Carnaval

à

Mulhouse

Quelle soirée ! Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu une telle ambiance à la concession, en tout cas, pas encore cette année.

 

La quasi-totalité des membres de notre chapter était là.

 

Et même pas possible de mettre à l’amende les absents puisque presque tout le monde est venu costumé.


Heureusement qu’il n’y a pas eu de concours du plus beau costume, cela aurait été un casse tête bien inutile.


Notre sponsoring-dealer nous a bénévolement mis son local à disposition et une fois de plus Thierry a aimablement dégagé de la place, à moins qu’il s’agisse de mettre prudemment ces belles machines à l’abri.

C’est dès l’aube, ce samedi, qu’avec Marie-Louise nous avons décoré les lieux.

 

Sans l’entraînement régulier prodigué par nos amis de la gendarmerie lorsque nous rentrons à l’aube le dimanche matin, nous n’aurions jamais eu assez de souffle pour gonfler tous ces ballons à deux.

 

L’après-midi, Guy et Michelle, nos boulangers, avaient installé l’énorme four à flammekueche dans un coin du garage.

 

Juste en-dessous du détecteur de fumée d’ailleurs, mais ce n’est que plus tard qu’ils s’en sont rendus compte.

A 19h tout est prêt, tip-top comme dirait Matthias, qui était désolé de ne pouvoir être là.

 

Les premiers arrivent, Obelix bras-dessus bras-dessous avec Charlot.

 

Vu l’actualité cinématographique et les mensurations de quelques membres de notre chapter, je me serais attendu à tout un groupe d’Obélix; même pas, y en avait qu’un.

 

Il y a aussi un petit chinois, plus vrai que nature,

perfectionniste, il était parti chercher lui-même son habit à Pékin.. Vrai costume à Pékin, vrai déguisement à Sausheim.

On l’aura reconnu, c’est notre Tintin, avec sa Linde très cha-cha.
 

Le prix du costume le plus farfelu, s’il avait été attribué, serait sans conteste revenu à Donald.

 

Une photo valant mieux qu’un discours, je m’abstiendrai de le décrire.

 

En tout cas, personne ne lui aurait subtilisé sa bouteille de jack, protégée par une tête de mort hurlante dès qu’on essayait de la sortir de sa sacoche.

 

Classiquement, il y avait une petite troupe de clowns bigarrés de toutes tailles, Michel, Adam, moi-même avec un horrible maquillage qui donnait envie de gratter.

Rouge-blanc-noir, notre couple de régionaux, la cigogne et l’alsacienne, l’alsacienne la vraie, et une cigogne rebelle mais bien-aimée.

 

Parmi les personnages, on pouvait voir un écossais poilu plus vrai que nature avec une sorcière pas très méchante.

 

Une diablesse incognito derrière son loup, un cheik très argenté, un GI, un véritable peintre en bâtiment.

 

Sans oublier les costumes flamboyants de nos hispaniques Patrice et sa belle.

Ils n’avaient pas de costumes, mais les maquillages étaient superbes, celui de Serge avec le visage d’aigle et celui de Bruno qui lui faisait ressortir ses yeux magnifiques et profonds qui ont failli en faire chavirer plus d’une, surtout à partir de l’aube.


Derrière le bar, il fallait une solide équipe pour satisfaire tous ces assoiffés.

 

Et c’est ainsi que Magali, Marie-Laure et Danielle s’auto-proclamèrent barmaids de la soirée et elles n’étaient pas de trop à trois.

 

Marcel, un artiste plein de talent, auteur-compositeur interprète, a animé la fête avec entrain et humour.

Les serpentins lancés par-dessus les portiques d’éclairages retombaient sur la piste de danse en une épaisse pluie multicolore.

 

Une fois au sol la couche était si épaisse qu’on pouvait s'y enterrer.


Et pourtant, quand au petit matin, nos danseurs se raréfiaient sur la piste, il y eu encore assez de courageux pour faire disparaitre toute trace de cette sympathique bacchanale.

 

Et nos belles machines, qui étaient restées silencieuses pour une fois, tapies dans l’ombre de la concession avaient encore le temps de se remettre jusqu’à l’ouverture mardi matin.

A l’origine, cette soirée aurait aussi dû être celle des 10 ans de notre chapter.

 

Et puis non, après tout, cumuler n’est pas une bonne idée, deux fiesta valent mieux qu’une, l’année ne fait que commencer.

 

Alors, à bientôt pour notre 10ème anniversaire, sans oublier le 1er run du HRC, « le wagges run » du 6 au 8 juin, il reste encore des places pour ceux qui souhaitent visiter l’Alsace.

un clic ici pour voir l'album 120 photos

Article Jean-Paul, photos Marie-Louise