Voyages-

Voyages

Chaque semaine, Fabien Baranès, gérant de West Forever vous présente une destination de rêves

et répond à une question d’un lecteur de votre Webzine préféré !

 

Oregon Trail

IIl faut s’imaginer comment l’on voyageait au début du 19ème siècle, alors que le moteur à explosion n’avait pas encore été inventé.

 

Il y avait des chemins, des pistes et des routes locales, parfois pavées.

 

La route 66 n’avait pas encore été imaginée et le macadam n’existait pas.

 

L’Est des U.S.A . était forcément plus accessible de la vieille Europe et donc plus peuplé.

 

De sorte que les grandes vagues de migration eurent lieu d’Est en Ouest.

Les Mormons furent parmi les pionniers de la conquête de l’Ouest et leur destination principale s’appelait « Deseret » qui devint plus tard Salt Lake City.

 

A force de parcourir les mêmes chemins, une piste, qui s’étendait du Missouri à l’Utah sur 3700 km, se dessina.

Elle était empruntée au printemps uniquement.

 

Les hivers dans le Middle West, et surtout dans Les Rocheuses, étaient trop rudes et l’été trop chaud.

 

Mais c’est surtout qu’il fallait nourrir les chevaux qui tiraient les chariots ainsi que le bétail emmenés sur le périple.

Le chemin de fer, dès 1869 signa l’arrêt de mort de la piste.

 

Les grandes routes, comme la « 6 » (jadis la plus longue route des U.S.A.), puis la « 66 » (plus bas) apparurent bien après, dans la première moitié du 20ème siècle, suite au développement exponentiel de l’industrie automobile.

L’Oregon Trail… Vous tomberez dessus sur plusieurs de nos circuits : le Wild Wild West, le Run to Sturgis et la Route des Géants.

 

 

Question à Fabien :


Peux-t-on emmener un couteau de biker dans les bagages ?

Philippe, Anvers.
 

Si vous voulez terminer à Guantanamo, alors mettez le couteau dans votre sac à main. C’est l’embrouille assurée. Par contre, dans les bagages qui iront en soute, vous pouvez en emporter un.
Maintenant, il faut que le couteau soit légal dans le pays où vous vous rendrez. Je ne connais pas la taille autorisée aux U.S.A. où l’on est bien plus souple avec les armes que chez nous. J’imagine d’ailleurs qu’elle varie état par état. Par contre, au retour à Paris, la longueur autorisée pour rentrer une arme blanche, c’est 4 doigts…
En clair, un couteau suisse, un opinel, un Leatherman, no problem… Plus long, vous prenez des risques.

 

Pour poser vos questions utilisez l'adresse suivante : voyages-voyages@legendmotorbike.com

 

un clic ici, si vous voulez vous inscrire à la lettre mensuelle de West-Forever

 

West Forever, partenaire de Legend Motorbike