10ème

RAID BULLES

Comme tous les ans, c’est une centaine de cobayes qui se sont présentés innocemment à la très jolie toute nouvelle concession HARLEY-DAVIDSON de REIMS-en-CHAMPAGNE .


Toi, tu rinces dans ce que tu veux, nous c’est en Champagne. Un point c’est tout.


Dès 14h, ils étaient là, haletants et pressés de se faire cocher sur le listing de la trésorière.

 

Une fois les réservoirs pleins et les vessies vidées – comme disent si bien nos amis de Troyes – nous voici partis pour le 10° Raid Bulles et son cortège de surprises.

Après une balade dans le vignoble, nous haltons chez un viticulteur de St Martin d’Ablois, dont la particularité d’y voir le champagne couler du robinet n’est pas rare dans la région.


Là, ô surprise, un Pape nous attendait, debout sur une pile de palettes dont on avait retiré l’escabeau pour être sûr qu’il (le Pape) ne se tire pas avant la fin de la visite dégustatoire champagnesque.


Du blanc puis du rosé, pour bien sentir la différence au-delà de la seule apparence. Y en a une !

Ledit Pape Gédéon XVI, nom qu’il avait choisi lorsqu’il n’était encore que cardinal (Gédéon XVI, Sous-Pape) avait fait garder son corps par deux bonnes sœurs, douzième dan de karaté-lotobus: Sœur Prise et Sœur Kulé-Yarienavoir.

 

Après avoir reçu le champagne béni – avec Modération – nous repartîmes vers notre destin, toujours par de petites routes bucoliques et campagnardes.


Ce soir-là, notre destin s’appelait Hôtel Mercure à Reims où nous fûmes accueillis par les acclamations du personnel.

 

Je sais, j’exagère mais j’avais envie.

Au diner, le Pape et ses gardiennes du corps sont venir bénir la nourriture que nous allions prendre et à défaut d’hosties, ont distribué des petites boîtes Harley-Davidson contenant des pastilles zà la menthe.


Les 100 participants plus quelques invités ont chaudement participé à l’ambiance conviviale et festive de la soirée.


Mais comme les bikers, c’est plus ce que c’était…. tout le monde s’est couché bien avant le chant du coq.

(lequel, d’ailleurs, n’a plus le droit de chanter en application d’un Arrêté Municipal n’autorisant les chants de coq qu’après les infos de 8h)

Le lendemain, dès potron-minet, nos bikers bien reposés ont enfourché leurs bikes pour aller prendre le petit déjeuner chez notre viticulteur partenaire et préféré à Chigny-les-Roses.


Le 10° Raid Bulles est un évènement qu’il fallait bien arroser et grâce aux bons soins de Gédéon XVI qui en a parlé à son boss, là-haut, la matinée fut arrosée.


Pas trop. Juste une petite pleut pour tester l’équilibre des motos.

 

Et que je te monte, et que je te descends, avec des virages et tout et tout. Et même pas tombé. Rien. Tous des champions, les bikeuses et les bikers.

Même qu’on leur a promis un Certificat de Biker des Vignes pour leur prouesse. Et comme les promesses n’engagent que ceux qui y croient…….

 

Je déconne. Si,si, on va le faire.


Une déconnection momentanée de la cohorte de motos nous a permis de faire un arrêt pipi dans le maïs à la sortie d’Epernay.

 

A ce propos, un conseil : si vous achetez du maïs en boîte pour faire une salade, vérifiez bien l’origine. Si ça vient d’Epernay et de sa région, changez de marque. A tout hasard.

La manger du midi à la Maison du Vigneron nous attendait et il fallait repartir. Joli, le restaurant et bonne table aussi. Accueil chaleureux. Service impec et dans les temps. Si j’étais toi, je reviendrais.


La pluie du ciel s’étant arrêtée, le convoi a repris vers des terres hospitalières et dans la commune d’Hautvillers, où habitait ce brave Dom Pérignon, nous avons halté au milieu du vignoble pour vérifier si le champagne était meilleur sur le terrain qu’en cave.

 

Si vous aviez vu la tête des gens en découvrant deux vendangeuses rétro occupées à couper des grappes (pas encore mûres mais c’était pour de rire) !

Scotchés, les mecs et les filles !


J’aurai pu dire « champagnés » au lieu de « scotchés » mais vous me connaissez: j’écrirais pas des mots qui n’existent pas ou que je n’aurais pas encore inventés.


Petite séquence enduro pour rejoindre le goudron et retour Mercure pour se préparer pour la soirée de Gala: douche, frottage sous les bras, mettre du sent-bon, le jean du dimanche, etc…


Distribution de la bouteille de champagne souvenir avant de prendre les chambres et apéro offert par le Chapter à 20h. Et on recommence comme la veille.

Autre animateur, autre repas, autres cadeaux aux participants et la Grande Tombola avec des lots, je te dis pas.

 

Pas moins de plusieurs blousons en cuir véritable siglés Harley-Davidson (tant qu’à faire…) et d’autres lots pour satisfaire le plus grand nombre.


Soirée fort animée et tardive et tout le monde est parti se coucher, les traits tirés mais avec du bonheur plein les yeux.


Ils ne savaient pas encore ce qui les attendait le dimanche matin.

Grasse matinée et départ à 8h30. Go west ! La Route du Champagne vers Château-Thierry.

 

Halte au Vieux Château surplombant la Ville. Ch’ti coup à boire pour s’humecter le palais car il faisait soleil et on dit bien qu’il faut donner à boire aux vieux quand il fait chaud. C’est qu’est-ce qu’on a fait.


Là, une Adjointe au Maire est montée sur la table pour nous vanter les délices de Château-Thierry et nous inciter à y revenir: berceau de Jean-de-la-Fontaine, et tout ça…


Moi, en tout cas, j’y reviendrai………… le jour même pisque c’est là que j’habite.

Après s’être légèrement ré-hydraté, nous voici en route pour la destination finale du 10° Raid Bulles: le château de Condé.


Messire Aymery de Rochefort nous a fait les honneurs de son humble logis que nous pûmes visiter sous sa conduite éclairée puis nous passâmes à table et y restâmes jusqu’à la fin du repas servi par un excellent traiteur local.


Et c’est ici, mes frères, que s’arrête le 10° Raid Bulles.

 

Si vous n’avez pu y participer, tant pis pour vous.

De toute façon, on a affiché complet. Alors, une autre fois peut-être ?

un clic ici pour voir l'album 190 photos

article Pierre, photos Carole et Sophie

Les partenaires de Legend Motorbike