LE GRAND

MECHOUI

DU CHAPTER

DE TOULOUSE

C’est l’histoire du petit Nérinem ben Palous qui avait appelé son mouton préféré «Méchoui».

Un jour qu’il se promena, fier sur sa 110th, accompagné de Méchoui, il tomba en panne dans le désert du Sahara. Et comme il n’avait avec lui ni mécanicien, ni passagers, il se prépara à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour lui une question de vie ou de mort. Il avait à peine de l’eau à boire pour huit jours.

 

Alors vous imaginez sa surprise, au lever du jour, quand une petite voix le réveilla. Elle disait :

 

– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton !

– Hein !

– Dessine-moi un mouton…

Il sauta sur ses pieds comme s’il avait été frappé par la foudre. Il frotta bien ses yeux. Il regarda bien. Et il vit un bonhomme, Schuffi ben Schuffi.

– Mais… qu’est-ce que tu fais là ?
Et il lui répéta alors, tout doucement, comme une chose très sérieuse :
– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton…

Aussi absurde que cela lui semblât à mille miles de tous les endroits habités, il sorti de sa poche un stylographe.

Comme il n’avait jamais dessiné un mouton il refit, pour lui, l’un des deux seuls dessins dont il était capable. Celui du Bar & Shield - Harley-Davidson. Et il fut stupéfait d’entendre Schuffi ben Schuffi répondre :

– Non ! Non ! Je ne veux pas d’un Bar & Shield. Un Bar & Shield c’est très encombrant. Chez moi c’est tout petit. J’ai besoin d’un mouton. Dessine-moi un mouton.

Il eut alors de sérieuses raisons de croire que Schuffi ben Schuffi venait d’une planète ou l’on organisait des « runs », où les bikers se réunissaient et vivaient heureux.

Ah ! Schuffi ben Schuffi ; il comprit, peu à peu, ainsi, sa petite vie mélancolique, il n’avait eu longtemps pour distraction que la douceur des couchers de soleil. Il apprit ce détail nouveau, le quatrième jour au matin.

Il proposa ainsi à Schuffi ben Schuffi de l’accompagner au dîner.

Ne voulant pas lui offrir que la seule semoule qu’un bédouin lui avait offerte, il lui proposa de manger Méchoui.

Après un feu fait de brindilles du désert, il fit cuire Méchoui à la broche et en proposa à Schuffi ben Schuffi.

Dégustant ce repas de fortune, Nérinem Ben Palous se mit à rêver… Quand je serai de retour au Toulouse Chapter, j’organiserai une grande fête autour d’un agneau ; ainsi naquis « Le Grand Méchoui ».

Oui, au Toulouse Chapter tout à une origine. Il a suffi de peu de choses dans la vie d’un biker pour qu’un nouveau standard du Toulouse Chapter s’inscrive dans la longue liste des « runs » historiques.

Oui, vous l’avez remarqué, la modestie de Nérinem ben Palous consiste à ne jamais le prendre pour moins ni plus que ce qu'on estime qu'il croit qu'il vaut ni pour plus ni moins que ce qu'on évalue qu'il vaut qu'on croit.

Alors, avec son ami Ali Toustou, ils se mirent en quatre pour nous préparer cette première du Toulouse Chapter. Rendez-vous sur le parking Leclerc Saint-Orens. Déjà un bon point, le rendez-vous est à 09H30 !

Mais ce que ne savent pas nos vaillants bikers, c’est qu’ils doivent faire face à des aventures dans lesquelles ils doivent survivre pendant un jour. Ils doivent trouver leur nourriture et surtout réussir leurs épreuves.

Le très sérieux Koh-Bike Toulouse Chapter (KBTC pour les intimes) est né, réservé aux initiés, aux bikers…

Mais avant de vous narrez ces épreuves, qui, croyez-moi, devraient rester confidentielles, nos 93 bikers se sont donc donnés rendez-vous pour cette première du Toulouse Chapter.

Cinquante motos, donc 10 groupes de 5. Comme disait William Shakespeare : « L’inquiétude présente est moindre que l’horreur imaginaire ».

Nos bikers pensaient démarrer une petite balade dominicale, mais dès leur arrivée, ils étaient assignés à un groupe et qui dit groupe…

Une pensée particulière à nos nouveaux …
Briefing de nos organisateurs avant le départ.

Les règles qui régissent ces épreuves sont simples :

Pour jouer Sloubi il faut dire « Sloubi un, Sloubi deux, Sloubi trois.. » etc. jusqu'au score fait par les dés (Si vous avez fait 644 il faut compter jusqu'à 644 « ..., Sloubi six cent quarante-trois, Sloubi six cent quarante-quatre »).

En chantant, il faut gigoter les coudes et les mains et taper des mains, les taper sur la table ou sur votre tête en rythme. Les autres joueurs doivent vous arrêter à votre score.

Pour arrêter un joueur il faut dire « Sloubi ! » et non pas « Stop ! » ou « C'est bon ! ». Lorsqu'un joueur adverse dit « Sloubi ! » à votre score, on change de tour, sinon le joueur doit recommencer à chanter « Sloubi ».

Pour relancer « Sloubi » ! Se référer à la règle de premier tour. Et ainsi de suite. Quand tout le monde en a marre, on peut adapter les règles pour faire 10 jets de 2 dés moins 4. Ça donne un résultat entre 16 et 116. Le deuxième joueur a 19 possibilités :
- Passer,
- Scier en deux les 50 poutrelles de 30 pieds.

STOP !

Faisons simple. Après une petite balade sécurisée, pause-café et chouquettes, jeux concours puis petit rallye dans les petites routes avec preuves de passages pour rejoindre le lieu du méchoui.

Déjà les sourires reviennent sur les visages de nos bikers.

Départ pour Lauzerville, Tarabel, Caragoudes, Segreville, Caraman, Saint-Felix du Lauragais, Vaudreuille, lac de Saint-Ferréol, Labecede Lauragais et arrivée à notre parking d’étape.

A voir nos bikers, on imagine une grosse chenille espérant devenir un papillon géant aux ailes ornées du Bar & Shield ou un mille pattes processionnaire.

En tout cas, un beau convoi encadré par nos Security Officers toujours aussi efficaces en toutes situations.

Nous voilà donc sur le lieu de nos premières épreuves. Le Koh Bike Show peut maintenant démarrer.

Merci à nos lecteurs d’éloigner les enfants de ce qui va suivre.

On commence par la pause-café promise. 3 chouquettes par personne, soit un stock d’environ 300 chouquettes, café à volonté dans la limite des thermos apportés par nos organisatrices et organisateurs.

Pendant ce temps, on aperçoit des allers et venues de bikers transportant des pneus, dessinant des cercles de peinture, préparant un escabeau…

Ca sent l’embrouille !

Nos bikers discutent entre eux, comme si de rien n’était, comme s’ils ne s’apercevaient de rien, comme s’ils ne se sentaient pas concernés…

Grave erreur…

Dans le bistrot du Toulouse Chapter, j’ai rencontré Jean-Pierre, joueur de boules passionné :
- Vous qui êtes un ancien du Chapter, qui a inventé la pétanque ?
- C’est moi et mon ami Jean-Claude.
- Et comment avez-vous eu l’idée de jouer de cette manière ?
- A l'époque, bien sûr, on ne connaissait que la longue, mais notre ami Schuffi avait des rhumatismes. Il était d'ailleurs le seul autorisé à apporter une chaise sur le jeu de boules.

Ce jour-là, il regardait jouer, assis. Ne sachant que faire, il a remplacé le cochonnet par un pneu et a pointé une boule, puis une deuxième et il a dit : Té, je l’ai gagné ».

La pétanque du Toulouse Chapter est née comme ça.

Armés de leur feuille de score, les groupes de bikers (2 groupes qui s’affrontent, donc 5 pneus…) s’alignent devant leur cible et à tour de rôle nous jouent une séquence de Marius et Olive.

Vient ensuite la deuxième épreuve, plus délicate celle-là. Une variante de la pétanque du Toulouse Chapter mais sans les pneus.

Seul un cercle est dessiné, vous avez compris, il faut lancer la boule et surtout elle doit rester dans le cercle !

Ah ces organisateurs, on voit qu’ils se sont occupés de bon nombre d’activités de maisons de retraite ! N’oublions pas quand même que l’on devient vieux quand on a oublié l’enfant qu’on a été…

Merci à nos bikers qui ont joué le jeu et instauré une superbe ambiance pendant ces épreuves.

Mais ce n’est pas terminé. Remise de la feuille de scores aux organisateurs pour percevoir une enveloppe contenant les indications du rallye pour rejoindre le lieu du Méchoui.

Beaucoup de bikers y avait pensé, mais les organisateurs aussi… Chaque groupe aura un trajet différent ! Inutile donc de suivre les premiers !

Moi, je trouve que c’est un manque de confiance, il ne serait jamais venu à l’idée de nos participants d’essayer de tricher… Biker un jour, biker toujours !

Voyons le contenu de chaque enveloppe :

- Un roadbook « Rallye du Méchoui 2013 », accompagné de quelques précisions spécifiques à chaque groupe.
- Une cartographie précise du rallye.
- Les coordonnées du lieu du Méchoui.

Inutile de dire que bon nombre de bikers ont regretté d’avoir oublié leur GPS !

Après une lecture approfondie des instructions, c’est parti … à condition qu’elle veuille bien redémarrer !

A ce moment, on sent un remake probable de « Randonnée » !

« Le groupe qui va à l’étape 1A ne tourne pas à droite vers Issel comme indiqué ci-après. Il continue tout droit 500 m environ et suit les consignes d’étape 1A. Les autres groupes suivent la suite du roadbook… ».

Pas d’échappatoire possible « Etape 2 : arrêt obligatoire et contrôle de passage de TOUS les groupes par les vieux motards en Harley ».

Vous connaissez la famille Pierre à Feu ? Du temps de la cohabitation entre les dinosaures et les humains ?

Le Toulouse Chapter a vraiment tout fait pour satisfaire nos bikers en invitant Fred et Wilma Pierre à Feu à contrôler leur passage !

Moment d’émotion intense…

Nous passerons les arrêts photos obligatoires pour preuve, les groupes qui se sont croisés, les habitants harcelés de questions et ceux qui se sont perdus…

L’originalité des photos était un critère pour gagner des points. Y paraît qu’un groupe aurait rentré une Harley dans l’église d’un village… non, ça c’était à Rome…

Tous les groupes sont arrivés sains et sauf au lieu du Méchoui.

Cette première partie du Grand Méchoui fut un succès. Une idée originale qui s’est concrétisée par un grand moment de convivialité comme seul le Toulouse Chapter est capable d’en inventer !

Après ce rallye, moment de détente sur la terrasse en profitant d’un apéritif bien mérité : sangria, jus de fruit, bière, vin et bien sûr eau ! Le tout pour accompagner des tapas et de la… cargolade !

Personnellement, eu égard aux précédentes sorties, je pense qu’il ne fait pas bon d’être un escargot en ce moment dans la région Toulousaine !

Et pendant ce temps, nos agneaux, n’oublions pas que nous sommes venus surtout pour cela, rôtissent tranquillement au feu de bois.

Consigne du patron des lieux : Oyez, Oyez braves bikers, dès que les agneaux seront prêts, nous passerons à table !

Avant de nous retrouver autour d’une bonne table, notre hôte nous demande des photos de groupe avec nos motos, et vous nous connaissez, toujours prêts à faire plaisir…

Après quelques shoots, l’heure de la dégustation de ces agneaux, moment de grande cuisine locale, suivi de fromage et de desserts et nous terminons par un café.

Avec quelques interruptions, car épreuves dit remise de prix ! Groupe 8 gagnant !

Tout d’abord un discours de nos organisateurs, qui ne cachaient pas leur joie de voir cette première se dérouler avec autant de succès et d’implication des membres du Toulouse Chapter !

Notre Chapter Director, toujours prêt pour chauffer la foule, armé d’un haut-parleur, juché sur un tonneau, tel un Jules César du XXIème, montra à nos bikers ce qu’allaient être les soirées du vingtième anniversaire de la Transpy !
Les vainqueurs se sont vus remettre leur cadeau (bouteille de bon vin offert par le patron) et Schuffi un t-shirt de la part de notre hôte pour l’organisation de cette journée !

Justement, notre hôte pris la parole… pour nous annoncer ses soirées célibataires tout compris ! Bien évidemment, personne n’a relevé.

Un discours qui se termina par une invitation à un concours de pétanque, dans la joie et la bonne humeur !

Voilà chers lecteurs, c’est ce que l’on appelle un dimanche bien rempli !

Merci à Véronique et Jean-Claude Palous, Marie et Jean-Pierre Toustou, pour leur temps consacré à l’organisation de ce « Grand Méchoui ».

Inutile de dire que ce succès fera sûrement des petits.

Profitons de cet instant pour souhaiter tous nos vœux de rétablissements à Marc et Michel, qui ont récemment subi un accident, heureusement sans de graves complications. Nous espérons les revoir très vite nous accompagner dans nos prochaines virées.

Bientôt la Transpy, un grand article en perspective, que dis-je, un roman !

un clic ici pour voir l'album 120 photos
article Georges, photos Françoise, Patricia et Didier

Les partenaires de Legend Motorbike