TRANSBRITANICA

2008
29-30 mars

Le raid Transbritanica est avant tout une balade entre bikers qui se connaissent.

 

Pas d’affiche, pas de dépliant, pas de pub,...

 

L’initiateur et organisateur Patrick Le Garrec envoie un mail à ses potes et très vite le nombre maxi de participants est atteint et la liste d’attente s’allonge.


Les deux années passées, la Transbritanica nous avait conduits de Nantes à Dinard.

 

Cette année, le road book indique Cap à l’ouest !


Lorsque les Vendéens rejoignent les Chouans, ils partent à l’assaut des routes bretonnes de Nantes à Crozon :

4 départements, 702 kilomètres, 80 motos H-D, 100 participants.

 

Un départ sous un soleil printanier et une température fraîche.

 

Mais les cuisses ouvertes sur nos montures, celles-ci nous réchauffent bien vite l’entrejambe, le corps et le cœur.


De Nantes, nous empruntons les petites routes du bocage breton.

 

L’écrivain nantais Morvan Lebesque soutenait dans Comment peut-on être breton ? (1970) que “la bonne façon de connaître sa patrie, c’est de lui faire l’amour à vélo”.

Avec nos vélos à moteur, nous négocions les courbes et caressons de nos roues expertes les mamelons dressés et les obscures vallées de l’Armorique.

 

Une halte salutaire pour nos dames à Saint-Gravé et nous rejoignons Cléguérec où nos papilles se disputent "à l’envi" une excellente terrine de cerf et un civet savoureux de biche.


La route se poursuit jusqu’à Trégarvan dans le parc naturel régional d’Armorique au pied du Ménez Hom.

 

Nous fendons la bise par les routes de crête de l’Argoat tandis que le vent d’ouest toujours renouvelé alimente les moulins d’antan et les éoliennes du nouveau millénaire.

Dans ce Far West, on a trouvé le gîte et le couvert de grande qualité.

Après une courte nuit, direction la Presqu’île de Crozon et ses guerriers des temps modernes :

 

Quélern et son centre d’entraînement des services spéciaux.

 

L’Île Longue et ses sous-marins nucléaires.

 

De l’autre côté de la rade, le port de Brest et son porte-avions médiatique...


À portée de vue, le goulet de Brest et au loin les States : New York et un peu plus bas Daytona...

Sur les motos perlent quelques gouttes d’eau lustrale qui effacent la poussière d’or de la veille.

Chevauchant leurs fiers destriers d’acier, les chevaliers du bitume s’en retournent à leur logis, tandis que l’enchanteur Patrick, alias Merlin, regagne la forêt de Brocéliande où il compose un philtre magique, trace des plans sur la comète et concocte déjà la Transbritanica 2009, 4e édition.

un clic ici pour voir l'album 170 photos
Article Yves, photos Vincent & Yves