la Saint Valentin

au Chapter de Reims

ou..

OPERATION

 "SAUVONS la PLANETE"

Nous aussi, on a du cœur et on a décidé d’apporter notre contribution à la survie de la planète Terre.

 

Et en même temps, de faire plaisir à nos gentilles épouses et compagnes qui nous laissent tout au long de l’année aller affronter seuls toutes les tentations des rassemblements, rallyes et autres concentrations d’adorateurs de Ste Bière et St Jack .

 

Le principe d’une telle opération est si simple que même un biker  ne roulant pas en Harley-Davidson pourrait y arriver.

 

C’est dire qu’il est vraiment à la portée du premier venu.

 

En amont d’une telle opération, il y a l’ IDEE.

Et c’était quoi, l’idée, hein, mon gars ? Fastoche, je te dis !


Nous sommes dans une région où le seul maigre revenu des agriculteurs provient de la vigne avec laquelle ils font

 

– et Dieu sait si c’est un travail pénible –

 

du vin effervescent communément appelé champagne.

 

Je suis sûr que même toi, ami lecteur accro au Jack Daniel’s, tu as entendu parler de champagne.

 

Il faut savoir qu’à un certain stade de son élaboration, avant ou après les fermentations malo-lactiques, intergalactiques, bucoliques ou alcooliques ( toi-même) il faut le mettre en bouteilles.

Et c’est là que l’idée de génie, salvatrice de la planète Terre et des mondes parallèles et inexplorés avoisinants est venue :

Pourquoi le pauvre ci-devant viticulteur devrait-il dépenser son maigre pécule en achetant des bouteilles neuves, fabriquées à partir de matières organiques et utilisant des énergies fossiles non-renouvelables ?


(J’aime bien la locution «énergie fossile», ça me rappelle ma jeunesse. (ndla))


Hein! pourquoi? je vous demande un pneu (pour ma moto)

Alors que pour avoir des bouteilles vides, il suffit simplement de vider les bouteilles pleines. Génial, non ?

 

Alors nous avons réuni le Conseil des Sages et il fut décidé de mettre ce principe en application sans délai.

 

Ce qui fut fait le samedi suivant la Saint Valentin, ou une grande fête fut organisée au cours de laquelle un nombre de bouteilles proportionnel au nombre de convives se sont vues renaître sans autre forme de procès.

 

Il va de soi que sont exclus du résultat de cette opération, pour manque de noblesse, les contenants plastiques d’un litre ou d’un litre et demi , même effervescents, les boîtes métalliques qui font « pschttt » lorsqu’on tire sur la petit languette, là, et certaines bouteilles à section carrée et étiquette noire provenant des terres sudistes d’Amérique du Nord.

Alleluia ! Alleluia !

 

Que c’était beau à voir …………et agréable à faire.

 

Et l’empressement que mettait toute cette assemblée à apporter sa contribution effrénée à la préservation des fameuses énergies fossiles non renouvelables faisait chaud au cœur et a tiré des larmes aux plus endurcis.

Certains se sont laissés aller à des danses tribales, seuls ou en couples, invoquant les esprits devins…ou du vin je ne sais plus bien, et afin que leur sacrifice soit moins difficile à supporter, nous leur servîmes un délicieux repas dont Maître Dugourd, notre traiteur intraitable ( oh, je sais, pour ça je mérite des coups de martinet…) a le secret.

Dans un coin de la salle du sacrifice, opérait une vestale qui peignait à même les corps partiellement dénudés, des signes kabbalistiques en araméen, néanderthalien ou tribalien ( m’en fous. Je sais que ça existe pas, ce mot là, mais c’est moi qui écris, hein, alors…zut ) .

 

Tous, ainsi décorés, se lançaient aussitôt dans une sarabande sans fin, se livrant même à des exercices périlleux tels la danse du balai ou si je t’attrape, euh,….

Je sais plus ce qu’il faut faire après.

 

Ce n’est que vers 3 h du matin que nous estimâmes que la Terre était en partie sauvée, au moins jusqu’à notre prochain Rallye.

Voire même plus tôt car déjà j’entends au loin nos amis de l’Orléans Centre Chapter qui fourbissent leur motos pour nous rendre visite en avril.

 

Deux mois avant notre Rallye régional Grand Est qui verra déferler chez nous toute l’Alsace et la Lorraine…

 

Que certains n’ont pas eues.

 

Même qu’ils auraient bien voulu.

 

Par ailleurs, sachez Messeigneurs, que nous irons porter la bonne parole en terre médocaine en mai, sur les terres grimaldiennes puis troyennes fin mai, avant de nous aller abreuver à l’eau de La Roche en Ardenne en juin.

 

Et si voulez savoir comment on réussit le miracle de vider un bouteille pleine (mais rien qu’avec du bon), n’hésitez pas à demander à nos représentants, ils se feront un plaisir de vous faire une démonstration gratuite, si vous fournissez les matériaux.

Bon. Je vous laisse, j’ai des bouteilles à rincer avant de pouvoir les remplir à nouveau et quand c’est fait, promis je vous appelle.
 

Pierre

un clic ici pour voir l'album de 140 photos
article Pierre, photos Reims Chapter