LES ECREVISSES

EN

MONTAGNE NOIRE

De retour en terre Audoise pour une balade dominicale aux paysages bucoliques…, qui nous emmèneront successivement de l’Aude au Tarn pour finir au domaine Gastronomique du Pantouquet.
C’est donc sous le signe de la culture que nous commencerons notre périple par le village de Montolieu (capitale du livre), Saissac, puis nous ferons une petite halte au barrage des Cammazes, avant de tournoyer dans les petites routes de la vallée du cuivre. De Durfor, nous filerons tel le torrent, sur le lac du Lampy, puis les petites ruelles de Cuxac-Cabardès, pour terminer notre promenade au bord d’un petit cours d’eau de Fontiers-Cabardés où nous attend dans son auberge toute l’équipe du Pantouquet pour un voyage cette fois-ci gastronomique du terroir audois.

 

« Mesdames, messieurs, nous interrompons nos articles sur toutes les sorties du Toulouse Chapter, car des événements graves se déroulent en ce moment dans la région Toulousaine. Des échos non-identifiés sont détectés aux environs de Montolieu, en plein milieu de la zone interdite. Une interception a été déclenchée. Nous vous demandons de rester près de cet article et de ne pas quitter sa lecture !
Ces fameux échos radar peuvent s'immobiliser, se déplacer à faible vitesse ou accélérer brutalement. Ils effectuent des manœuvres « impossibles », comme des virages à 90° sans ralentir, changeant de direction sans transition…
Des chasseurs F-16 sont envoyés à leur poursuite, sans succès.

Deux radars enregistrent les échos simultanément, ce qui exclut l'hypothèse d'un défaut de fonctionnement ; d'ailleurs, les contrôleurs aériens observent visuellement un véritable carrousel de lumières ponctuelles, observation confirmée par l'équipage d'un avion civil.
Cet équipage nous précise qu’il s’agirait de BRNI (bikers roulants non identifiés) ».
Depuis 1992, les différents Présidents du Toulouse Chapter ont toujours voulu passer sous silence ces événements.
Stéphane Sartre, surnommé « Benjamin G. », notre Road Captain, ne pouvant se résoudre à croire que la « Vérité est Ailleurs », mène depuis longtemps une profonde investigation.

Plusieurs indices confirment ses soupçons. Le livre des Présidents existerait bel et bien. C'est une compilation de documents rajoutés par tous les présidents du Toulouse Chapter et relatant les faits marquants de son histoire (la zone 31, les 20 ans, l’affaire des casquettes sur la route, la Grande Faucheuse, le nouveau bureau...).

Et que contient la page 47 ?

Ce livre des Présidents serait caché dans la Librairie du Congrès de Montolieu.

Dans un premier temps, le mystère des deux bureaux du résolu du Toulouse Chapter est rapidement élucidé : l’un est chez American Motos et l'autre à la mairie de Cuxac-Cabardès.
 

Benjamin B. n’eut pas de mal à trouver les codes secrets (date de naissance de Toulouse Chapter : 1 – 9 – 9 – 2) et ainsi trouver le premier indice : « Au café du commerce tu te retrouveras, sous les croissants tu trouveras. »
Un plan est élaboré. Sous couvert d’une sortie « Ecrevisses », notre Road Captain met en place un Road Book dont Montolieu sera la première étape.
Il ne lui reste plus qu’à convoquer les 75 redoutables bikers du Toulouse Chapter, soit près de 50 motos pour organiser cette sortie « Ecrevisses ».

L’objectif est clair, retrouver le livre et porter à la connaissance des bikers les secrets des Présidents.

Pluie, vent, froid, brouillard, il n’en fallut pas moins pour que les bikers se mirent à chanter d’une seule voix :

« Le biker dans le mauvais temps, qu'il avait donc du courage !
C’est le biker du Toulouse Chapter, tous derrière et lui devant
Il n'y avait jamais de beau temps dans ce pauvre paysage
Il n'y avait jamais de printemps, ni derrière ni devant
Mais toujours il était content, menant sa Harley sauvage
A travers la Montagne Noire, tous derrière et lui devant
Sa Harley allait poursuivant son beau « ride » sauvage
C'est alors qu'il était content, tous derrière et lui devant.»

Oui, je vous l’accorde, ça change d’AC/DC mais que c’est mignon !

Notre Road Captain avait mis en place son plan «B» ; un bus 45 places (pour 75 bikers...) !

 

Mais les bikers du Toulouse Chapter sont valeureux, ils braveront les intempéries, même si le bus est aménagé !

Arrivée tant attendue au café du commerce pour un petit déjeuner Toulousain et un moment de douce chaleur.

Devinez quel était le premier Biker à entrer au café ? Benjamin B. bien sûr. Après avoir retourné tous les paniers de croissants, il découvrit l’indice tant convoité.

Son petit calepin à la main, il se retira au fond de la salle pour découvrir la prochaine étape de sa quête, laissant les bikers assiéger les lieux.

Ce nouvel indice n’est pas très clair « fgocpfgt cw rtéukfgpv n'gorncegogpv fw nkxtg », mais il se rend compte rapidement qu’en prenant « 2 » comme valeur de clef de codage on obtient : « Demander au président l'emplacement du livre ».

Pour connaître cet emplacement Benjamin B. se rend à l’évidence : il doit enlever le Président. Et même si Benjamin B. est super-fort, ça l’embête un peu parce le Président est un homme bon et juste, un sage qui ne connaît que la bravoure, dans la grande tradition du Toulouse Chapter.

Une intense réflexion l’envahit. C’est pourtant simple, il suffit de trouver le bon moment…

« De même que les informaticiens ont doté la Californie de la fameuse Silicon Valley, des libraires ont donné à notre Grand Sud entre les ravins de Montolieu, ce qu’on pourrait appeler la « cent-mille-tomes-vallée », si le chiffre n’était depuis longtemps dépassé. C’est en fait une T.G.B., une très grande bibliothèque, répartie à travers le village en une quinzaine de salles qu’on appelle, comme Montaigne, des « librairies ».

 

Sous cette dénomination, cette bibliothèque éclatée, adossée à de gigantesques réserves, offre à chacun la possibilité d’y trouver son trésor. Dans les allées, les travées et les recoins de librairies éparpillées dans les ruelles et sur les places de Montolieu, une foule bigarrée et peu bruyante de lents visiteurs écume ainsi, jour après jour, ce fonds gigantesque ». Voilà pour la cité du Livre.

Eh oui, il y en a un parmi nous qui le recherche activement ce trésor ! Imaginez, le livre des Présidents, perdu parmi 250 000 livres anciens !

Départ de Montolieu vers l’Abbaye Villelongue, Saissac, Revel les Cammazes et halte au barrage de Cammazes. Barrage de type voûte, en béton, encadrée dans sa partie haute par deux culées en béton, sa hauteur au-dessus des fondations est de 70 mètres, la longueur de la voûte en crête est de 198,50 mètres.

Bon, il est vrai que ses dimensions ne furent pas évidentes au premier coup d’œil !

 

Mais par beau temps on doit mieux s’imaginer qu’il serve de réserve pour le Canal du Midi (4 millions de mètres cubes d’eau) !

Départ pour Durfort, le village du cuivre, traversée de Sorèze, la célèbre école militaire, puis traversée de villages en plein marché et expositions diverses. Surprise et joie des habitants pour le spectacle d’un convoi de près de 50 motos !

Notre Road Captain, non content d’une météo peu favorable, nous gratifia de routes gravillonnées, de villages aux rues étroites et pentues (au moins du 60%) à pleine plus larges qu’une Ultra !
Après la traversée d’Arfons, nous voilà au lac du Lampy, idée géniale de Pierre-Paul Riquet pour amener les eaux de la Montagne Noire au seuil de Naurouze pour alimenter un canal et qui nécessita la création d’une rigole de près de 50 km !

« Et le sentier de la Rigole qui fuit, retourne, se poursuit à flanc de montagne, au long d’une eau si pure et si froide qu’elle disparait dans sa propre transparence. Et qui semble reposer sur de mouvantes et majestueuses ondes de cimes déferlant à même le chemin et dévoilant entre elles d’immenses fuites de prairies et de grands creux moutonnants partagés de soleil et d’ombre. »

Après cet instant d’émotion, face à l’ingéniosité de Pierre-Paul Riquet, à qui nous devons le Canal du Midi, départ pour Lacombe, puis Fontiers Cabardès pour arriver à notre lieu de dégustation de ces fameuses écrevisses, un des « must » du Toulouse Chapter.

Oui, c’était plutôt un temps à escargots… Eh bien, rassurez-vous, ils étaient de la partie !

« Un bon repas adoucit l'esprit et régénère le corps, de son abondance découle une bienveillance chaleureuse »… tout ce qui nous manquait !

 

Tout d’abord, en guise d’apéritifs, moules cuites et cœurs de canard.

Viennent ensuite escargots et nos fameuses écrevisses à volonté, puis petits porcinets farcis bien dodus avec pommes de terre et haricots verts cuits dans leur jus, sans oublier fromages avec tranche de truffes, desserts, et quelques liqueurs locales …

Eh oui, les sorties du Toulouse Chapter c'est comme la jupe d'une fille que l'on soulève ; du Bonheur, de l'Emotion, de l'Amour ....

Le bon moment c’était pendant le discours du Président, qui fut assez long pour couvrir l'essentiel, assez court pour rester intéressant.

Dans cet instant de convivialité, Benjamin B. murmura à l’oreille du Président : « Il y a plusieurs choses que tu ne veux pas partager avec moi. Il y a des choses te concernant que tu n’as pas envie de discuter.

 

Par contre, essayons de discuter les choses que tu as envie d’aborder et je veux que tu t’assures que tu n’abordes pas les choses dont tu n’as pas envie de parler ».

Trop fort Benjamin B. Le président qui se rend compte qu’il n’aura aucun acte d’héroïsme à fournir, lui révèle l’emplacement du livre des secrets dans la bibliothèque.

On ne devient pas chercheur de trésor par hasard, on l'est ! Il n'y a pas de formation. La curiosité, l'observation sont les qualités de Benjamin B. Enfant, c'était toujours lui qui apercevait le premier une pièce de monnaie au sol. Son père, en riant, disait de lui qu’il avait toujours le nez fourré par terre !

Après un aller-retour à la librairie du Congrès de Montolieu, le voilà maintenant face à ce trésor, il le parcours émerveillé, les secrets ne le sont plus pour lui maintenant. Il le feuillète, jusqu’à la page 47…

Benjamin G. sait maintenant que son contenu est susceptible de changer sa vie. Après un moment de lecture il s’exclama « je peux modifier le cours de l'histoire ! ».

Notre champion du monde de mangeurs d’escargots, quant à lui, repart avec son petit stock. Nul doute que la soirée sera encore consacrée à ces gastéropodes.

On ne pouvait pas terminer ce somptueux repas par de chaleureux remerciements aux propriétaires pour cette préparation digne des douze travaux d’Hercule !

Notre Président souligna enfin le dévouement de notre équipe de sécurité, car encadrer cinquante motos dans ces conditions météorologiques mérite le respect !

…. Un biker sans Ladie, c’est comme un poisson sans bicyclette ; à chaque sortie elles démontrent leur assurance grandissante, l’équipe de sécurité du Toulouse Chapter en compte maintenant dans ses rangs !

 

Oui, je sais, mais où en est Benjamin B. ? Difficile à dire. Dernièrement on l’a vu sur sa bécane, un haut-parleur à la main, haranguant la foule par ces mots : « La différence entre ce que nous faisons et ce que nous sommes capables de faire suffirait à résoudre la plupart des problèmes du monde. Vous devez être le changement que vous voulez voir dans le monde », si ça ce n’est pas du Mahatma Gandhi !

Fallait-il vraiment lire cette page 47 ? Nous avons pu nous en procurer une copie. Voici son contenu : « Gloire à ceux qui ont forgé silencieusement mais efficacement le fier levain qui, demain ou après-demain au plus tard, fera germer le grain fécond du ciment victorieux, au sein duquel, enfin sera ficelée, entre les deux mamelles de l'harmonie universelle, la prestigieuse clé de voûte qui ouvrira à deux battants la porte cochère d'un avenir meilleur sur le péristyle d'un monde nouveau. ».

Il paraît que le Président à l’origine de ce contenu était fin blagueur et inconditionnel d’un certain Pierre Dac…

Tout porte à croire que notre Benjamin B. n’était pas encore prêt à recevoir ce message La « Vérité reste Ailleurs»!

 

un clic ici pour voir l'album 110 photos

article Georges, photos, Françoise, Patricia, Didier

Les partenaires de Legend Motorbike