LA CLAPE

Château l’Hospitalet Toulouse Chapter

De toutes les routes impériales de France, d´Europe, celle que les bikers cathares préfèrent est celle qui conduit en panhead, early-shovel, ou panshovel vers les rivages de la méditerranée.

Nationale 113, digne successeur de la route impériale 133 ; il faut la prendre, qu´on aille à Carcassonne, à Narbonne, que l´on soit dix, trente, cinquante ou cent bikers, c´est une route qui fait le « Live to Ride – Ride to Live ».

Route des vacances et des balades Harley, qui traverse la Haute-Garonne et l’Aude, qui fait de Narbonne la banlieue de Toulouse et un petit faubourg de la cité de Carcassonne.

Le ciel d´été remplit nos cœurs de sa lucidité, chasse les aigreurs et les acidités, qui font le malheur des grandes cités.

Tous excités, on chante, on fête, les chromes sont éclatants, ma petite Ladie Of Harley, l´amour joyeux est là qui fait risette, on est heureux Nationale 113.

Je sais, vous allez me dire que tout ceci vous fait penser à une autre nationale….

Un brin de nostalgie envahit nos bikers, cette nostalgie, la fiancée des bons souvenirs qu’on éclaire à la bougie. La nostalgie d’une de ces routes sinueuses et inhabitées qui mènent hors des villes... une route qui conduise aux confins de l’Aude... où l’esprit est libre...
Roland, notre éminent membre du bureau et sa charmante compagne Vivou nous ont concocté cette balade méditerranéenne.

Mais ne vous y trompez pas, ce n’est pas simplement une sortie dominicale tant appréciée des bikers du Toulouse Chapter, mais c’est bien plus que cela.

C’est avant tout une séquence partages, partage de ses souvenirs de balades sur sa Harley modèle XLH Sporster 900cm3 de 1965 en écoutant sur son baladeur à cassette l’idole des jeunes de Johnny ou belles belles belles de CloClo, partage de ces moments de liberté dans une région qui donne le privilège d’une jeunesse pour qui le temps n’existe pas.
Voilà donc nos bikers, la tête pleine de souvenirs (du moins pour les anciens), prêts à reprendre cette route Nationale 113 qui est au Toulouse Chapter ce que la Nationale 7 est aux parisiens, pour visiter le massif de la Clape.

La Clape (cailloux en occitan) : des terres rouges de fer, des marnes jaunes, des grés rouges ou verts et tant de plantes aromatiques (thym, lavande, romarin, ciste, salsepareille, millepertuis…) qui embaument les promenades.

Puis la vigne, cultivée par les grecs et romains, qui ont laissé quelques villas ou propriétés et la mer qui a créé des falaises monumentales, balcons panoramiques sur la mer et les étangs
« Le jour s’en va et la nuit est tombée. Roland dort, le puissant biker. Il rêve qu’il est dans le grand défilé de la Clape et qu’entre ses poings il tient sa 110th.

A ce rêve succède une autre vision. Il est Road Captain d’une virée Harley ou cent bikers chevauchent à marches forcées par la Terre Audoise, par vaux et par monts. De ceux de France, il voit les pin’s et patchs. L’arrière garde du G3 ne manquera pas de fermer la marche. De l’autre côté voici les G1 et G2, dont jusqu’à terre flottent les VTwin. Ainsi seront chassés les Sarrazins.

Au pays dont il est le seigneur, le soleil ne luit pas, le blé ne peut pousser, la pluie ne tombe pas, il n’y a pas de pierre qui ne soit toute noire. Certains disent que les diables y demeurent. Les païens sont là.
Mais je frapperai tant et plus de Durendal, ma bonne épée que j’ai ceinte au côté. Vous en verrez la lame tout ensanglantée. Les païens félons ont eu tort de se rassembler : je vous le jure, tous sont livrés à la mort.…!

Bon, ce n’est pas tout ça mon Roland, faut se réveiller ! Ce n’est pas tout de se prendre pour le Chevalier Roland, encore faut-il amener tes potes bikers à Carcassonne et Narbonne !

Direction fut prise vers Carcassonne où nous attend un bon petit déjeuner à la mode Toulouse Chapter dans un ranch version française, où le propriétaire nous propose une série de photos qui figureront en bonne place au sein de son établissement. Ainsi notre Chevalier Roland « faire pèlerinage il pourra »
Vous connaissez les Sportster, Dyna, Softail, V-Road, Touring et autres CVO. Vous pensiez maîtriser la gamme HD ? Peut-être, mais ça c’était avant la Grande Faucheuse, bien entendu.

Mais commençons par le début… Ce fut votre humble serviteur qui en premier se fit remarquer pendant ce run. La perte de l’articulation de mon sélecteur de vitesse me demanda, avec l’aide de l’un de nos précieux Security Officer, tel un MacGyver en formation "do it yourself", de bricoler une attache avec une ficelle retirée d’une pochette de lunette…

Mais ça c’était avant la Grande Faucheuse, bien entendu.

Nous arrivons à Carcassonne sur le lieu de notre petit-déjeuner. Ne nous attardons pas sur cet incontournable moment des runs du Toulouse Chapter qui permet à chaque membre de goûter et savourer cet instant de convivialité.

Mais intéressons-nous à un heureux propriétaire d’une 110th. Loin d’être lui aussi un MacGyver, son bricolo d’un klaxon hautement sophistiqué, manquant de précision, a eu comme conséquence la rupture d’une attache.

Il a fallu l’aide d’une charmante Ladie Of Harley et un petit élastique pour résoudre le problème.

Mais ça c’était avant la Grande Faucheuse, bien entendu.
« Live to Ride – Ride to mow the lawn »…

Oui, vous avez bien lu, car à ce stade, on ne peut que revoir ce fameux mythe Harley-Davidson.

Nous étions proches de notre destination. Notre Road Captain nous emmena sur cette merveilleuse départementale surplombant la méditerranée.

Une route sinueuse d’une dizaine de kilomètres de Narbonne à Narbonne-Plage, route prétexte à voir la vie telle qu’elle s’offre, penser à être heureux, passer au-dessus des espoirs perdus, penser à ceux qui nous accompagnent sur cette route que l’on survole…
Oui, mais survoler, c’est une image…

Et là, ce fut le drame. Les yeux écarquillés devant la beauté de ce paysage, il ne fit plus qu’un avec la nature.

Croyant piloter une Road King riding mowers de chez Murray ou une Harley-Fergusson, notre cher biker Brice, peut-être sous l’emprise de l’embrun méditerranéen, quitta la route et nous fit une démonstration de tonte de pelouse improvisée sur près de 200 m.

Voulait-il ajouter sa « Brice Touch » dans ce tableau idyllique digne d’un Claude Monet ? Ou tout simplement raté un virage ? Nous opterons pour la 1ère possibilité.
Oui, au Toulouse Chapter, nous sommes pluriels, un Tout envisagé comme Un et dans le même temps une somme de personnalités distinctes aux propriétés différenciées s’alliant dans une volonté commune de se confondre dans une vision et une action transcendante et structurée …

Mais de là à jouer la Grande Faucheuse…

Mais comme le dit si bien notre cher Brice : « Si les routes sont des pelouses, les bikers en sont les tondeuses ! ».

Après ces péripéties, nous voilà arrivés au domaine du Château l'Hospitalet, un site unique de 1000 hectares de pinède, vignes et garrigues, situé sur un territoire enchanteur.
Là où nous attendait, en plus d’un somptueux repas dédié aux produits du terroir et de saison, une visite et dégustation des chaix.

Une sélection de vins frais, fruités et d’exception nous promettant du fruit, de la fraîcheur, toute la typicité des cépages languedociens.

Avec un petit bonus préparé par notre Road Captain en complicité avec le maître des chaix : remise de 15% sur le prix des bouteilles et livraison directement à la concession American Motos de Toulouse !

Car … « Il y aura des bikers blancs, des bikers noirs, des bikers jaunes, des bikers grands, des bikers petits, des bikers beaux, des bikers moches et tous auront un taux d’alcoolémie à 0, mais ce sera pas facile ! ».
Merci aux propriétaires de nous avoir fait partager leur culture du goût du pied de vigne au verre.

Bien sûr, nous ne pouvons pas oublier la séquence « Bienvenue aux nouveaux », même si certaines et certains supposaient que revenir après deux ans les rendraient exemptés…

Pour les bikers les plus courageux, digestion sous forme de balade de 30 mn, au travers d'un sentier en direction d'un "spot" (point culminant du domaine) pour jeter un œil sur l'immensité de cette région.

Pour les moins courageux, quelques emplettes dans les boutiques…
Discours de notre cher Chapter Director et remerciements à notre Road Captain qui avait aussi organisé la venue du soleil, bien que cela ne fût pas évident en début de matinée au départ de Toulouse.

Que ce soit « Live to Ride – Ride to Live » ou « Live to ride – Ride to mow the lawn », il n’en demeure pas moins que nous nous retrouverons tous pour de nouvelles aventures (et surprises ?) en Espagne le week-end prochain !
un clic ici pour voir l'album 150 photos
article Georges, photos Françoise, Patricia, Angel, Didier

Les partenaires de Legend Motorbike