DUBAI

BIKE WEEK

2007

:Un évènement hors du commun

Si vous prenez l’avion pour Dubaï, pensez à demander un siège près de la fenêtre, car quand vous arriverez, vous verrez de vos yeux ce que vous avez peut-être aperçu dans des magazines :

 

des km de building en construction, des îles artificielles gigantesques, des km d’autoroutes et du désert qui entoure le tout,

incroyable.

 

J’ai vu pas mal de choses mais là, Dubaï, c’est vraiment du jamais vu.


Cela commence par ce que j’appelle le Strip : une allée de quelques km avec quelques dizaines de building tout le long.

 

Puis, au bout, un nouveau centre ville en construction avec évidemment la plus haute tour du monde, telle quelle, elle n’est qu’à 120 étages, il est prévu qu’elle en ait 160 !!!

  

Ensuite, vous faites 10km vers le site de la Dubaï Bike Week, et là, tout recommence : des dizaines de tours en construction, des dizaines d’hôtels construits, des bureaux et des condos à perte de vue, puis vous continuez et vous arrivez sur le début du ‘Palm’ une île artificielle énorme.

 

Je ne suis même pas arrivé à la fin du tronc après 2km de taxi, là au milieu des constructions, c’est ENORME.

 

Ca, c’est juste l’entrée du ‘Palm’, je dirais, un tout petit tout petit bout, sur le tronc du bidule.


Heureusement, il y des valeurs sûres dans le coin : des Harley, des Méridien et des Carrefour !


Le site est situé au milieu de tours de bureau, juste derrière CNN, dans un petit parc très sympa, et surtout: avec quelques arbres en guise d’ombre, HYPER important croyez-moi.

 

Car ici, on ne rigole pas avec le soleil.

Mercredi 4 avril,

 

Premier soir, une soirée BBQ chez le concessionnaire.

 

Patrick le Belge, Head Roadcaptain, est aux fourneaux, la bière coule à flots, et Patrick sait comment cuire la viande : brûlée dehors et crue dedans.

 

Va falloir qu’on l’invite à St-Trop pour un petit BBQ.


Les invités arrivent de tous les coins du monde : Canadiens, Hollandais, Allemands, Saoudiens, Français, Thaïs, Portugais, Dubailliens, Quatari, Omaniens, AbuDabielliens,  Belges, Américains et j’en passe ! 

Certains ont fait de la route … comme ces 10 Saoudiens tous vêtus des t-shirt jaunes de leur club.

D’autres ont pris l’avion et d’autres étaient déjà sur place.

En tout, près de 120 personnes.

 

On se présente et on se découvre, c’est un mélange extraordinaire, tous réunis pour une seule raison : nos belles Harley.

 

Une très bonne ambiance, et des locaux très très accueillants et quelques petites fifilles pour le moins très sympathiques

 

L’équipe de la concession est très sympa aussi, et vous vous sentez comme chez vous ici.

Jeudi 5 avril,

 
La parade. Elle débute au pied du Burj Al Arab - la fameuse tour construite sur une mini île.


Le temps est bizarre, un genre de brouillard règne sur la ville,

j’apprendrais plus tard qu’en fait, en-dehors de la ville, c’est la tempête de sable, mais ici, on ne le voit pas.

 

Pas mal de motos avec des plaques vraiment pas comme chez nous,

cela discute dans tout les sens, la chaleur commence à arriver.

 

On fait connaissance avec des Canadiens, des locaux, des expatriés, des arrivés de Londres, d’Allemagne, je rencontre le boss de Boss Hoss qui vient d’ouvrir le bureau.

 

Beaucoup de belles bécanes en tout genre, le départ est donné direction Port Rashid, le « vieux » Dubaï, Patrick le Belge est le Head Roadcaptain.

Don, un américain, président du chapter et Marcel, un hollandais, nouveau patron de la concession ouvrent la colonne, le public amusé nous fait de grands signes.

 

La police nous ouvre la route, et nous passons dans de beaux quartiers.

 

Je quitte la ballade avant qu’elle ne se lance dans le désert en furie.

 

Elle terminera sans problème sur le site du rallye, qui vient d’être monté.

 

La ville attend de pied ferme le concert de Tommy Lee, que je ne connais pas, mais bon, apparemment, c’est un bon !


Le soir, je fais relax et prends des forces au pied de la piste de ski, je mange donc un plat asiatique à Dubaï, presque dans la neige.

Vendredi 6 avril

 

C’est congé ici, mais les grands complexes commerciaux restent ouverts, nous partons tous en randonnée, Je monte sur la bécane d’un Saoudien.

 

Nous faisons un grand tour qui permet de visualiser la grandeur de ce chantier énorme et nous nous retrouvons dans le désert, à 15 km de Dubaï au milieu de panneaux géants annonçant l’arrivée de futurs méga complexes : une autre piste de ski, encore plus grande, un développement qui ressemble à Venise et bien d’autres.

 

Nous passons aussi devant des projets en cours ou presque finis, comme le Dragon, un building de 1km de long et 200m de large!! Qui serait le centre pour tous les produits chinois… Fou.

 

Ensuite ce sont les camions partout, et puis le désert, et quelques chameaux par ci par là, d’abord c’est tout plat, puis après une deux heures, des collines se pointent à l’horizon, nous filons vers l’est, objectif, l’autre côté de la péninsule.

On s’arrête au bistro du coin et on commande des omelettes au piment et des boissons au milieu des camions transportant d’énormes blocs de pierre, ici on travaille tous les jours.

 

On pourrait se croire au milieu du Texas, si y avait pas le désert, les panneaux en arabe et tout le reste.. on papote, on se présente, et on se fait des potes, le soleil commence à taper, j’ai oublié mes t-shirts à manches longues...

 

On repart de plus belle, dans tous les sens, à peine le signal donné, des dizaines de motos partent à toute allure apparemment en sachant où aller, deux kilomètres plus loin, je comprends.. une énorme ligne droite où tout le monde passe la vitesse supérieure, on monte à 180 avec les Saoudiens.

On fait demi-tour 5 km plus loin et on recommence, en croisant au passage un gars qui a décidé de faire la route sur la roue arrière ! C’est un peu le chaos, et ça roule dans tous les sens.

Il faut savoir qu’à Dubaï, il y a beaucoup de caméras de vitesse, que la vitesse est très limitée et que les embouteillages sont à la taille du pays, géants.

 

Au bout du compte, on arrive bien de l’autre coté des collines  et nous atteignons Al Fujayrah, arrêt à la pompe à essence, on se rue sur les boissons fraîches et les glaces.

 

De l’autre côté de la rue, des lacs, la mer ne doit pas être loin.

 

Je me renseigne, et de fait la fameuse corniche n’est qu’à quelques km, mais on a pris du retard, et là ça tape fort, donc… on repart dans l’autre sens, sans avoir vu la mer de ce côté-ci, ce sera pour la prochaine fois.


Retour sans encombres et à l’entrée de Dubaï, nous passons devant les camps de loisirs 4x4 et Quads, quelques européens y passent la journée à tourner en rond dans le désert.

Je rentre crevé, mais ai encore la force de retourner vers le fameux Burj al Arab au pied duquel on a construit un tout nouveau complexe le Souk Madinat, avec hôtels, mall, rivières, bateaux, et plage, le style est « vieux souk chic » et c’est bien fait, on y trouve un peu de tout.

 

Direction l’hôtel principal, pour apéro sur terrasse avec vue sur la mer. En sortant, je vérifie le prix des chambres, et bien c’est probablement pas là que l’on logera l’année prochaine (700€ la nuit…) !

 

Je passe en revue les restos, dont le MJ’S, où je commande un steak moyen (pas celui de 500gr) venu tout droit d’Afrique du Sud.

 

Nous sommes au bord d’une rivière artificielle, avec quelques bateaux qui passent, le tout au pied du fameux Burj.

 

Somme toute, un vendredi de Pâques comme les autres, quoi !

Samedi 7 avril


Journée libre, j’en profite pour visiter d’autres hôtels, tout est complet partout ! W-E de Pâques oblige, va donc falloir se préparer sérieusement tôt pour l’année prochaine.


Je pars en taxi faire un tour dans l’ancienne ville et tombe sur le port d’où partent les bateaux qui transportent des chaussures, des télés, des frigos, vers… l’Iran !

 

Je mange dans un boui-boui et sympathise avec un Iranien qui m’explique comment tout cela fonctionne, ensuite passage obligé au vieux souk de l’or, messieurs si vous venez l’année prochaine avec madame, préparez les dollars !!

 

Le soir, dîner de gala, j’avais même prévu un beau pantalon un t-shirt propre et tout et tout, mais c’était pas vraiment nécessaire.

 

Donc dîner dans le parc au milieu d’un des centre-ville.

Dès l’arrivée, excellente nouvelle : Jack, l’ami préféré des Belges et du Chapter Capital of Belgium est là !!!

 

Très beau buffet et bonne ambiance, une canadienne au micro et de bons classiques, ce qu’il faut quoi !

 

Je discute business avec quelques expatriés locaux et prends ma décision, on monte un bureau pour mes activités évènementielles ici.

 

Je repars à la tâche et prends quelques photos, l’ambiance monte. Patrick le Belge se lâche et les femmes se déchainent !

 

Cela discute, mange et rigole partout. On s’échange les cartes, on s’invite à St-Trop et on promet de se revoir en tout cas l’année prochaine.

 L'organisation locale (le chapter, la concession, le Hog, et Harley qui semblent travailler main dans la main) y ont mis le paquet.

 

On sent que c’est un bel évènement et qu’il va prendre de l’ampleur.

 

En tout cas, c’est une belle destination, il y en a pour tous les goûts, femmes et enfants, et cela change un peu du w-e de Pâques habituel.

 

Je réserve les motos pour l’année prochaine et prends un dernier verre avant d’aller me coucher car le lendemain matin tôt, vol jusqu'à Muscat (Sultanat de Oman) où j’ai un autre rendez-vous pour la journée, mais cela c’est d’autres péripéties et une autre histoire!!!

un clic ici pour voir l'album de 200 photos

Article et photos Johan Absoloute Harley