Faire la Manche

sous le soleil,

c’est top !

Alors que la météo fait des siennes en perturbant les climatologues qui ne savent plus à quel saint se vouer, certains coins de France voient encore le soleil occasionnellement.


C’était le cas le week-end de la Fête des Pères tout en haut du Cotentin et le Caen Côte de Nacre Chapter en a bien profité.


Jusqu’à maintenant, qu’est-ce qu’on a pris ! Mais on peut se consoler en disant que cette année, on ne paiera pas d’impôt sécheresse...

 

Prévoir un week-end sur la côte Ouest de la presqu’île du Cotentin, certains n’y songeraient même pas alors que, là-bas, on ne peut pas être plus près du Gulf Stream, ce courant marin qui apporte une douceur tempérée à notre beau pays .

L’idée était excellente !


Rendez-vous à Coutances, la ville de « Jazz sous les pommiers ».


Ce sont nos V-twins qui ont donné l’aubade le samedi matin avant de rejoindre notre port d’attache, Portbail, par le chemin des écoliers.


D’abord, on a pris le temps de déposer les sacs à l’hôtel et d’aller se remplir les estomacs avec des produits locaux, bulots et moules de Barfleur.


Une précision : pour les natifs de ce bout du monde, les bulots, appelés aussi buccins par les scientifiques (buccinum undatum) portent le joli nom de calicocos !

Mais c’est très local... N’allez pas demander des calicocos dans une poissonnerie parisienne, lyonnaise ou marseillaise !!!


Dix minutes à dégorger dans de l’eau froide et salée puis 25 minutes du cuisson, pas une de plus.


L’après-midi, Patrice nous a guidés dans la Hague, l’extrême pointe Ouest du Cotentin (côté Est, c’est le Val de Saire, très joli également mais différent).


Entre Diélette et Divette, c’est le Hague-Dick, une fortification datant de 1 000 ans av. JC, qui délimite ce territoire fier et sauvage.

Une succession de falaises, de dunes, de plages immenses, de ports protégeant des assauts de la houle, de maisons en pierre couvertes de lauzes, avec des multitudes de fleurs et de plantes que l’on rencontre d’habitude dans les pays méridionaux.

 

Il ne gèle pour ainsi dire jamais ici. Bon, d’accord, les embruns, le crachin et le brouillard s’invitent souvent, une thalassothérapie gratuite pour ses habitants et ses quelques visiteurs.


Querqueville, Nacqueville et son château de Dur-Ecu, Urville, Landemer, Gréville, Omonville, Saint-Germain-des-Vaux et son minuscule Port Racine, Auderville et le phare de Goury, Herqueville et Herquemoulin, Vauville, Biville, Siouville, Diélette, Flamanville, Le Rozel, Barneville-Carteret et retour au bercail... euh... à Portbail.

Une surprise le soir.


La fête de la musique est aussi un événement fort dans la région.


Bien que Portbail ne compte que 1671 habitants, d’après les statistiques officielles, le nombre de prestations musicales était impressionnant, ainsi que le nombre de curieux venus applaudir les stars locales.


La chance nous a poursuivi. Les Mad Dogs, avec un registre allant des Stones à Iggy Pop en passant par Fleetwood Mac et d’autres classiques de la bonne musique des seventies, ont animé la soirée, alors que des copains anglais, Hogback Chapter et les Black Horse Riders faisaient aussi le spectacle du côté des spectateurs.

Pensez-donc, ma brave dame !

 

D’où c’est-y qui viennent avec leur Harley-Davidson ?

 

Les autochtones ont dû croire à une nouvelle invasion anglo-normande.


Dimanche matin, réveil facile et nouvelle balade en Manche intérieure et au pays de la carotte, Créances.
 

Ce département est décidément d’une richesse touristique étonnante !


Les nuages noirs commençaient à s’ amonceler, mais le vent (pour sûr, là-haut, ça souffle!) a chassé tout ça et chacun aura pu rentrer sans sortir les vêtements de pluie.

Tant pis : ils serviront quand on retournera dans le Sud...

article et photos Jea-Pierre

Les partenaires de Legend Motorbike