Printemps

en Vallée de

Chevreuse

Si Versailles m'était conté

C’est par le fracas des trombes d’eau martelant les fenêtres de toit de la chambre que nous sommes réveillés dès quatre heures du matin.


Cela n’augure rien de bon pour notre première véritable sortie printanière de l’année et semble confirmer pour une fois, les prédictions toujours alarmistes de notre grenouille météo favorite, Véro la rainette verte.

 

Rappel scientifique :
Il est vrai que les petites rainettes vertes qui ne dépassent pas 5 cm de long, ne se rencontrent que dans les milieux marécageux et boisés mais toujours à proximité de l'eau. Elles ont une activité nocturne, tandis qu'elles passent la journée, lorsque celle-ci est bien ensoleillée, immobiles plusieurs heures afin de prendre le soleil. Cependant elles rêvent toujours d’eau car la reproduction a lieu au printemps, de mars à juin, en milieu humide. Ceci expliquant cela !

A l’ouverture des portes de garage, engoncés dans nos tenues étanches, nous constatons que le ciel est toujours menaçant.

 

Pourtant la pluie a cessé et la température clémente est au rendez-vous de ce premier jour du printemps.


Les dix sept équipages se rejoignent sans exception à l’heure matinale prévue sur le parking désert du centre commercial de la route de Bonnétable.

 

Le gris du ciel ne semble pas entamer le plaisir de se retrouver et l’ambiance est au beau fixe.

 

 

Guy et Michèle, nouveaux membres du Chapter, arrivent de Châteaudun, participer pour la première fois à l’une de nos sorties.

 

A près un petit briefing sur notre nouvelle méthode de sécurisation du convoi, Jean Phi et Evy, organisateurs du week-end prennent les choses en mains, lui devant dans son rôle de HRC et elle, ferme la marche au volant du 4X4.

Le reste de la caravane étant organisé en sous groupe de deux ou trois motos, suivant plusieurs chefs de files équipés de CB et GPS avec parcours intégré en cas de dislocation du convoi en traversée de ville ou au passage des ronds points.

 

La route est encore détrempée des fortes intempéries de la nuit, mais une douce brise de sud ouest pousse les nuages vers les pays du nord est.

 

Le ciel semble vouloir s’alléger de ces cumulus pour nous épargner la douche.

 

Notre optimisme est cependant mesuré car nous
roulons au travers des collines du Perche, précisément dans la même direction que le vent et petit à petit, nous rattrapons la perturbation.

 

Nous arrivons à Bellême où une halte petit déjeuner a été prévue, sous un ciel à nouveau menaçant.

 

Au diable la grenouille qui reprend espoir !

Mais l’estaminet où nous faisons halte porte un nom prédestiné "le café du midi" et le chaleureux accueil qui nous y est réservé commence à faire vaciller les certitudes de notre grenouille dont le croassement s’adoucit lorsque nous reprenons la route sans que la moindre goutte ne vienne éclabousser nos visières !

Direction Moutier au Perche, La Loupe, Châteauneuf en Thymeray, Tremblay le Vicomte puis Nogent Le Roi, toujours pas la moindre goutte !

 

Nous empruntons en partie la route au travers de l’Eure et Loir que nous avions traversée l’an dernier pour notre balade impressionniste.

Nous pénétrons en Yvelines, passons Condé sur Vesgre, Gambaiseuil, Grosrouvre.

 

De magnifiques propriétés bourgeoises composent ces villages que seuls quelques espaces concédés par l’effeuillage hivernal des haies nous permettent d’apercevoir.

Le Soleil éclaire enfin la campagne, n’en déplaise à la grenouille, lorsque nous atteignons Monfort L’Amaury, petit bourg qui tient son nom du premier comte de Monfort.

 

C’est en effet Amaury 1er qui fit bâtir les remparts au XIème siècle, après que le château fut construit par le roi Robert II en 996 sur la butte de Montfort.

 

Jean Phi nous emmène au travers du centre ville, très bien conservé, il a gardé l’aspect pittoresque de l’époque médiéval.


Dans les rues étroites, revêtues de gros pavés de grès irréguliers, nous devons nous faufiler dans un dédale de ruelles où le bruit sourd de nos Harleys résonne entre les façades des veilles maisons de pierres.

 
C’est l’heure du marché, les habitants et les camelots affairés sur les étals, se retournent sur notre passage.

 

Certains s’amusent de ce défilé inhabituel au bourdonnement si particulier, mais d’autres en revanche semblent moins apprécier que nous venions pour un moment troubler la quiétude très bourgeoise de cette petite cité, banlieue huppée de la région parisienne.

Nous poursuivons notre balade en Yvelines jusqu’à Elancourt par la route de Chevreuse et arrivons au parc France Miniature.

 

Les combinaisons de pluie sont définitivement remisées au fond des sacoches et notre grenouille tout à coup se transforme en cigale !

France Miniature est une leçon de géographie et d’histoire à ciel ouvert qui invite au voyage.

 

Sur une surface de 5 hectares, les visiteurs découvrent 130 répliques au 1/30ème des plus belles réalisations du patrimoine français comprenant abbayes, cathédrales et châteaux, ouvrages d’art et villages typiques.

Sans oublier les 150 paysages de France reconstitués, des massifs montagneux aux volcans d’Auvergne, du village de Saint Emilion ou Saint Nectaire aux ports et gares, aux voies ferrées et mers, toute la France se visite en miniature dans un parcours découverte en plein air au cœur de nos terroirs.

Nos G.O. qui ont tout prévu nous mènent à l’intérieur du parc pour rejoindre le restaurant où une table a été dressée rien que pour nous. Nous reprenons quelques forces, bien nécessaires avant d’entreprendre à pied le tour de France et la visite de ses sites touristiques les plus renommés.

Gros cigare pour certains, toboggans ou saut de l’ange en bateau avec amerrissage chaotique pour les plus téméraires, tandis que d’autres iront tranquillement s’allonger pour une petite sieste en hamac.


Deux heures de promenade pédestre au cœur de la France ne seront pas superflues pour éliminer un peu de mauvaise graisse avant de repartir pour atteindre notre étape du jour, Versailles, la ville du Roi Soleil.


Nous prenons nos quartiers à l’hôtel situé en plein centre ville, vers 17 heures.

 

A près une bonne douche et un petit ravalement de façade nous improvisons une promenade en centre ville.

La place du marché et ses halles puis les rues commerçantes où pâtissiers et chocolatiers attisent la gourmandise de nos grassouillets compères et commères qui ne résistent pas longtemps à l’appel des fritures en chocolat et autres friandises.

Puis vers 19h30, tout le monde se retrouve pour le dîner au "Bœuf à la Mode", brasserie très sympa à l’ambiance art déco.

 

Le repas est excellent et se déroule dans une ambiance…

Je sais plus quoi dire, dans chaque compte rendu je me répète, je dis toujours la même chose .. alors choisissez vous-même !

 

Amicale, festive, bon enfant, sympathique, plaisante, agréable, drôle, amusante, pleine d’humour, paillarde, dévergondée, épicurienne, hédoniste, arrosée, gastronomique, gourmande, délicate, sensuelle, luxurieuse…

 

Sans doute un peu tout à la fois alors élisez le qualificatif qui vous convient le mieux et puis, envoyez moi vos propositions pour mes prochains comptes- rendus, en tout cas : pourvu que ça dure !

 

SI VERSAILLES M’ETAIT CONTE

 

Nous nous retrouvons un peu avant 10 heures ce dimanche matin, face aux grandes grilles dorées de l’imposant et majestueux château de Versailles.

 

Les dimensions extraordinaires de ce monument classé au patrimoine mondial de l’humanité nous impressionnent et donnent une petite idée de ce qu’a pu être la puissance de la France à l’époque de sa construction et de la mégalomanie qui hantait l’esprit de nos souverains.


Le château de Versailles constitue d’ailleurs, l’une des plus belles réalisations du XVIIe siècle, symbole de l'absolutisme royal et incarnation de l'art classique français.

Grâce à l’organisation sans faille d’Evy et Jean Phi, nous retrouvons le guide dont ils avaient réservé les services à l’heure dite, avant que les vagues successives de touristes venus du monde entier n’envahissent les lieux comme peuvent le laisser supposer le nombre de cars déjà stationnés sur l’esplanade.


Très bonne idée que ce guide particulier, avec qui nous visitons seuls les appartements privés des rois et des reines qui se sont succédés en ces hauts lieux historiques.

Son érudition, sa culture et son humour si particulier, renforcés par une pédagogie basée sur le jeu des questions réponses accrochent dès les premières minutes chacune des personnes présentes, tant son exposé est passionnant.


Il sera pour nous durant près d’une heure et demie, avec la même emphase, le Sacha Guitry de "Si Versailles m’était conté".


Nous devenons le public attentif, à l’écoute de l’acteur narrant l’histoire, comme s’il avait lui-même traversé les siècles, au sein du véritable décor.

Maître Guitry aimait les femmes dit on, le notre en revanche se découvre un favori au sein du groupe.

 

Attiré sans doute par son corps moulé de cuir, il prend à partie ce biker célibataire d’un jour qui devient complaisamment son faire valoir.

 

Il profite de cette complicité pour poser à son nouvel ami, toutes les questions les plus surprenantes et attend, l’œil polisson, ses réponses sur "les fondements" de l’histoire de France et de Versailles !

"Tout le talent de l’acteur consiste à faire éprouver aux spectateurs des émotions qu’il ne ressent pas lui-même."
[ Sacha Guitry ]

Après avoir visité les grands appartements du roi, notre "Sacha Guitry" nous abandonne à la cohue de la foule cosmopolite des touristes qui a envahi les lieux et nous terminons la visite par la majestueuse galerie des glaces récemment restaurée.

 

De là nous découvrons, par les fenêtres, la grande perspective des bassins et des jardins qui fuient jusqu’à l’horizon.


Un déjeuner copieux est prévu dans l’enceinte du parc au restaurant "la Flotille" au bord du grand canal.

Repus, il nous faut regagner à pied nos bécanes restées parquées à l’hôtel.

Ces quelques kilomètres facilitent la digestion et nous permettent de lentement préparer les esprits à l’heure du départ.


Jean Phi reprend les commandes et entame la route du retour par le parc de la haute vallée de Chevreuse et la forêt de Rambouillet.

 

Nous traversons Dampierre en Yvelines, Cernay La Ville, Clairefontaine.

 

Nous apercevons au coin du bois quelques cervidés, puis des faisans et un lièvre filant à travers champs.

 

Nous rejoignons ensuite la vallée de l’Eure et apercevons dans le lointain les flèches de la cathédrale de Chartres qui annoncent notre dernier arrêt avant de nous séparer.

 

La tradition veut que l’on applaudisse les pilotes après un bon atterrissage, alors bravo à notre duo pour leur premier vol aux commandes, ils vont pouvoir désormais, assurer un paquet d’heures de vol !


"PNC aux portes pour le prochain décollage !"

Un clic ici pour voir l'album 140 photos

Article et photos Philippe

Les partenaires de Legend Motorbike