8° RAID BULLES
REIMS CHAMPAGNE CHAPTER
 

Etait-ce un effet de la Crise, la fatigue due à un été caniculaire…de rien, la nostalgitude des frasques nouyorcaises des grands (et gros) de ce monde, la perspective de devoir encore boire du champagne, je ne sais pas.


En tout cas, nous étions un peu moins nombreux cette année, ce qui fait dire aux optimistes que c’était un rallye intimiste et aux pessimistes, euh, je ne sais pas ce qu’ils en auraient dit, parce qu’il n’y en avait pas chez nous.

 

Après le plaisir des retrouvailles le vendredi midi, nous sommes allés visiter une grande cave champenoise, chez GH Martel, que nous ne connaissions pas encore.


Ca y est, ça commence, ont dit certains.

Ca y est, ça commence, ont dit certains.

 

Et effectivement, chez GH Martel on est obligé de déguster trois champagnes différents pour bien se rendre compte du travail minutieux du vigneron.

Pas facile, la vie ici, je vous le dis.

Les quelque 60 participants se sont ensuite dirigé vers le dormitoir 3*** situé en plein centre de Reims : le Quality Hôtel, lequel nous avait réservé tout son parking, enfin excepté la place du Cayenne du proprio.


Et hop, une petite douche pour sentir bon sous les bras et en route, à pieds, vers le Cercle Colbert, un lieu grande classe dédié au bon vivre.

Apéro Schweppes, Coca light (ça c’est pour la censure) et vin local fermenté avé les bulles pour les autres.

 

Pendant ce temps, les motos, elles, dormaient du sommeil du juste derrière l’hôtel.

Tout le monde était en habits du dimanche bien qu’on ne soit que vendredi, c’est vous dire s’ils avaient envie de festoyer, les bougres et bougresses.

 

Et ils l’ont fait moitié dans la salle, moitié dans le parc où officiait l’apérotier peu de temps auparavant (chinois.

Si je l’avais pas faite celle-là, vous auriez pu à juste titre me le reprocher).

 

Le samedi matin, comme toujours, petit déjeuner chez notre ami et partenaire, les Champagnes Lassalle à Chigny-les-Roses.

Que le meilleur !

 

42 minutes et 18 secondes plus tard, à dada sur nos motos, en route sinueuse, bucolique et vignesque jusqu’à Chamery où nous attendait un ch’tiot train qu’on appelle : Le Petit Train des Vignes. Gare à celui qui l’oublie.

Là, nous avions sorti le grand jeu : ballade avec le susdit train dans les susdites vignes, au cours de laquelle notre hôte, Monsieur Lallement des Champagnes éponymes (je m’étais promis de l’utiliser celui-là. Voilà. C’est fait) nous a tout dit, absolument tout, sur le vignoble, la vigne, le raisin, comment on fait le champagne, l’âpreté de son métier, à nous tirer des larmes de compassion à moins que ce ne fussent des larmes dues aux escarbilles du train, va savoir.

Et pendant ce temps, l’autre moitié, celle qui a loupé le susdit train, visitait la cave du susdit père Lallement et dégustait son péteux dernier crû.

Après avoir inversé les rôles entre visite de cave et parcours aventure en train, tout le monde s’est retrouvé comprimé dans le pressoir pour voir comment que c’est qu’ils faisaient avec le raisin fraîchement vendangé puisque, comme chacun sait, le Comité Intersyndical des Vins de Champagne, en hommage à notre Chapter, avait décidé de fixer les dates des vendanges autour de notre 8° Raid Bulles.

 

Pas beau, ça ?

 

Puisqu’on était si bien ensemble, on a décidé de manger dans leur caveau de surface.

Repas sympa agrémenté d’un chanteur qui nous a rappelé que quand moi j’étais jeune, il y avait déjà de belles chansons françaises.

 

Pour te situer, c’est quand même bien plus tard que Georgette Plana et Mistringlette.

Dans le même temps, un artiste gravait à main levée le prénom de chacun des participants sur une flûte à champagne qui leur fut remise après le repas.

Fallait quand même repartir, ce que nous fîmes mais par vers Fismes.

 

Les routes de Champagne étant comme la bonté divine – infinies – nous avons parcouru des chemins goudronnés dans les vignes , au milieu de vendangeurs et geuses au travail.

Retour vers l’habitat urbain de Reims (celle à Rurale ayant été aperçue dans l’après midi) pour une nouvelle douche afin de sentir bon de partout cette fois.


Petit repos réparateur, massage fessier pour ceux qui avaient prévu la masseuse et rendez-vous pour assister au magnifique spectacle Rêve de Couleurs, organisé par la Ville de Reims et qui consiste à projeter des images colorées sur la façade de la cathédrale.

 

Un spectacle extraordinaire, qu’il ne fallait surtout pas manquer. C’est aussi ça, un Rallye, participer aux évènements locaux de qualité.

 

Sous une légère pluie revigorante, nous sommes retournés au centre ville, aux 3 Brasseurs, pour notre soirée DJ, manger, tombola et tout et tout.

Et pendant ce temps, les motos, elles, dormaient à nouveau du sommeil du juste derrière l’hôtel (bis).

Le dimanche matin, la petite pluie nous attendait devant l’hôtel, celui derrière lequel dormaient les motos, vous vous souvenez, et nous a accompagné pendant une heure voire 60 minutes.

Re-routes pittoresques de Champagne, même que des fois on se demandait qui avait appelé ça une route, traversée de Hautvillers, là ou repose le bon moine Dom Pérignon et arrivée au terminus du Rallye, la Ferme de Presles.

Si nous avions voulu frapper un grand coup pour marquer la fin du Rallye, nous n’aurions pas pu trouver mieux que cet endroit.

Mais vous nous connaissez, ce n’est pas notre genre de manipuler les sentiments des gens comme ça.

 

Nous, on fait dans l’humble et le convivial.

Notre mot d’ordre pour l’organisation du Raid Bulles, c’est : contentons nous du meilleur. Et on fait avec.

Alors, si le meilleur vous tente, on se voit l’année prochaine fin août, pour le

9° RAID BULLES………de CHAMPAGNE

Et patience, plus que onze mois à attendre !!!!!!!!

un clic ici pour voir l'album 250 photos
Article Pierre, Photos Reims Chapter

Les partenaires de Legend Motorbike