A la découverte

de La Hague

en Harley

Il existe un bout du monde sauvage et battu par les vents, quand il n'est pas noyé par la brume, à l'extrême pointe du Cotentin: j'ai nommé La Hague.


Délimitée au sud par la rivière Diélette, qui se jette près du Cap de Flamanville, à l'est la rivière Divette, qui se jette dans la mer à Cherbourg et à l'ouest et au nord par la mer de la Manche, la Hague reste un mystère.


Beaucoup de visiteurs confessent qu'ils ne vont pas au-delà de Cherbourg et c'est avec étonnement qu'ils découvrent un jour ce coin de paradis terrestre.

 

La proximité de la mer et l'influence du Gulf Stream font que la région ne connaît généralement pas le gel.

 

C'est donc un lieu important pour les oiseaux migrateurs en hiver, comme la mare de Vauville et ses bécasses.

D'ailleurs, un jardin botanique y expose de nombreuses plantes de l'hémisphère sud.


160 jours par an de brouillard au Cap de La Hague : ça, ce sont des statistiques de météorologues du dimanche!

 

La vérité : ce n'est pas du brouillard, mais de la brume qui enveloppe les murets de pierres caractéristiques du Nord du Cotentin.

 

Le temps d'un week-end, le Caen Côte de Nacre Chapter y a guidé des bikers du Nord, des Ch'tis habitués à la drache persistante et aux températures glaciales (humour : ne me lancez pas de pavés ! gardez-les pour les cyclistes du Paris-Roubaix...).

C'est vrai que, lors de leur précédente visite, il y a deux ans, une météo capricieuse nous avait contraint à rebrousser chemin, une pluie bien mouillante s'étant installée pour la fin de la journée...


Eric avait dit alors « On reviendra... » Il a tenu parole et n'a pas été déçu.


Le samedi matin était un peu frais, 13° au thermomètre, mais c'était pour leur éviter un choc thermique !

 

La température est ensuite vite montée.

Après un détour chez un producteur cidricole qui a expliqué les différences fondamentales entre le cidre breton et le cidre normand, suivi d'un repas destiné à découvrir les spécialités locales, les Harley sont allées s'exprimer sur les petites routes virageuses et très pentues du Nord-Ouest du Cotentin, le Caen Côte de Nacre Chapter assurant la sécurité.


200 km plus tard, le bilan était plus qu'élogieux.
« Splendide. Sauvage et tranquille. On se croirait en Irlande ! »


J'arrête là : je ne tiens pas à ce que ma région natale soit envahie par un tourisme excessif . Un tel bijou, on le garde pour les copains...

un clic ici pour voir l'album 35 photos

article et photos Jean-Pierre

Les partenaires de Legend Motorbike