Un "ElectrTrike"

déposé sous le sapin !

Que faire d’innovant avec sa Harley, quand on a épuisé une grande partie de la panoplie Custom ?
Eh bien, tout simplement rencontrer Bruno Westelynck qui vient de réaliser le premier prototype de 3 roues avec l’Electra Ultra Classic FLHTCU modèle 2007 – 1584 cm² - Harley Davidson !

Jusqu’à présent il s’était plutôt frotté aux modèles Goldwing avec l’EML Bermuda, mais là, le prototype de l’Electra vient d’être greffé en 3 Roues.

Trike, EML, 3 Roues, Servicar, … autant d’appellations différentes pour qu’au final, après maintes tergiversations parmi les sinuosités administratives, figure la mention "tricycle à moteur ! " (Humm ! ça c’est un nom qui
sonne ! ) sur la carte grise française.

L'événement est énorme à vivre. Je mesure la chance que nous avons de pouvoir le réaliser.
Un vieux rêve qui nous taraudait depuis quelques années qui va se dessiner sous nos yeux, ou presque.

 

Samedi 6 Oct. 2007 : Le réveil vient de sonner le début d’une belle aventure.

 

Evidemment c’est tôt 03:33 pour l’aventure … c’est même très, très tôt. Mappy a dit 03h58 de route : difficile d’être plus précis !
 

La Belle est là, captive dans son box - remorque, sanglée comme une rebelle, désarçonnée de ses flancs, devenus inutiles.

 

Rutilante dans la lumière pâle du plafonnier du garage. Ni plus triste, ni plus joyeuse. J’immortalise son portrait afin de la garder vive en nos mémoires.

 

Il n’y a plus qu’à atteler et fouette cocher ! Direction le Nord Ouest de Lille, à Bailleul plus exactement, pour la greffe de l’assemblage EML.

 

Il fallait tout de même que ce rêve nous tienne éveillés depuis plusieurs années pour en arriver là !

L’homologation du FLHTCU assemblé en Trike est une première en France. C’est Bruno qui en essuie la primeur car l’homologation n’est pas tout à fait terminée.

 

Une fois son proto approuvé, ce sera au tour de la greffe du nôtre. Plutôt émouvant, non ? Passer du 2 roues et des sensations que l’on connaît bien à l’inertie du 3 roues… quelles différences à part une roue de plus ? Car c’est justement ce qui change tout !


Perte de la souplesse ? Perte de l’ivresse des courbes ? Lourdeur ?

Nous avons beaucoup lu, presque tout entendu, …surtout ce que nous ne voulions pas, d’ailleurs... Encouragés par les uns, catalogués de manière rédhibitoire par les autres…

 

Le pire est que nous n’avons pas pu tester, surtout, … faisant confiance à notre seule intuition. Sera-t-elle bonne conseillère car nous voici confrontés à la découverte pure, vierge, à nos doutes aussi, mais surtout nos certitudes.

 

Car bien entendu, ce sont elles, qui l’ont emporté !

L’esthétisme d’abord, l’harmonie de la ligne, la rondeur des courbes très rétro.

 

La stabilité surtout, plus de pied à poser hasardeusement parfois, à l’arrêt sur des gravillons ou dans les dévers.

 

Les manœuvres facilitées par la marche arrière. La conduite accessible avec le permis A ou B.


Peser, soupeser… puis finalement agir !


Nous sommes le 7 octobre, bon présage le 7. De toute façon, c’est trop tard…, on y est !


Bruno nous accueille puis nous entraîne dans son atelier pour nous présenter son proto.

 

Il est encore brut des soudures de l’assemblage, mais nous séduit déjà par ses rotondités harmonieuses.

Une chicane administrative reste encore à régler et il faudra le redescendre dans quelques jours (Bailleul – Paris) car l’espacement de l’éclairage de la plaque d’immatriculation a été rejeté pour quelques centimètres.

 

Rejeté aussi le bouton Warning tel qu’installé par notre garagiste Bruno, l’administration a tranché pour un Warning bien visible, rouge pétant, en plein milieu du tableau de bord.

 

De même, les pots d’échappement, d’origine sur tous les modèles actuels, avec lesquels tout le monde roule, même s’ils ne changent pas de place avec l’assemblage EML, se voient protégés par une coupelle pour éviter un éventuel tranchant (au cas où l’on aurait l’idée saugrenue d’aller fourrer sa jambe par là !).

 

Bruno va donc redescendre le proto une dernière fois ( ?) pour présenter les modifications requises.

 

A ce moment-là seulement, nous saurons que nous pourrons rouler officiellement nous aussi…

Rien n’empêche en attendant de commencer la métamorphose. C’est le pari que prend Bruno en nous annonçant le début de ses travaux dès la semaine suivante. Mais il est confiant, rassurant, même.

 

Mais alors, le délai ? … Sera celui compte tenu de Dame Administration… ! Simple… ou presque !


Conjointement, les travaux de peinture vont progresser. Certaines pièces vont être démontées et partir aussi très vite dans l’atelier de Thierry, dont nous faisons la connaissance.

 

La moto est noire, je rêve d’un modèle sauvage, au look rétro, ce qui n’est pas vraiment le cas avec tout le modernisme de l’Electra… 

 

JP a la nostalgie des modèles Police. Thierry écoute nos envies et propose ses idées… Elle sera noire et crème (mais attention un crème, plutôt comme ci et pas comme ça…

 

Pas facile de définir un crème sur papier quand la peinture accrochera, elle, du métal et de la fibre de verre..).

Bref, on la rêve, la plus belle de toute, c’est facile !

 

Quelques deux heures après, nous quittons Bruno, Thierry et l’équipe qui va s’atteler à la réalisation, avec la sensation de laisser quelque chose derrière nous.

 

 Curieux cette impression de rentrer subtilement dans le cœur des gens puis d’avoir du mal à franchir le moment de la séparation.

 

Curieux cette impression, pas vraiment nouvelle, que je perçois de la chaleur du Nord…

 

Puis l’attente, l’espoir, l’envie ...
Le feed-back n’est pas long ! Tout juste une semaine avant de recevoir le 1er mail rassurant de Bruno.

 

Photos à l’appui, il nous fait part du démontage et du départ des pièces chez Thierry pour l’atelier de peinture, ainsi que de l’arrivée des coques EML.

Nous ne sommes pas les seuls à vivre ce « grand moment » comme dit Bruno… nous avons la sensation très nette que l’expérience est commune (je n’ose dire « le transport, commun » !) et teintée de joie pour toute l’équipe à son chevet.

 

Une première est souvent émouvante… Sur les photos, la belle n’a plus de nez. De son ventre sort un écheveau entremêlé de fils colorés, ses flancs sont nus…l’allure est moins altière, c’est sûr.

 

Le ponçage des raccords de la coque soulève de la poussière jusqu’aux sourires des mécanos. C’est génial !

 

Autre surprise, dans les quelques heures qui suivent, à son tour, Thierry nous envoie les clichés des pièces à peindre ! C’est presque du live ! So Great !


L’éclairage soulève un doute en mon esprit : euh… là… le blanc… ? Est-il crème ou blanc ?

 

Crème fouettée ou crème au beurre, en clair ?

 

Tant pis, je risque ma question par retour de mail à Thierry qui m’assure tout aussi rapidement que l’éclairage photo n’a pas le rendu de la lumière naturelle.

 

J’espère ne pas l’avoir froissé, me rassure en me disant qu’il vaut mieux poser la question avant… JP rayonne, c’est tout à fait le look Police qu’il rêvait…

 

A nouveau l’attente… Un mois, cette fois !


Entre temps, je me refais la main avec ma petite Virago Yam, qui bien sûr est la plus belle de toutes !

 

Mais pas facile de rouler seule, ça manque de motivation…

Je me surprends moi aussi à attendre « la grosse » et à compter les semaines.

 

Première quinzaine de novembre, Bruno nous annonce que l’homologation du proto est approuvée. Yesss ! Y’a plus qu’à… ou presque.

Le 20 décembre, il nous renvoie le message suivant : « Le passage aux Mines de votre Trike a été franchi avec succès !!!! ». Trop fort !


Aussitôt dit…, 2 jours après…, nouvel aller-retour à Bailleul.


Bruno a tenu sa promesse : « La Belle sera sous le sapin ! » Comme un môme, JP a dû mal à tenir en place… Il piaffe devant la porte qui nous sépare encore de sa découverte.

 

Puis, comme au théâtre, la porte coulisse et la Belle s’offre, …

 

Enfin ! La croupe est ronde, nous le savions, mais là, avec les 2 tons, elle est … elle est … allégée, épurée, …redessinée,  sublime quoi !

Et le blanc alors, me direz-vous ? Où en est-on JP et moi de notre petite polémique : Police ou Rétro ?

 

Eh bien, c’est «crème fouettée» qui l’a emporté elle a le look Police !Bref, elle est… elle est … d’enfer !

 

Evidemment, on veut tout voir. Le tour est bien fait une bonne dizaine de fois. Nos yeux s’arrêtent sur chaque détail… La roue avant est légèrement déportée, lui conférant davantage de souplesse.

 

La marche-arrière, même si elle semble gadget, facilitera le stationnement. Le frein à main est à droite, il se verrouille. Le coffre me fait penser à la ligne nostalgique de la malle de la Traction Citroën.

 

Les roues à bâtons à l’arrière et les petits feux ronds, réaffirment l’idée. Elle l’a finalement, son look rétro, malgré son nez caréné ! Il fallait oser.

Merveilleuse réussite. N’y tenant plus, JP se décide à prendre le guidon.

 

Rien de changé dans l’assise bien sûr… mais … la conduite ???

Oubliez définitivement vos pieds à l’arrêt, n’hésitez pas à tourner franchement.

 

Entraînez-vous, au calme, sur un parking. Ressentez le braquage !

Bruno conseille : il pilote des Side-Cars, il sait de quoi il parle.

 

Formater son esprit au nouveau gabarit aussi. Car la vue du pilote, à l’avant est la même, c’est l’arrière qui s’est furieusement dilaté.

Entre les plots, ça le fait plus du tout maintenant !


Quand enfin on se lasse de l’admirer, ce qui est long à venir tout de même… c’est pour faire péter le Champagne autour d’elle, avec toute l’équipe.

 

La première de France, ça s’arrose !!!

Merci Bruno, merci Thierry, merci à toute l’équipe autour de vous. Merci pour la belle aventure que nous venons de vivre et dont les portes s’ouvrent toutes grandes à présent.

En tout cas, ce qu’il y a de bien avec les premières, c’est que personne avant n’en possède, comme dirait La Palice !

 

Ce qui est sûr également, c’est que de nouveaux méandres s’ouvrent: Préfecture, assurances… et avec elles, de nouvelles questions : «Mais dites voir …: la troisième roue, elle est où ?».

A la Belle de signer l’empreinte de ses roues.
A la maîtrise de la conduite qu’il va falloir acquérir pour éviter la surprise du premier (inévitable, semble t-il ?) tout droit !


A l’essai que JP a eu le temps de faire (avant d’aller se faire remettre un genou à neuf !) et aux sensations qu’il a eu le temps de ressentir : ce n’est plus du tangage avant-arrière dont il s’agit à présent, mais du roulis gauche-droite, sur les obstacles (car une roue en plus, c’est plus de risques d’accrocher les défauts du bitume, parfois).

Après un pilotage un peu spécial lors de la prise en main, il attend fébrilement son rétablissement pour réitérer l’expérience qui l’enchante d’ores et déjà.


Une vraie certitude : oublier définitivement ses pieds, n’est pas un vain mot ! Reste à s’en persuader.

 

Une nouvelle année vient de naître, (au fait : très bonne année 2008 à tous !).

 

Avec l’arrivée de janvier, les jours rallongent, si-si ! Nous attendons avec impatience la nouvelle saison qui pointe timidement le bout de son nez pour croiser vos routes et partager de nouvelles émotions au guidon de la Belle.

Car, à qui sait observer, ces rencontres ou ces retrouvailles renouvelées, tous ces échanges et ces moments de plaisir, ressemblent un peu à du bonheur, non ?

Alors, JP, c’est officiel, la greffe est réussie: "Ta mob a été tunée !"
(la pub pour Bruno, c’est Westelynck Motos : 03.28.49.05.62)

 

un clic ici pour voir l'album photos

article Catherine, photos JP