Voyages-

Voyages

Chaque semaine, Dominique Dillenbourg, gérant de West Forever vous raconte la petite histoire qui fait la grande

et répond à une question d’un lecteur de votre Webzine préféré !

 

Le Yellowstone National Park

Pour ce petit «zoom » sur le Yellowstone (Wyoming), je serais tenté de vous envoyer vers le site Wikipédia…

 

Vous y apprendriez quasiment tout ce qu’il faut savoir…

 

Que c’est le plus ancien parc national du monde (1872) et le deuxième par sa superficie aux U.S.A., d’une surface supérieure à celle de la Corse (tout de même !).

Vous sauriez de plus qu’il s’agit d’une caldera, c'est-à-dire d’un volcan qui s’est écroulé sur lui-même après une irruption, bouchant sa cheminée et que les activités géo-thermiques du sous-sol s’y expriment dans la langue acide et colorée des nombreux geysers.

Vous constateriez sans doute aussi que depuis qu’il est un parc national, les animaux y ont fait un retour en force : bisons, loups, ours, grizzly, élans, coyotes, aigles, etc.

Mais en réalité, ce que Wikipédia ne vous décrira pas et dont j’ai surtout envie de vous parler, c’est de la poésie des lieux.

 

Pour y avoir séjourné à de nombreuses reprises, en été et en hiver, j’ai toujours été marqué par la multitude des atmosphères, les variances émotionnelles des paysages et des reliefs.

 

Situé entre 1600 et 3650 mètres d’altitude, l’air y est d’une pureté extraordinaire et les formes qui s’y dessinent, dans un mélange de lumière, d’humidité et de sensualité, semblent irréelles.

 

De l’aube à l’aurore, de fins filets de brume s’échappent des rivières poissonneuses. Le soir, c’est dans l’orange et le rouge qu’il faut chercher les couleurs de la palette du grand artiste, à condition que l’ombre d’un gros orage, fréquent sur les mois d’été, n’ait pas déjà tout englouti dans sa grande cape noire.

photos, Dominique Dillenbourg et Williams

 

Question à Dominique :


Je suis en train de finaliser mon ride entre la Nouvelle Orléans et Chicago, peux-tu me dire quelle est la meilleure période pour partir ?

Pierrot, Montauban.


Salut Pierrot,

La météo est un vrai problème sur ce parcours qui monte du delta du Mississipi, tout au sud des U.S.A., jusqu’à Chicago près des grands lacs et la frontière canadienne.
Dès juin, la météo peut commencer à devenir très chaude et humide autour du Golfe du Mexique (Nouvelle Orléans) et jusqu’au Tennessee.
Jusqu’en avril, les risques d’avoir froid dans le nord (Chicago) sont très forts.
Un départ en mai, alors qu’il fera déjà chaud (mais pas encore torride) dans le sud et que l’on sera au milieu du printemps dans le nord me paraît raisonnable. Mais tu sais, en matière de météo, on n’est jamais sûr de rien. Il vaut toujours mieux prendre une combinaison de pluie et un Damart… quelque soit la destination et la saison… C’est la moto !

Et n’oublie pas dans ton circuit qu’une fois à Chicago tu n’es plus qu’à 90 miles de Milwaukee !!

 

 

Pour poser vos questions utilisez l'adresse suivante : voyages-voyages@legendmotorbike.com

 

un clic ici, si vous voulez vous inscrire à la lettre mensuelle de West-Forever

 

West Forever, partenaire de Legend Motorbike