Super Rally

2008

Danemark

C'est du 8 au 12 mai 2008, 5 jours pleins, que la Fédération Européenne des H.D.C.

amorçait sa concentration annuelle appelée Super Rally.

Lieu choisi Fredericia au Danemark, petite ville de moins de 50000 âmes, sous l'égide du club danois présidé par Michael S. Christiansen, comme vous voyez un nom bien de chez nous.

 

La ville de Fredericia avait pour l'occasion abandonné aux mains des bikers un lieu impensable, son splendide stadium composé, en plus du stade olympique,
d'une kyrielle d'activités, scènes musicales, piscines, saunas, campings, restaurants, hôtels, salles diverses,
gymnase, étangs et j'en passe.

 

C'est donc dans un esprit de gigantisme que le H.D.C. Danois organisait ce rallye.

Gigantisme, 20 000 bikers, certainement même plus, avaient répondu présents, venant de tous les pays d'Europe, très peu de français et d'espagnols.

 

Les bikers, seul ou en groupe avec tentes et sacs "paquetage", les bécanes dans un état à faire peur, où les moustiques se comptaient par couches successives.

 

Tous heureux de pouvoir tous se retrouver pour la communion des amoureux de la marque de Milwaukee.

 

Dés le jeudi matin, impossible de s'approcher des guichets d'entrées pourtant au nombre de 16, les queues de bikers étaient impressionnantes le succès s'annonçait déjà, et pourtant le prix de l'entrée était fixé à 60 euros par personne sans possibilité d'un forfait journalier ou d'un quelconque cadeau genre teeshirt.

Après les photos d'usage, n'aimant pas faire la queue, on décide à l'unanimité de nos deux voix de revenir plus tard.


Ce court laps de temps nous permet de prendre la température du pays, 25 degrés, temps bleu toute la semaine, c'est quand même parait-il exceptionnel.

 

Des drapeaux rouges à croix blanche flottant partout, très nationaliste le Danois mais très ouvert aux autres aussi, un calme une sécurité et une propreté indéniables.

 

L'incontournable Legoland, les Danois sont les inventeurs des lego de notre jeunesse.

Énormément de vélos comme en Hollande, des prix, en dehors du rallye, qui donnent le frisson dans le mauvais sens malheureusement.

C'est certain que l'animation qu'avaient sous leurs
yeux les autochtones devaient les propulser sur une autre planète, d'autant plus que je vous fais grâce du spectaculaire look de la plupart des "vikings" présents.

Il est 18 h et enfin 120 euros plus tard ,on intègre le lieu saint.

 

On est d'entrée frappé par le nombre impressionnant
de tentes installées à perte de vue sur 2 ou 3 km2.

 

Indéniablement un air de l'ex freewheels, des boutiques aussi nombreuses et imposantes qu'à Faak, une véritable petite ville pour le shopping.

 

Des WC mobiles parfaitement propres installés tous les 200 mètres, un hôpital de campagne et des "poubellistes" perpétuellement au travail donnaient un aperçu de l'organisation très efficace, des maniaques de la propreté.

Comme dans toutes les concentrations de motards, l'humour était au rendez vous, comme cet exemple, un bar ambulant qui permet de picoler sans se fatiguer et qui vous fait une visite guidée à laquelle vous ne comprenez bien entendu rien du tout.

De splendides bécanes, les incontournables danoises, ce n'est pas une légende,  toutes blondes aux yeux d'un bleu profond...

 

Sans qualificatif connu, des bikers barbus, tatoués, gras du bide, oui je sais, j'en fais partie, des policiers présents
mais quasi invisibles, des concerts perpétuels et féeriques, on y reviendra, des bières à la tireuse à 1 euro, oui vous avez bien lu, tout cela donnait une impression de magie à ce rassemblement.

La langue parlée le plus souvent était l'anglais, tous les danois parlent cette langue en plus de la leur.


L'euro était accepté alors que le pays fonctionne en DKK et ne c'est pas encore rallié à la monnaie européenne.


On ne peut passer sous silence la réception que nous a faite l'ex montpelliérain et amis Christophe et sa femme Maiken, ancien de Macadam moto, pendant toute la concentration.

 

Dans son resto appelé "café noisette" il y a de tout, des super vins français, du pastaga, des olives, des repas dignes d'un étoilé du guide Michelin et des serveuses ...

 

Bref il redore à lui tout seul la gastronomie danoise.

Café Noisette, 18 Grannegade, 8700 Horsens

tel: 75 62 17 77 "Français, Anglais, Danois"

Le GPS bien sûr indispensable, vous amène au haut de la rue piétonne, centre ville, vous n'avez plus qu'à la descendre sur 100 mètres, quand vous reniflerez une bonne odeur de crêpe bretonne, vous y serez.


Christophe bien entendu envoie son bonjour à tous ses potes, ceux qu'il n'a pas revu depuis trois ans maintenant.

 

Parlons un peu du stadium où les concerts s'enchaînaient sans interruption, jusqu'à tard dans la nuit
devant une foule impressionnante.

Les organisateurs l'avaient recouvert de rouleaux de néoprène très épais pour éviter un embourbement du public et une détérioration de la pelouse en cas de fortes pluies, du grand art.

C'est au concert de Led Zeppelin Expérience que j'ai réussi à comptabiliser les participants présents sur le stade et en tribune selon la méthode apprise à l'école primaire, soit la surface par le nombre au m2, ce qui faisait 15000 bikers, auxquels vous rajoutez les endormis, les oubliés, les qui n'aiment pas Led Z, les perdus dans les runs, les qui draguent et ceux qui cuvent leur bière dans les coins.

 

Du monde, énormément de monde, du rock à foison du Hard le soir et même du jazz en salle couverte, il y en avait pour tout les goûts, Volbeat - swing slingers - Led Zepellin experience - ZZ Top Jam -Pink floyd bis, et j'en passe.

Tous les soirs sur la grande scène du stadium, un petit quart d'heure de striptease où trois beautés danoises blondes, évidemment, mettaient le feu devant 15 000 personnes.

 

Un plaisir pour les yeux mais pas touche car de gros bras veillaient au grain.

Une chose assez étonnante, les journaux locaux parlaient peu de l'événement qui pourtant a doublé la population de la ville pendant cette semaine.

 

La seule explication donnée était qu'ils attendaient la fin du rallye pour être sur de ne pas prendre le moindre risque d'information, au cas où on se serait entretué.

C'est armé du teeshirt "Freeway Magazine" ou de la croix maltaise, d'une bière Carlsberg, c'est danois, et sans les
couleurs du H.O.G. que je passais le plus clair de mon temps, ceci pour éviter toute provoc, que je n'aurais d'ailleurs pas compris.

En conclusion, la fédé des H.D.C. européens avait décidé de frapper un grand coup cette année, peut être pour effacer la petite morosité de l'année dernière en Hollande.

 

Pari réussi au delà certainement de leurs espérances. Pour notre part il y avait longtemps qu'on n'avait pas mis les pieds dans un rallye de cette qualité et de cette ampleur.

 

Question météo tout le monde avait prévu le pire et on a eu le meilleur, plus que le meilleur, une semaine de ciel bleu avec 26 degrés l'après midi, parait il étonnant en mai dans ce coin.

 

Tant et si bien qu'en arrivant à Montpellier au retour,
avec la pluie j'ai choppé un rhume gratiné, un comble.

En dehors de cette magistrale concentration le Danemark n'est pas un pays à visiter spécialement mis à part la ville
de Copenhague et sa partie nord.

 

Pays plat, sans trop de cachet, beaucoup de cultures (colza).

 

Pays très cher où une bouteille de vin de table à 40 euros et une chambre d'hôtel à 140 euros sont monnaie courante.

 

Les routes sont en très bon état, les ponts qui relient les îles sont payants, autour de 30 euros, mais pas les autoroutes.

La langue anglaise est obligatoire pour se faire comprendre.

 

Les Danois sont un peuple sympathique, accueillant et calme.

 

Question sécurité, c'est le top, vous pouvez même laisser les clefs sur votre bécane, personne n'y touchera, d'ailleurs quasiment aucun vélo n'est attaché.


Superbe semaine donc pour nous, aucun regret à part le volume du portefeuille qui a sérieusement désépaissi.
 

un clic ici pour voir l'album 95 photos
Reportage et photos Alain et Mimi