu des taxis – avec modération - pour venir et repartir de la soirée.
 

Un bon repas précédé de quelques gouttes de la boisson locale, un bon animateur, des convives bien décidés à profiter de la vie : tout était là pour que la fête soit un succès.

 

Nul n’en doutait d’ailleurs.

Mais il manquait le petit délire inattendu, le truc qu’on ne fait qu’une fois parce que c’est le bon moment ou le bon endroit ou avec les bons amis : la fille d’un membre de l’Alsace Chapter fêtait ses 23 ans ce samedi.

Quelqu’un a lancé l’idée de mettre quelques écus dans une timbale et de lui offrir une ou deux fleurs avec le produit de cette quête : la charmante à sans doute eu l’émotion de sa vie lorsque sous un fallacieux prétexte, elle fut amenée devant la scène et que 80 personnes en colonne indienne lui ont offert 80 roses.

 

Grosse grosse séquence émotion. Larmes assurées.

 

Ca, ça vous crée des souvenirs pour longtemps. Surtout pour elle.

 

Le lendemain, nos amis de la coalition ont visité les Caves Piper-Heidsieck – dont étions familiers – et nous les avons retrouvés pour une balade, qui dans Reims, qui vers la côte des blanc jusqu’aux Faux de Verzy ( Ami lecteur, si tu connais pas les Faux, …..voir plus haut ).

Après un déjeuner sympa au CIS, les groupes se sont séparés pour faire la route, chacun à son rythme, et en toute tranquillité.

 

Voilà un week-end pascal bien rempli et qui laissera à tous d’excellents souvenirs.

Mais déjà, entendons-nous au loin le bruit de deux chapters lutéciens qui vont nous rendre visite le week-end prochain, celui où nous allons élire notre futur souverain.

Mais ceci est une autre histoire, que je vous conterai plus tard.

Pierre

un clic ici pour voir l'album 110 photos

article Pierre, photos Reims Chapter