QUAND LES V-TWIN

VONT VISITER

L'USINE DES V2

Tout a commencé par un rendez-vous manqué sur l’autoroute vers le ch’Nord.


Mais on s’est retrouvé quand même, bien avant St Omer.

Heureusement, car les barges nous attendaient 20 minutes plus loin.

 

Pas dangereuses, les barges. Il y a eu un moment de flottement mais tout s’est finalement bien passé. Pas de vagues, on a dit.


Elles nous ont permis de visiter le marais audomarois (pour ta culture : audomarois = de St Omer).

Très très sympa, la balade sur les canaux, au milieu de ce marais, le dernier en France a être encore cultivé, dit-on.

 

Le guide a magistralement commenté la promenade et nous avons écouté religieusement.


Il était question de carottes, de choux-fleurs et d’autres plantes et zoiseaux de toutes sortes, comme la gallinette cendrée et le héron, petit patapon, cendré également.


Moi, je suis naturellement sur ma réserve et eux, (les zosios) sont dans une réserve naturelle.

 

C’est sans doute pour cela qu’on dit quelques fois de moi que je suis un drôle d’oiseau ?

En « débargeant » sur la terre ferme – ou la terre de la ferme – l’Estaminet nous tendait ses tables et chaises pour un déjeuner de qualité, bon et copieux et entouré de bons amis. La vraie vie, quoi !

 

Nous allions sombrer dans une douce léthargie après-déjeunerienne lorsque le GO de service nous a virilement enjoint de regagner nos féales montures dans la minute car la journée était loin d’être terminée, non mais des fois.

En route pour La Coupole. Je me suis dit : tiens, on va danser avec des vieilles de mon âge.

Euh, pas vraiment, cette Coupole là, c’était pas à Paris mais près de St Omer (le même que plus haut) et on y assemblait des fusées alimentées par un réacteur :

 

les fameux V 2 qui ont bombardé Londres pendant WW2.

J’ai déjà eu l’occasion de dire que l’ingéniosité de l’homme ne s’est jamais aussi bien exprimée que quand il s’agissait de faire la guerre ou de torturer ses concitoyens.

 

Là, qu’est-ce qu’on est fort !

Retenons simplement que l’inventeur de ces fusées a été plus tard le père de la conquête spaciale par les américains, le fameux Werner Von Braun.


Mais c’est bien quand même de visiter ce genre de site pour que de telles choses ne se reproduisent plus.

Et pensons aux bonnes choses qu’il nous reste à découvrir.

 

Ici, c’est le genièvre de Houlle, paré de mots sympathiques à entendre comme distillation, alambic, fûts de chêne et toute cette sorte de choses.

Après une soirée animée au resto qui va bien, dodo et le lendemain, en route vers les Caps : celui de Blanc-Nez puis de Gris-Nez, la côte jusqu’à Boulogne où nous sommes allés voir les poissons à Nausicaa.

Superbe spectacle et superbe lieu.

 

Y avait des bébètes qui font peur, des belles, des moches, des sournoises qui attendant qu’un autre poisson passe à côté et hop ! Par ici la bonne soupe….de poissons.

Y avait aussi des requins rouquins, des requins blancs, des….zut, j’ai pas vu ce que c’était. Il est passé trop vite….et des autres.

Pour finir la balade, déjeuner à Hardelot. Je ne me souviens plus si j’ai mangé du poisson là.

 

Peut-être bien. Pas grave, les autres ne me reconnaîtront pas.

Encore une sortie à mettre dans la boîte à souvenirs et à se raconter à la veillée.

un clic ici pour voir l'album 100 photos

article pierre, photos Chapter de Reims

Les partenaires de Legend Motorbike