Kustom Showet Country Bike

Rock Festival

un p’tit tour à Tours

Après les splendides érections du show bike aquitaine la semaine dernière, nous voila replongés dans la culture avec le Country Rock Festival de Tours.

 

Un peu de gym cérébrale: Tours c'est au centre de l'hexagone, c'est les plus beaux châteaux du monde.

 

Un fleuve classé à L'UNESCO, Rabelais et Balzac y avaient leurs guitounes.

 

c'est vous dire d’entrée l’émerveillement.

 

Le festival a drainé vingt mille personnes ce premier weekend de juillet 2011.

Il faut signaler qu'il était cette fois associé au géant français de la culture custom, je cite le Kustom Show, absent des salons depuis 2 ans.

 

Les deux réunis donc sur 50 000 m² dont 9 000 couverts c'est vous dire l'ampleur.

 

Tu y rajoutes des boutiques tellement nombreuses que tu ne peux les compter, un enclos de rodéo, un autre de camp US des années 40, un suivant d'indiens etc etc...

 

Dans la partie couverte quasiment tous les fabricants et distributeurs de pièces ainsi que les préparateurs sont présents ce qui entraîne une expo de bécanes, de cars et trucks US de très haute volée, voila en gros le tableau.

Pour ne pas te faire remarquer il est de bon ton ici de porter un galurin de cowboy.

 

La musique avait la part belle avec de nombreux groupes axés country, rockabilly  et surtout la venue de ZZ Top le dimanche pour la clôture du festival.

 

Le pass pour les 3 jours 38 €, mais 12 euros pour les bikers arrivés avec leur bécane, possibilité d'entrer à la journée.

 

Attention ZZ Top n'était pas gratos mais affichait 70 € la place.

 

Si vous avez zappé tant pis pour vous, vous êtes passés à côté du festival US de l'année.

Difficile d'entrer dans le détail tellement la programmation est chargée mais essayons...


C'est bronzés comme des pains d'épices et la langue chargée suite à notre périple précèdent que nous faisons une entrée très remarquée au festival.

 

Notre chop, bade jok, primé au show bike Aquitaine, fonctionnant avec une batterie de bagnole dans sa sacoche et le Cross Bone avait perdu ses embouts silencieux.

 

En fait il n'y avait que le CVO de Chantal qui n'accusait aucune fatigue, c'est beau la bourgeoisie...

Je rappelle aux lecteurs que nous finissions un tour de France de plus de 3 000 bornes.

 

La première impression fut le gigantisme des installations, la deuxième la prédominance très marquée de la country.

 

Au loin un monumental marabout, j'ai pensé un moment que c'était celui de Kadhafi en vacances forcées, mais non un campement US complet de la dernière guerre plus vrai que nature.

 

Plus loin un enclos qui sentait bon le fumet de nos campagnes où des cow boy essayaient d'extraire des vachettes d’un troupeau de récalcitrantes sous l'œil bienveillant des juges de piste.

On continue avec un vrai village indien où une visite des teepees s'imposait.

 

Pour accéder à ces zones il nous fallait passer une multitude de travées de boutiques hétéroclites, où les crêpes au Nutella côtoyaient les santiags le tout avec le charme des puces de St Ouen.

 

Avant d'intégrer le saint des saints "indoor" on hésite entre un gavage de crêpes et une mini cuite à la Kronenbourg, tout compte fait on choisit les deux.

 

On s'en fout partout et très vite on ressemble plus au gamin de la guerre des boutons qu'à de vrais bikers riders.

On intègre admiratif le Hall B, sous les milliers de m² couverts une expo de bécanes de folie, des pistes de danses, une scène de zique, les stands des plus gros customisers du marché.

 

Sans oublier, un restau de 500 couverts, des tables de poker où 16 parties étaient en cours en direct live, dans un coin des flippers et comble du bonheur, pour une fois, des toilettes propres avec papier.

 

Tout cela dans une ambiance bon enfant et très familiale.

 

Le dimanche matin voit l’installation d’une parade gigantesque.

On s’abstient car j’y avais quelques vilains souvenirs en 2006 avec des embouteillages monstres provoqués par les trucks US dans le centre de Tours.

 

On se contente donc d’user nos reflex pour votre plus grand plaisir j’espère.

 

Seul point noir la sécurisation des parkings quasi inexistante, même à l’intérieur, ce qui a entraîné quelques vols et dégradations.


Vous l’avez quand même compris ce rassemblement est d’une richesse étonnante et sa dimension est directement copiée sur la base de lancement de Kourou.

A refaire impérativement si les deux organisations remettent le couvert en 2012.

 

Je vous engage à y passer quelques jours de plus ce qui vous permettra de visiter quelques châteaux admirables et uniques et d’apprendre quelques pas de bourrée Texane.

 

A bientôt les amis.

 

Alain et Mimi

un clic ici pour voir l'album 190 photos

Article, Alain & Mimi, photos, Mimi, Alain et Gérard

Les partenaires de Legend Motorbike