9° RAID BULLES
REIMS CHAMPAGNE H.O.G.  CHAPTER
 

Cette année, nous avons décidé d’explorer le Sud……

de la Champagne. Et je suis pour.


Le seul problème, c’est qu’ici, le Sud de la partie Nord est séparé du Nord de la partie Sud, non pas par une «mare nostrum» comme on dit dans les livres chers que tu comprends rien à ce qu’ils écrivent, mais par un plateau désertique dédié à l’agriculture céréalière et betteravière, le sol crayeux datant du crétacé supérieur et reposant sur des plaques tectoniques instables favorisant ce genre de culture.

 

Ou alors, c’est autre chose mais vous vous en fichez de toute façon.

 

Mais revenons à notre 9° Raid Bulles dont on se raconte encore les bonnes histoires le soir à la veillée dans les chaumières des achélèmes.

Outre nos amis du Paris West Chapter qui ont pris un abonnement chez nous, il y avait des petits nouveaux du Liège Chapter, du Saar Steel Chapter.

 

Il y a eu aussi un arrivage de bananes en provenance de Lille Europe, Le Mans, Hannut, sans oublier, le dimanche, nos amis du Pays d’Othe, l’autre pays du Champagne.


Au total 80 personnes le samedi et près de 50 motos et encore plus le dimanche pour la grand messe.

Le rendez-vous du vendredi avait été avancé pour nous permettre d’aller visiter une coopérative viti-vinicole à un demi plein de Sportster de la concession :

Les Confidences de Dom Caudron, ça s’appelle.

Personnel compétent, site véritablement dédié à la visite et, puisqu’il faut l’avouer, à la dégustation de quelques uns de leurs meilleurs crus.

 

Ah, les mélocos ! Quel bonheur !

Après une petite balade (un reune, en anglais), dans la vignoble, arrivée à l’hôtel à Reims-Tinqueux dans la Marne pour la soirée.

 

Tout le monde il était beau et sur « on » pour la fête.
 

Bon manger, du boire avec Modération (elle est partout, celle-là !), de la bonne zique et t’aurais voulu quoi de plus ? et bien sûr de bons amis.

 

Le paradis sur terre, en quelque sorte.

Samedi matin il a fallu sacrifier au rituel du Reims Champagne Chapter: lever tôt, pas manger, petit-déjeuner de vigneron chez nos amis des Champagnes Lassalle.

 

Un dur moment comme toujours mais en se forçant, on y arrive.

Puis la balade à travers la partie Sud du vignoble du Nord, puis la plaine dont je t’ai causé plus haut avec le blé coupé, les betteraves encore vertes sur les arbres à betteraves, quelquefois rien du tout, mais toujours tous ensemble, hormis quelques arrêts sauvages dus à la différence de volume existant entre les vessies mâles, dotées quant à elles d’un robinet, et les vessies femelles chichement équipées d’une simple soupape dont le ressort mollit avec l’âge, m’a-t-on soufflé en confidences.

Encore qu’il semblerait que certains robinets aient aussi des clapets un peu faiblards. Mais ceci est une autre histoire.

Après ces aléas organiques, nous sommes arrivés sur les rives du lac de la Forêt d’Orient.

 

Là, le Marinka nous attendait d’assiette ferme et les plus hardis ont pu se goinfrer avec les andouillettes grillées à point que les moins hardis n’ont pas oser manger.

(Qui leur a dit comment c’était fait ?)

 

Et pourtant, elles étaient bonnes, ces andouillettes, misère à poil ! Mais, bon, chacun son truc.

Ensuite, promenade en bateau sur ledit lac de la Forêt etc…

La femme du capitaine nous a dit tout ce qu’un bon touriste avait à savoir concernant ces étendues d’eau créées à la demande des parigots qu’en avait marre d’être inondés.

 

Les habitants du coin étant des gens sans retenue, ils ont du en créer pour que les chochottes de la capitale n’aient plus les petons mouillés. Gentil, non ?

Après ça, direction le plein.


A ma demande, le Gouvernement est intervenu auprès de Monsieur Total et de ses Elfes, qui sont intervenus à leur tour auprès des 3Z (les Zémirats Zarabes Zunis) pour que baisse le prix du carburant, au moins le temps de notre rallye.

Généreux comme on les connaît tous, ils ont accepté et ont même prolongé leur largesse pendant plusieurs semaines. Merci qui ?

Caché au milieu de la forêt, il y avait, non pas la maison de la grand-mère du Petit Chaperon Rouge, non, mais le Best Western de la Forêt d’Orient, hôtel 4*, avec spa, piscine, golf et toute cette sorte de choses.

Arrivés assez tôt, nous avons organisé une chasse au trésor dans la piscine qui nous avait été réservée. Certains ont été tentés de glisser dans la piscine mais nous leur avons indiqué qu’il y avait un endroit pour ça.

 

La chasse au trésor était agrémentée du concours du plus beau bébé en maillot de bains et presque tous, enfin au moins une dizaine, ont joué le jeu.

Voyez comme ils sont beaux, nos Dalton, sur les photos.
Notre Catherine avait même retrouvé un maillot de bains qui date de ma jeunesse à moi. C’est dire !

La nuit tombait, - à ce propos, juste une petite réflexion : la nuit tombe tous les jours, la bêtasse, et ne se relève jamais.

 

En revanche, c’est le jour qui se lève alors qu’on ne nous avait pas dit qu’il était tombé, lui !


Quoique certains disent : à la tombée du jour, alors que c’est la nuit qui tombe. Va comprendre, toi !

 

Tout ça pour dire que la soirée fut gastronomique, comme toujours avec champagne à l’apéro et à volonté: pas la nôtre, celle des convives.

Là aussi, le ressort du clapet du robinet était un peu mou et nous nous y sommes mis à plusieurs pour arrêter le flot des bulles du Raid.

Animation, danse ,tombola, dodo et le dimanche matin, nos amis de Troyes nous ont rejoint en nombre et en motos.

 

Belle balade dans la région en passant par la Côte des Bars (ne rêve, pas, les Bars dont je cause, c’est pas des bistrots, pochetron, va !), les Riceys et d’autres magnifiques paysages rupestres.

 

C’est quand même beau la France, non ? Même chez les autres.

Pour finir ce 9° Raid Bulles en beauté, nous avons convié à déjeuner deux représentants de l’espèce porcine et je dois dire qu’ils se sont bien impliqués.

 

Pour nous faire honneur, ils ont même mis une broche qui entrait là et ressortait là.


A ce propos, il me vient une question: dans quel sens la broche a-t-elle été introduite dans le vif du sujet ? De l’avant vers l’arrière ou……


Au fond, peu importe, le feu purifie tout et de toute façon c’est trop tard.

 

Tout le monde en a mangé avant les traditionnels adieux déchirants de fin de rallye.

Et c’est ici que s’achève, mes biens chers frères, le 9° Raid Bulles de Champagne…Et la prochaine fois, c’est la 10°Les réservations sont ouvertes.

un clic ici pour voir l'album 250 photos
article Pierre, photos Remi et Gédéon

Les partenaires de Legend Motorbike