2ème WAGGES RUN

et

RALLYE du GRAND EST

25-27 septembre 2009

Run, Rallye et Jumelage – un week-end 3 en 1

Le 1 c’est le Wagges Run, la manifestation annuelle organisée par le Haut-Rhin Chapter. L’édition précédente en 2008 fut très arrosée, celle-ci aussi, mais nul besoin de combinaison, le blanc d’Alsace ne mouille que l’intérieur.


Le 2 c’est le Rallye du Grand Est dont le Haut-Rhin Chapter est cette année l’organisateur principal.


Le 3 c’est l’évènement dans l’évènement, le jumelage avec l’Alpes Spirit Chapter.


Que d’occasions de lever le verre.

 

Les 7 cépages d’Alsace n’y suffiront pas, heureusement il y a aussi le Crémant d’Alsace, avec ou sans crème de cassis.

Vendredi, en début d’après-midi les premiers arrivants ont été reçus chaleureusement à la concession Motorcycle-Dream-Store.

 

C’est l’occasion de faire connaissance, le Chapter le plus représenté est l’Alpes Spirit venu à une trentaine de membres, un représentant du Lausanne Chapter, deux Chapters Allemands, des Belges du Capital of Belgium, et aussi le proche Alsace Chapter de Strasbourg.

 

Avec les locaux du Haut-Rhin Chapter, l’évènement a affiché complet, des demandes ont dû être refusées pour la soirée du samedi.


On quitte la concession pour Colmar, c’est en petit train que se fait la visite de la vieille ville.

C’est aussi l’occasion de saluer la petite sœur de miss Liberty, surprise et heureuse d’entendre les sonorités d’autant de V-twin.

 

Ca mérite bien une photo de famille – avec quelques représentants de la mairie de Colmar, probablement fans de nos belles.

Et maintenant en route pour Guebwiller, au « Domaine du Lac » les chambres sont coquettes, et surprise, sur la table une mignonette et une flûte.

 

Les flûtes d’Alsace élancées et gracieuses ne servent pas à faire de la musique, mais après consommation transforment les pires casseroles en soprano.

Pour agrémenter le diner, Marcello, sans conteste le meilleur dj de la région, n’a aucun mal à chauffer l’ambiance.

 

Ca remue sur la piste astucieusement placée à côté de l’open-bar.


Samedi matin, de bonne heure, mais pas trop, c’est le départ pour la balade.

 

Après un arrêt photo où un représentant du conseil général fait une distribution surprise de tee-shirts, c’est le vrai départ.

On passe rapidement Wattwiller, c’est une ville d’eau, puis le Grand ballon, un joli run à travers la montagne et les vallées vosgiennes.

 

La sécurité est bien assurée, ce qui laisse loisir à chacun d’admirer le paysage, une succession de sommets arrondies ponctuée de plaines verdoyantes.


Comme le temps passe vite ! On est déjà à Gérardmer, au bord du lac, au restaurant du Lido, le couvert est mis.

 

Il faut déjeuner rapidement si on veut profiter, en cette journée estivale, de la terrasse au bord de l’eau, on se croirait à Grimaud.

 

Et nous voilà repartis, par le col de Sainte-Marie aux Mines on rejoint Ribeauvillé.

Parade via les rues piétonnes, grouillantes de touristes, d’une des plus belles petites villes de France.

 

Ces rues sont fermées à la circulation des véhicules à moteur par un système plots, c’est comme des bites d’amarrage sur les ports, sauf qu’elles peuvent s’enfoncer dans le sol.

 

Ce système aurait dû être désactivé, cela n'a pas été le cas.. c’est ainsi que les 70 motos ont slalomé entre les plots, ce qui a eu pour conséquence de rendre fou l’automatisme qui a fini par rendre l’âme.

 

Les motos à peine arrêtées devant le couvent, place de la mairie, on a vu accourir affolée la police municipale à la recherche du casse-bites responsable de ce désastre.

Pendant que les touristes tournent le dos à la beauté architecturale de cette ville, préférant admirer nos belles machines, nous avons un peu de temps pour flâner par les ruelles étroites et même nous rafraichir, d’une bière ou deux, sur la terrasse d’une winstub.


Nous repartons par des petites routes, bordées de vignes, parfois à peine plus larges que nos montures.

 

Fini les sommets Vosgiens, ici tout n’est que vignobles, l’odeur du raisin écrasé, du vin nouveau me monte à la tête et me rappelle les vendanges de mon enfance.

 

Mais déjà nous arrivons à Wettolsheim, encore un village de vignerons, c’est naturellement que nous entrons dans une cour assez vaste pour nous accueillir tous.

Pas besoin d’être devin pour savoir ce qui nous attend. Visite guidée de cave et dégustation bien sûr.

 

Les explications sur la fabrication du vin ont lieu en français et aussi en allemand pour nos amis du Rhein-Neckar Chapter et du Bodensee-Donau Chapter. La théorie c’est bien, mais la pratique c’est mieux.

 

La dégustation est accompagnée de bretzels et de kouglof. Riesling, Pinot gris, Gewurztraminer et pour couronner le tout une exceptionnelle vendange tardive.

 

Certains, les moins doués, ont dû répéter les travaux pratiques, sur la table, les deux bouteilles d’eau pourtant bien en évidence, n’ont pas été ouvertes, même pour se rincer les mains, le crachoir mis à disposition est resté désespérément vide.

Mais que signifie donc le Wagges de ce Wagges Run.

 

Le Wagges c’est un voyou, mais avec un esprit plutôt gentil et joyeux luron.

 

Comment ça se prononce ? Dites Vaguessss sauf que le « a » doit se prononcer comme le « an » mais non nasalisé (phonème qui n’existe pas dans la langue française – ni allemande d’ailleurs).


Après cet épisode vinicole et après avoir vérifié que d’aucun ne s’est perdu (in)volontairement dans la cave nous reprenons la route direction l’hôtel.

 

Rafraichissement sous la douche pour certains, au bar pour d’autres.

Le crémant d’Alsace qui n’avait pas fait l’objet de la dégustation de l’après-midi est mis à l’honneur et servi à volonté en tant qu’apéritif.

 

Et il en fallait de la volonté pour venir au bout de toutes ces bouteilles.

 

Le repas servi sur des assiettes plates en ardoise fut un délice, Marcello était encore plus déchainé que la veille et l’ambiance survoltée.


L’évènement de la soirée, c’est le jumelage entre le Haut-Rhin et l’Alpes Spirit Chapter.

 

Après un échange de cadeaux entre directors, les gilets rouges des alsaciens se placent d’un côté de la piste de danse et les chemises blanches des savoyards de l’autre.

Il ne s’agit pas d’un affrontement mais d’une remise mutuelle d’un patch créé pour cette occasion, n’ayant pas la couleur correspondant à mon camp, j’ai eu quelque mal à obtenir le mien.

 

Alain nous a décrit le patch comme représentant d’un côté une cigogne au bec pointu sur fond de montagnes aux sommets arrondis, et de l’autre côté une marmotte à la tête ronde sur fond de montagnes aux sommets pointus. Ceci fait, la fête continue.

 

Dimanche matin, petite balade et visite du Musée du Chemin de Fer, pour nous qui aimons les belles machines, ici on est gâté.

Après la Cité du Train, la dernière étape nous emmène au sommet.

 

Au dernier étage de la Tour de l’Europe, qui domine Mulhouse, le restaurant panoramique nous accueille pour le déjeuner final.

 

Le restaurant est tournant et permet de voir Mulhouse, la plaine d’Alsace, les Vosges et même les Alpes.

 

Voila un run qui nous aura fait tourner la tête de bout en bout.


Des indiscrétions laissent penser que le Wagges Run III se déroulera plus au nord de l’Alsace, peut-être du côté du Mont St. Odile

un clic ici pour voir l'album 240 photos
  article Jean-Paul, Photos Marie-Louise, Jean-Pierre et Rhein-Neckar Chapter