Bourgogne Ride

avec le

Chapter d'Avignon
 

Du 10 au 14 juillet 2010

On dit de la Bourgogne qu’elle est un vaste territoire uni par une certaine identité qui repose sur un goût pour les bonnes choses et pour la tradition.


Et vous vouliez que face à pareille invitation, l’Avignon Bridge Chapter fasse la fine bouche ?

 
Rêvez toujours ! Nous sommes donc 10 couples et un électron libre, ce second samedi de Juillet, à nous inscrire dans le sillage des Road Captains Christian et Chantal trop heureux de nous emmener découvrir leur région d’origine.

 

Le programme commence par plusieurs heures d’autoroute, et de départementales dès Lyon dépassé, pour rejoindre au plus tôt l’Hôtel de l’Ecrevisse, à Moloy (21120), d’où nous rayonnerons.


Moloy minuscule commune du département de la Côte-d'Or, canton d'Is-sur-Tille, 223 habitants seulement au compteur en 2007, tous connaissent l’Hôtel de l’Ecrevisse.

 

Faut dire que l’établissement est situé 1, place de l’Eglise,

heureusement, les cloches ne sonnent pas tous les quarts d’heure…

 

Et bien sûr, tous les habitants connaissent Jean-Pierre, le taulier de l’Ecrevisse, qui en attrape d’ailleurs la couleur à certains moments de la journée…

Du 10 au 14 juillet donc, l’Ecrevisse s’agite, il faut dire que les bikers investissent 11 des 16 chambres et s’approprient la salle à manger matins et soirs.

 

De quoi faire courir Jean-Pierre et lui donner même des suées qu’il sait très bien soigner…!


Si le décor repose sur une quantité d’objets liés à la ruralité bourguignonne, l’Ecrevisse revendique aussi une généreuse table de terroir pleine de charme et de bons produits locaux qui s’invitent sur la carte et dont nous mesurerons les saveurs chaque soir.

 

Côté bar, le silence campagnard en prend un coup quand les cloches sonnent l’apéro mais c’est peut être pour mieux coller à la chaleur du véritable foyer campagnard.

En ce sens, l’Ecrevisse s'apparente par son esprit aux relais de poste de jadis, où les équipages faisaient halte et où les chevaux pouvaient trouver soins, pitance et écurie au même titre que leurs maîtres.

 

Du duo Harley-biker à l’équipage canasson-cavalier, il y a un raccourci qu’un coup de gaz peut franchir.


Comme tous les matins, 9h15 pétaradantes, la colonne retrouve le sillage de Christian.

 

Le Road Captain a reconnu minutieusement la balade quelques semaines plus tôt quand une pluie incessante ne laissait pas espérer la canicule qui ne nous laisse pas une minute pendant cette Bike Week Bourguignonne estivale.

Premier jour donc, arrêt aux sources de la Seine à Saint-Germain-Source-Seine, sur le plateau de Langres, en Côte-d'Or, ici les habitants sont les Séquanigerminois mais on n’a pas le temps de faire connaissance.

 

A trop s’approcher certains ramèneront de la vase de ces prés fleuris qu’arrose le cours d’eau naissant.

 

Puis c’est direction Alise-Sainte-Reine pour la visite du site des vestiges de la ville gallo-romaine d'Alésia.

 

Le voyage dans le temps est mené par Esther, guide incollable sur ce théâtre de la bataille décisive de la Guerre des Gaules qui opposa Jules César à la coalition gauloise menée par l'Arverne Vercingétorix en 52 av. J-C. Leçon retenue.

L’auberge du Château de Bussy est à une poignée de kilomètres et nous attend pour manger.

 

Cernés par les vieilles pierres qui nous restituent une chaleur dont nous n’avions pas besoin, nous ne cessons de réclamer des glaçons.

 

La chaleur profite à tous, service compris, au point que l’ami Manu se fait un copain, le préféré du capitaine des glaçons.

 

Nous traversons la rue pour visiter le château de Bussy Rabutin.

 

Niché au cœur d’un vallon boisé du Morvan, le monument classé renferme une étonnante galerie de portraits créée par un éponyme courtisan en disgrâce du roi Louis XIV.

Nous musardons dans le jardin à la française et profitons des points de vue sur le château entouré de ses douves en eau.

 

Une occasion pour certains de démontrer que la sieste peut être d’une sérieuse concurrence à la culture…


Réveil et retour à Moloy, douche rapide et chemise Chapter, famille et amis de Christian et Chantal nous reçoivent.

 

L’apéro est servi au rythme des quilles qui sont balayées sur un bowling en plein air.

 

Moutardes et confiseries récompensent les dames, vins et accolades les messieurs.

 

La paella est délicieuse et les vins disputés aux quilles ne vieilliront pas.

 

Le digestif permet aux vauclusiens de prendre une revanche en apprenant à leurs hôtes ‘à passer leur verre sans se tromper’…


Le lendemain traversée de la Côte-d'Or en direction des caves Patriarches, à Beaune.

 

Entreprise familiale dont l’Histoire s’écrit depuis 1780 avec des plumes trempées dans des grands crus et dont les signatures se comptent en AOC et grands vins de Bourgogne.

Visite et dégustation, plutôt dans la bonne humeur, et succession de Meursault, Aloxe-Corton, Savigny-les-Beaune, Beaune, Pommard, Puligny-Montrachet, Côte de Nuits, Fixin, Gevrey-Chambertin, Vosne-Romanée…

 

Nous mettons un peu plus de temps que de coutume à déplier la bannière à l’endroit…


On fait un arrêt pique-nique au cœur du vignoble Bourguignon où coulent une calme rivière et le fromage dans les sandwiches préparés par le roi de l’Ecrevisse.

 

Balade sur la route des grands crus, direction la ferme Fruirouge à Concoeur, à mi-chemin entre Beaune et Dijon.

 

Là, Isabelle et Sylvain Olivier, producteurs transformateurs de petits fruits rouges, sont divins en confitures, boissons et condiments à base de cassis et autres framboises, groseilles, cerises…

 

Adoucis et attentifs, les bikers que nous sommes mijotent tels les fruits et le sucre dans les bassines de cuivre.

 

Nous ramenons tous une moutarde ou une crème de fruits, pressés par de gros nuages qui finalement feront tout au plus briller les routes du retour vers Moloy.


Mardi, balade en vallée de la Tille direction Bèze, une fois de plus Christian et Chantal ont tout prévu.

Nous visitons les grottes, la résurgence, la rivière souterraine qui se déverse à l’air libre par un siphon de type ‘vauclusien’, ce dont le groupe ne manque pas de tirer une légitime fierté.

 

Le Trou des Belles-Mères déclenche d’inévitables commentaires et la Pisseuse de Bèze une cohue sous son goutte à goutte réputé de Jouvence.

 

La guide Apolline en perd ses cordes mais ramène sa barque à bon port.


A Cessey-sur-Tille, la Louve, généreuse auberge, a dressé la table.

Michel, maître des lieux se met en quatre pour nous rassasier et y parvient sans problème avec son barbecue qui crache les grillades comme nos échappements les décibels.

 

La souriante Cindy, que l’on a du mal à regarder dans les yeux, qui les distribue aussi vite.

 

Fromage de Cîteaux et Epoisses viendront en sus d’un plateau déjà conséquent, que le Road Captain tiendra à accompagner d’un pinot noir de rigueur.

 

Au final, la sieste s’imposera pour certains avant de retrouver les machines, dans retrouver il y a ‘trouver’…

La digestion se fera dans les rues de Dijon, via le Parcours de la Chouette, de la Cathédrale Saint Benigne à la Porte Guillaume.

 

La journée n’est pas terminée, le ‘Contrée des Ducs Dijon Chapter’ nous invite.

 

Une petite délégation qui n’en sert pas moins un accueil des plus chaleureux avec Jean-Luc (director), Michèle (secretary), Papy Calou (director assistant), Jean-Pou (safety officier) Alain et plusieurs autres.

 

Une étape fraternelle imposée, qui forge l’amitié et se clôt sur des promesses de retrouvailles, dans le Vaucluse cette fois.

Pour le dernier soir à l’Ecrevisse la table est encore plus longue.

 

Famille et amis de Christian et Chantal sont venus partager nos ultimes agapes en terre bourguignonne.

 

Le kir Cassis de Jean-Pierre coule à flots, même si lui reste fidèle à son inépuisable ballon de rouge.


Un proverbe bourguignon ne dit-il pas : ‘Le vin de Bourgogne fait beaucoup de bien aux femmes, surtout quand ce sont des hommes qui le boivent’ ?

 

article et photos Redolphe

Les partenaires de Legend Motorbike