Freewheels

2010

le grand retour

Le Freewheels c’est pas ce que vous croyez…

c’est pire !

30 000 Bikers sont allés à la rencontre du monde agricole ce weekend du 8 août.

 

Pari très largement réussi malgré que les valeurs, comme les odeurs, sont assez opposées, reconnaissons le.

 

Cela a joué sur le respect, l’étonnement et la surprise, car voir débouler dans ce splendide petit coin d’Auvergne des hordes extravagantes de motards cuirs et tatoos en évidence venus de toute l’Europe relève d’un défi que seul pouvait relever le mythique et très controversé HAMC un des plus anciens moto clubs au monde crée en 1948 en Californie.

La capitale mondiale des bikers était donc ce weekend Courpière où la qualité des programmations affichées était de nature à en garantir le succès.

 

Un plateau musical exceptionnel avec pas moins de 13 groupes dont les dinosaures Motorhead ou le groupe Crucified Barbara (4 remuantes et ravissantes suédoises) sur une scène dont la dimension semblait directement copiée sur la base de lancement de Kourou.


Le florilège d’activités nous laissait pantois.

 

Course de lenteur, bras de fer, boule infernale, Vikings contre Teutons, saut à l’élastique, baptême en hélico, course d’Unibike.

Défilé sexy perpétuel, spectaculaire tee shirt mouillé, bike show avec 70 bécanes d’exception et pour finir samedi à minuit un feu d’artifice qui fut visible jusqu'à Thiers.

 

Tu rajoutes à tout cela deux scènes, une ville de boutiques, de la restauration à outrance et des champs à perte de vue labourés par des milliers de brêlons.

 

Voila le tableau posé en vrac, ne manquait plus que la «clientèle».

 

Elle a répondu présent en masse et une certaine fébrilité chez les contrôleurs et la sécu , au turbin 24 h sur 24 h, témoignait qu’ils étaient à la limite du débordement.

Etaient venus les nostalgiques du Freewheels avec dix ans de plus ainsi que des plus jeunes dont les aînés avaient bourré le crâne de leurs exploits passés à Cunlhat.

 

Des bikeuses de plus en plus nombreuses et de plus en plus jeunes (on va pas se plaindre) et cerise sur le gâteau un nombre impressionnant de gendarmes et CRS, malheureusement pour la recette sans bracelet.

Ces derniers sont repartis bredouilles car des consignes très strictes avaient été données au départ par les organisateurs et le raisonnable a été le leitmotiv du weekend, enfin en ce qui concerne la route...

 

Penauds, les bleus sont repartis avec leurs carnets à souches presque vierges et la seule crainte que j’ai eu, fut que l’hélico qui tournait inlassablement au dessus de nos têtes ne s’écrase dans la foule.

 

Une gendarmette m’a dit : «vous avez tous vos casques, c’est très bien, mais on s’attendait à l’inverse !».


A noter pour les ancien freewheelistes que la différence fondamentale avec Cunlhat était surtout basée sur le lieu, situé en parc fermé et en plein champ et non en pleine ville comme à l’origine.

Ce qui n’a pas empêché quelques descentes folkloriques basées sur les burns, les tits et l’exib de bécanes folles.

 

Et je ne vous parle pas du look de certains qui oscillait entre ramoneur des années 50, shérif fait moi peur et polynésien torse nu.

 

Certains réunissaient les trois, un must !


Bien entendu,, les temps forts du Freewheels ont été incontestablement Dee et Lemmy inventeurs du heavy métal qui ont mis en plein rut musical une foule envoûtée d’avance.

Mais aussi l’incontournable teeshirt mouillé, embarquant sur scène une quinzaine de nanas complètement déjantées et délurées aussi belles les unes que les autres.

 
Pour la petite histoire sachez qu’une équipe de TV de l’émission 7 à 8, l’émission phare de TF1 présentée par Harry Roselmack, était aux basques de nos amis du club des Templiers Didier et Chantal depuis jeudi à leur départ de Montpellier.

 

Je vous engage donc à être devant votre petit écran le dimanche15 août au soir, avec un peu de chance vos reporters y seront aussi.

Et comme point négatif me direz vous, y en avaient ils ?

 

Ben oui, comme toujours la perfection n’existant pas, nous en avons relevé quelques-uns, le manque de poubelles ainsi que comme dans presque toutes les concentrations françaises, l’état des chiottes, de grâce faites des efforts les mecs.

 

Bien qu’à votre décharge 30 000 bikers évacuant chacun leur litron de bière ça fait vite un camion citerne… Je pars hors sujet là…

En conclusion ce weekend fut une splendide fête, ode à la bécane, aux bikers, au rock, aux belles nanas.

 

Le soleil était aussi très présent, on a donc tous bronzé agricole, genre carreleur portugais.

 

On s’est tous lavé les dents au coca pour éviter la prune, on a tous coupé les gaz devant les bleus pour ne pas les gêner dans leur boulot.

 

Une très belle réussite signée des "anges de l’enfer".

 

Ce n’est pas évident de canaliser autant de bikers épris de liberté sans problème majeur.

Espérons maintenant que le Freewheels continuera son bonhomme de chemin dans cette Auvergne qu’il n’a jamais quitté réellement.


Special Thanks comme dit Zed à : Bachou, Totor et Jaja qu’on a tourmenté ce week end, à Chantal, Didier, Olivier et Lucie qui m’ont drivé de Montpellier sans me paumer, à toute l’équipe de Luc pour ses histoires passionnantes sur la 66, aux amis du Riviera Chapter, à Romain qui sera bientôt le roi des patchs, à Fred de Race Machine qui a passé son temps à vous réparer vos bécanes, à la journaliste Charlotte et son équipe du 7 à 8 de TF1, et à tous ceux que j’oublie, pardon.

un clic ici pour voir l'album 130 photos

Article et photos Alain & Mimi

Les partenaires de Legend Motorbike