les Français aux States

Le Trip d'Yves

Un record à 

BONNEVILLE

Déjà gamin je rêvais devant les images de bolides de toutes sortes, fonçant sur le Grand Lac Salé et atteignant des vitesses à peine croyables.

 

Alors quand j’ai découvert qu’il était possible non seulement de s’y rendre dans des conditions optimales, mais en plus, pour l’occasion, d’accompagner un préparateur connu (Laurent Dutruel, alias « Zen »), la décision ne fut pas longue à prendre.

 

Quelques jours plus tard nous étions quatre inscrits (mon épouse, mon fils aîné, sa femme et moi) pour un trip de 3500 km au départ de San Francisco.

Le 5 août nous posions le pied dans la plus européenne des grandes villes américaines, après avoir fait la connaissance, pendant le vol, des nos neuf autres compagnons de voyage puisque c’est finalement un petit groupe de sept motos, accompagné d’un pick-up et d’un accompagnateur dévoué, qui prit la route le lendemain au guidon des Harley prêtes pour la route.

A peine sortis des locaux du loueur, nous faisions la connaissance de Laurent Dutruel qui était arrivé sur place 48 heures avant nous et s’était fixé comme objectif, avec son équipe (mécanicien, photographe, porte-parole, sans oublier les épouses) de rejoindre les  salt flats par la route sur sa dernière préparation.

Un sportster 1200 « légèrement » modifié (montage d’un turbocompresseur, entre autres).

 

Là-bas il devait s’attaquer au record de vitesse de sa catégorie, détenu depuis 2001.

La joyeuse bande composée des désormais huit Harley (dont une quand même un peu à part…) du pick-up et du van de l’équipe de From Bonneville to Bonneville (du nom de l’association créée par Laurent) a donc pris la route vers l’Est, au travers des magnifiques paysages de Californie (Napa et Sonoma Valley, Sacramento, Lake Tahoe et Sierra Nevada).

Le troisième jour, nous attaquions des contrées moins verdoyantes puisque nous attendaient deux étapes sensiblement plus longues (près de 1000 km en 2 jours) accomplies quasiment en totalité sur la Highway 50, surnommée la « Loneliest Highway of America ».

 

Si vous êtes agoraphobe, c’est là qu’il faut aller !

 

A titre d’exemple, sur 57 miles parcourus entre deux intersections (ne parlons pas de ville, ni de villages, ni même d’habitations, il n’y en avait pas), nous avons croisé… deux voitures en tout !

Rapide passage par Salt Lake City, la capitale des mormons, avant de rejoindre Wendover, la localité la plus proche du Grand Lac Salé, et plus particulièrement sa partie « West ».

 

Cette ville a la particularité d’être coupée en deux, l’ouest est dans le Nevada, avec casinos, hôtels, etc. et l’est est dans l’Utah avec… pas grand chose.

 

Laurent nous avait précédé d’une journée et nous apprîmes en arrivant qu’il était en train de se débattre avec le contrôle technique et certains aspects du règlement, un peu … bizarres (kevlar interdit sur les combinaisons par exemple).

Mais tout est bien qui finit bien puisque le lendemain, pendant que nous déambulions les yeux émerveillés par tant de jouets grandeur nature (motos, voitures, hot-rods, fusées et autres engins auxquels on ne sait quel nom donner), Laurent obtenait tous les feux verts pour tenter de battre ce fameux record.

 

Je ne vous ferai pas languir plus longtemps pour vous indiquer qu’après plusieurs tentatives (et quelques déboires mécaniques résolus avec un peu d’huile de coude, de l’aide d’autres équipages et une bonne dose d’imagination) il l’a obtenu son fameux « ticket » délivré par les commissaires de piste.

Nouveau record dans la catégorie, donc, avec une vitesse homologuée à 158,642 miles / heure (255,30 km/h).

 

Champagne !!!

Les équipes se sont ensuite séparées et les sept Harley ont repris la route vers San Francisco, par le chemin des écoliers.

 

A nouveau les grandes étendues du Nevada et les anciennes villes de mineurs, puis la plaine californienne, la Sierra Nevada, sans oublier le passage par Hollister et l’usine Corbin, pour finir via Carmel et Monterey à San Francisco, 12 jours après notre départ.

Les têtes sont encore pleines d’images et de souvenirs qui resteront longtemps gravés et je ne saurais finir sans un grand bravo à West Forever.

 

Sans oublier Pierre notre accompagnateur concepteur de ce tour dont c’était la séance inaugurale.

 

Pour ceux qui seraient tentés, j’ai cru comprendre qu’il sera au catalogue l’an prochain.

 

Un grand merci à Laurent et toute son équipe pour la place qu’ils ont su nous faire à leurs côtés, nous faisant vivre au plus près cette superbe aventure.

un clic ici pour voir l'album 125 photos

article et photos Yves

Les partenaires de Legend Motorbike