Le Chapter de Reims

prend

Le Chemin des Dames

pour visiter

La Caverne du Dragon

 

Après l’hiver, lorsque les marmottes reprennent leur poste à l’emballage chez VV ( Vache Violette) , que les bourgeons bourgeonnent et que VV commence à sortir dans les prés verts (fichtre, je l’ai pas vu venir celui-là !), nous avons sorti les motos pour aller au Bol d’Air (celui-là, oui, j’ai fait expres).

 

Moi-même présentement, là dis donc, j’ai emmené une troupette de 30 personnes à la campagne, lieu idéal pour parfaire sa culture.
 

Après 140 km de routes bucoliques, rupestres et axonaises (t’en fous, c’est pas important de comprendre ça), nous arrivâmes à Guise (bien prononcer GÜ-IZ") pour visiter le fameux Familistère de Jean-Baptiste Godin, tu sais le type qu’avait des poêles en fonte.


Il y aurait tellement à raconter sur ce fabuleux bonhomme tant il a fait de choses en faveur de ses ouvriers mais il existe d’excellents ouvrages sur sa vie et son œuvre.

 

T’as qu’à les commander pour la fête des Pères….ou des Mères.

Ce que voulais surtout te raconter, c’est notre sortie organisée par Erick et Arnault, à près de 50 personnes, à La Caverne du Dragon (die Drachenhölle pour les germains).


C’est sur le Chemin des Dames.

 

Ca y est ? Ca te revient ? Bon, parce que s’il faut en plus te raconter le pourquoi du comment du Chemin des Dames, on n’est pas rendu.


Bref, c’est la Grande Guerre.


La Caverne du Dragon était un endroit stratégique, comme des milliers d’autres en 1917, et elle a été occupée alternativement par les français et les allemands…et quelque fois les deux en même temps.

T’imagines un peu les conditions de vie, d’hygiène etc.. Pas le Club Med, cette histoire !


Faut voir ce qu’ils se mettaient à l’époque alors qu’ils se connaissaient même pas.

 

Et vas-y que je te paye un petit canon…de 75…et tu reprendras bien un peu de Shrapnel, c’est fait maison, etc..


Aujourd’hui, quand un soldat de métier tombe quelque part dans le monde, la télé en parle, y a un article dans Gala et Voici, on envoie une commission d’enquête parce que c’est-y donc normal que les militaires meurent à la guerre ?

En 1917, c’était : allo, t’en as besoin de combien ? J’t’en envoie 10 000. Et hop, emballé c’est pesé !


Je ne devrais pas plaisanter avec ces choses là vu que mon père y était aussi, mais avec le recul, la guerre, c’est vraiment une grande c…...


Notre guide nous a bien expliqué tout ce que nous devions retenir de cet endroit, des conditions de vie des poilus et de ceux d’en face et si je te raconte, tu vas pleurer aussi.

Alors haut les cœurs, et vite au restau.


Le mot de la fin, c’est carpe diem : profite du jour présent.

Et la prochaine fois, c’est chez moi…

 

Un clic ici pour voir l'album "sérieux" 80 photos

 

Un clic ici pour voir l'album "pas sérieux" 25 illustrations

 

article Pierre, photos et illustrations Reims Chapter

Les partenaires de Legend Motorbike