LES BIKERS CATHARES

 

AU SECOURS DE LA

 

PRINCESSE ALCYONE

La Catalogne est une terre d’histoires et de légendes. C´est au IXème siècle que nait l´histoire populaire, la Légende Dorée, dans laquelle le chevalier Saint Jordi (Saint Georges) sauva la princesse Alcyone des griffes d’un terrible démon. Le vaillant guerrier tua la bête et de son sang fleurit une belle rose.

De là, la fête catalane a lieu le 23 avril, le Saint Jordi, au cours de laquelle les rues se parent de roses et tous les hommes offrent une rose à leurs dames.

Comme vous le savez, peu de choses amènent nos cathares à prendre la route. Il est vrai que nous ne sommes pas le 23 avril, mais qu’importe le temps, nous nous devions d’honorer Saint-Georges (pour ma part, ça me va…). Tout commence par un discours du Road Captain…

« Les circonstances qui nous réunissent aujourd'hui sont de celles dont la gravité ne peut échapper qu'à ceux dont la légèreté et l'incompréhension constituent un conglomérat d'ignorance que nous voulons croire indépendant de leurs justes sentiments.

L'exemple glorieux de ceux qui nous ont précédés dans le passé doit être unanimement suivi par ceux qui continueront dans un proche et lumineux avenir.

Un présent chargé de promesses que glaneront les générations futures délivrées à jamais des nuées obscures qu'auront en pure perte essayé de semer sous leurs pas les mauvais bergers que la constance et la foi du peuple en ses destinées rendront vaines et illusoires.

C'est pourquoi j’attends avec impatience de lever mon verre en formant le vœux sincère et légitime de voir bientôt se lever le froment de la bonne graine sur les champs arrosés de la promesse formelle enfouie au plus profond de la terre nourricière, reflet intégral d'un idéal et d'une mystique dont la liberté et l'égalité sont les quatre points cardinaux en face d'une fraternité massive, indéfectible, imputrescible et légendaire... ».

Parfois, quand nos Road Captain s’expriment, on ressent comme une légère incompréhension….

Mais au-delà des mots, l’action ! Nous allons reprendre la quête de Saint-Georges qui combattit le démon à la conquête de nos « Alcyones ».

Voilà nos bikers, prêts à combattre leur démon, en route pour la Catalogne et découvrir l’arrière-pays du Roussillon, par ses routes et ses cols méconnus avec vue sur la plaine catalane.

Deux jours de virolos entre la France et l’Espagne, la mer, ses golfes clairs, le soleil, le sable chaud…

Souvenez-vous : « Assez souvent on m'a demandé mon avis pour savoir à quel âge de leur terrible vie je trouve que les hommes sont les plus séduisants. Et j'ai toujours répondu : mais, vers les cinquante ans. Je ne veux pas, par-là, nier que le jeune homme possède la fraîcheur, le goût du jus de pomme, mais, petit à petit, en prenant des années ce jus devient alcool que l'on a raffiné. »

Les routes de l’Aude s’offrent à nous ; Castelnaudary, Villasavary, Lauraguel, Limoux, Quillan… sous un soleil qui fit son apparition dès notre sortie de la région Toulousaine. Aubaine, quand on se souvient des prévisions météorologiques de ce début de semaine…

Double plaisir avec ce petit déjeuner tant attendu par nos bikers après des jours, euh… deux heures de ride intense.

Ah, ce petit déjeuner… Il est aux bikers du Toulouse Chapter ce que le pâté est au croissant, improbable mais tellement bon. Quelques victuailles qui introduisent la partie festive de ce run. Car nous savons, au Toulouse Chapter, que la gastronomie est l'art d'utiliser la nourriture pour créer ces moments de bonheur.

Nous suivons l’Aude et ses affluents qui ont sculpté de magnifiques gorges et ravins en traversant les gorges de Pierre-Lys, avec ses falaises de chaque côté de la route qui s'élèvent à près de 700 mètres.

Elles nous rappellent les gorges de Galamus, plus à l'est du département de l'Aude, bien connues pour son ermitage Saint-Antoine, au fond du canyon.

Souvenez-vous : « Et c'est vers cinquante ans que l'alcool en question se trouve être fin prêt à la consommation. A ce moment précis il a cette saveur, ce goût du vieux tonneau qui plaît aux connaisseurs. Aux maintes occasions on est toutes ébaubies devant l'effort superbe du démon de midi. ».

Vous avez sûrement suivi un jour le Tour de France, sa fameuse caravane et la terrible technique du lancer de casquettes : avoir un geste ample et vif, orienté vers le sol pour faire passer les casquettes sous les barrières. Si vous les envoyez en l’air, vous les retrouvez sur la route.

Notre cher Road Captain, s’imagina un instant, sans que l’on en connaisse encore la raison, être meneur d’une caravane, et se mit à lancer ses casquettes…

Il fut quitte, après avoir repris ses esprits, pour un demi-tour… No comment.

Arrivée à Estagel, après de magnifiques routes, pour le plein de nos réservoirs.

Après cette petite pause, direction le restaurant : col de la Bataille, Millas, Terrats, Fourque, Llauro, Ceret, Saint-Laurent de Cerdans et passage de la frontière espagnole.

Nous voilà au pays des Catalans. Petit dépaysement chez nos voisins toujours sous un soleil éclatant. Ce week-end s’annonce sous les meilleurs auspices.

Mais bon, nous savons qu’au Toulouse Chapter une sortie est toujours accompagnée de surprises volontaires ou involontaires, dont celle qui suit…
Souvenez-vous: «Car, lorsqu'il a vingt ans, l'homme est de ces ringards qui vous emmènent bouffer en vitesse au snack bar. Quand vous mourrez de faim à en être malade sans même vous consulter il commande une grillade.».

Le restaurant Can Rach à Tapis (522 m d’altitude près de Massanet de Cabrenys), nous accueille pour notre premier repas catalan. Au menu des escargots.

Bien que non membre de la Société Pour la Réelle Réhabilitation Internationale des Escargots Très Comiques et Humblement Humoristiques (SPRRIETCHH) (Notez que la SPRRIETCHH est la branche francophone de la Promoting Rapid and Total Comical Humoristic Smashing Snails Society (PRTCHSSS) connue aussi sous le nom de Snail Jokes Society), il m’est difficile de ne pas vous narrez cette histoire qui n’est pas prête de réconcilier nos amis anglo-saxons avec la dégustation de ces gastéropodes.

C’est l’histoire d’un escargot, qui, profitant d’un moment d’inattention, voulut s’échapper de l’assiette. Mais le temps qu’il parcourt les dix centimètres qui le séparait du bord, une main le saisit par la coquille et !! Sprrietchh !! l’escargot !

Oui, je sais, mais que voulez-vous, nous aimons les petites histoires au Toulouse Chapter !

Souvenez-vous : « Il paraît qu'à vingt ans l'homme se croit toujours aux vingt-quatre heures du Mans. Il est fou de vitesse et, de toute évidence, il veut surtout gagner l'indice de performance. Mais l'homme de cinquante ans apprécie la nature, il prend son temps, même pour enlever ses chaussures ».

Après cet épisode gastronomique, direction Rosas en passant par Darnius, Molins…

« Nous arrivons dans la région d’Alt Empordà marquée par sa situation géographique dans l’angle nord-est de la péninsule ibérique. Ses frontières naturelles sont les Pyrénées, la mer Méditerranée, la plaine de l’Empordà, qui la relie au Baix Empordà, et la région de Alta Garrotxa. Toutes ces caractéristiques contribuent à faire du paysage de l’Alt Empordà un lieu unique qui réunit la mer et la montagne, et qui conjointement avec la Tramontane, le vent du nord, ont marqué la culture, la gastronomie, les métiers traditionnels et l’état d’esprit de la population, qui y vit depuis des milliers d’années. »

… voilà pour le petit point touristique.

Après ces quatre-vingt kilomètres d’exception, nous voilà arrivés à notre lieu de villégiature, l’hôtel Marina à Rosas, les pieds dans l’eau.

Notre soirée commence par une visite de la cité de Rosas, avant de nous retrouver au restaurant. Pour certaines et certains seront privilégiées les boutiques et pour d’autres c’est une rencontre culturelle avec les bars locaux.

Souvenez-vous : « Femmes qui m'écoutez, soyez donc raisonnables, si vous avez en main ce modèle admirable, l'homme d'un certain âge, superbe dans l'effort, ménagez-le, surtout, sinon vous auriez tort. Ne l'accablez jamais de passions trop avides : Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se vide ».

Grands moments de convivialité du Toulouse Chapter, que ces repas du soir lors de sorties week-end. La Table, c'est l'endroit de détente et de convivialité par excellence... C'est pourquoi, il faut également utiliser son imagination pour venir compléter les efforts de la cuisine. On peut compter sur l’humour de nos bikers et la bonne ambiance au sein du Toulouse Chapter jusqu’au bout de la nuit !

Pour certains ce sera ensuite un repos bien mérité avant une nouvelle journée de route, pour d’autres, ce sera une virée dans les lieux branchés de Rosas.

Personne n’a trouvé de bébé dans le placard en rentrant à l’hôtel, personne ne s’est marié pendant la nuit, n’a perdu de dent. Pas de « very bad trip » au Toulouse Chapter !

Nous nous retrouvons toutes et tous au petit déjeuner. Un magnifique soleil nous accueille et la journée s’annonce là encore pleine de promesses. Les visages des uns et des autres témoignent des occupations nocturnes….

« Soleil qui rayonne, chrome qui brille » dicton bien connu des bikers toulousains. Le niveau d’équipement dans ce domaine est variable, on passe de la simple chiffonnette au petit nécessaire de toilette. Rien n’est de trop pour nos belles montures.

Notre Chapter Director, quant à lui, n’avait pas besoin de grand-chose, sa mécanique rudimentaire ne disposait que de peu de surface chromée ! Serait-ce ce que l’on appelle « la réalité augmentée » ?

Nous voilà repartis par les routes du bord de mer pour une balade de trois cents kilomètres qui nous ramènera dans notre pays cathare.

Notre Road Captain nous a prévu des routes vallonnées aux montées magnifiques, pour nous rendre au monastère de St Père de Rhode, construit au Xe siècle, principal représentant de l’art roman dans les pays de Girona. Moment culturel toujours présent dans les runs du Toulouse Chapter.

Souvenez-vous : « Lorsque midi sonne, il est midi passé et il n'y a peut-être plus personne. Sitôt qu'un homme est mûr, entourez-le d'égards, car le meilleur démon, c'est à midi moins le quart ».

Direction El Port de la Selva, Llenca, Port-Bou, passage de la frontière française, Banyuls… Nous parlions de météo en début de cet article. La chance nous avait souri jusque-là. Nous avons donc eu droit à notre séquence pluie, heureusement de courte durée.

Nous rejoignîmes ensuite Collioure, Port Vendres, Argeles, Canet en Roussillon pour nous retrouver au restaurant le « Scoubidou » pour notre dernier repas avant notre retour sur Toulouse.

Discours de notre Chapter Director, présentation de notre programme de sorties de juin qui s’annonce tout aussi savoureux et salve d’applaudissements pour nos organisateurs !

Comme le disait Anne-Marie Carrière, que vous avez sûrement reconnue dans cet article, ce démon que nous cherchions n’était autre que celui que nous avons en nous. Mais que nos Ladies Of Harley se rassurent, il n’est rien de plus fidèle qu’un biker devant son Alcyone. Sachez qu’ils ont tous dans leur cœur ces quelques mots qu’ils vous offrent comme une fleur :

Les femmes sont sur la terre
Pour tout idéaliser
L'univers est un mystère
Que commente leur baiser
Tout ce qui brille offre à l'âme
Son parfum ou sa couleur
Si Dieu n'avait fait la femme
Il n'aurait pas fait la fleur
À quoi bon vos étincelles
Bleus saphir, sans les yeux doux ?
Les diamants, sans les belles
Ne sont plus que des cailloux »
 

un clic ici pour voir l'album 200 photos
article Georges, photos Françoise et Angel

Les partenaires de Legend Motorbike