TRANSPY 2013

TOULOUSE CHAPTER

13 - 20 juillet 2013

El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha est un personnage bien réel au Toulouse Chapter tout droit sorti de la direction du bureau.

Avec ses écuyers de la famille Sancho Panza (qui comme leur nom l'indique ne pensent qu'à se remplir la panse) il luttera contre des moulins à vents de La Mancha qu'il croit être des géants, il verra Rueda, Javea, Elche, Cuenca…, des paysannes telles des princesses et retrouver sa fontaine de jouvence, haut lieu de pèlerinage « de cuyo nombre no quiero acordarme ».

C’est dans cet esprit que cette Transpy 2013, la 20ième, se devait d’être inoubliable pour ses participants. Nous allons vous narrer ce film historique…

Tout commence, justement, par se remplir la panse….

En ce vendredi soir, tous les participants se regroupent à la concession. Dès qu’El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha les vit, il dit à la famille Panza :

- Regardez, voilà devant nous soixante-dix démesurés géants, auxquels je pense livrer bataille ; car c'est prise de bonne guerre et c'est grandement servir le Chapter que de les faire recruter pour cette Transpy 2013.
- Quels géants ? demanda Jean-Claude Panza.
- Ceux que tu vois, avec leurs bagages et casques.
- Prenez donc garde, répliqua Jean-Claude Panza, ce que nous voyons ne sont pas des géants, mais des bikers !
- On voit bien, répondit El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha, que tu n'es pas expert en Transpy : ce sont des géants, te dis-je et, si tu as peur, ôte-toi de là et va les servir en victuailles !

20 ans déjà que le Toulouse Chapter a dans son catalogue cette sortie franco-espagnole, devenue depuis la référence en la matière.

20 ans passés à organiser cette sortie sur une semaine voire plus, regroupant jusqu’à une centaine de bikers de Toulouse mais aussi de toute la France et de l’étranger.

20 ans passés à organiser des fêtes, soirées et spectacles afin de rendre inoubliables ces moments d’amitié et de convivialité.

20 ans passés à rechercher ces endroits envoûtants, ces paysages contrastés, ces routes magnifiques...

20 ans de logistique, de préparation, de reconnaissance des parcours et de réservations d’hôtels et restaurants...

Une bonne prise de guerre pour El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha ! 70 bikers de Toulouse et des régions de France, prêts à envahir l’Hispanie.

Ces preux paladins se réunissent pour une des coutumes (et il y en aura bien d’autres que je vous narrerai...) du Toulouse Chapter pour chaque Transpy ; offrir un repas d’amitié la veille du départ. Le tout préparé par le Toulouse Chapter et ses sponsors (que nous remercions vivement à cette occasion) ainsi que nos fidèles bikers du Toulouse Chapter toujours prêts à se dévouer en préparant de savoureuses spécialités.

Plutôt qu’un long discours, je vous laisse savourer ces moments au travers de ces photos et laissez-vous vous imaginer l’an prochain parmi eux....

El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha demanda à ces paladins d’être présents au pied de la tour nord dès le lendemain à partir de 07H30.

Il a tout prévu, una desayuno avant de prendre la route et deux carros ; une pour permettre le transport des équipements personnels de nos paladins qui sera conduite par Philipe le Preux qui, de part ses qualités de ménestrel (DJ de nos jours) animera nos soirées grivoises ; et une autre conduite par Jean le Bon, forgeron de père en fils (mécano de nos jours) dont la devise est « nous partirons soixante-dix paladins et par un prompt effort, nous serons toujours soixante-dix paladins en arrivant au port ».

Il ne croyait pas si bien dire...

Voilà donc nos paladins qui, un à un, franchissent la tour nord où les attendent dames Françoise, Véro et Marie, pour relever leur identité et leur communiquer par missives instructions et équipements spécifiques : une plaque d’identification à installer sur sa moto, patch de la 20ème Transpy, dépliant leur expliquant le route qui sera prise par cette croisade, armure (t-shirt de nos jours) de la 20ème Transpy et bien d’autres choses encore...

Déjà du travail pour Jean le Bon, une damoiselle venue des contrées du nord de la France, dut son salut aux talents de notre forgeron, qui lui prépara quelques menues réparations lui permettant de prendre part à ... ce qu’elle ne savait pas encore....

Mais laissons-les prendre leur cotejo. Et pendant ce temps, Jean le Bon contrôle les montures...

Oui, chers lecteurs, la Transpy au Toulouse Chapter est un évènement et qui dit évènement dit parainage par des personnalités de haut rang. C’est ce que l’on appelle la rançon du succès !

Le Consul d’Espagne à Toulouse, acueillit par El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha et ses paladins, nous fait l’honneur de sa présence, nous souhaitant de savourer ce beau pays qu’est l’Espagne. A notre tour, nous ne pouvions faire moins que de lui offrir un t-shirt estampillé « 20ième Transpy » !

Vint ensuite, frère Denis la Malice qui officiant en tant que chef de la sécurité, se devait d’instruire nos paladins sur les bons comportements à tenir lors de notre croisade.

Laissons maintenant nos paladins préparer monture.

C’est l’heure du départ. Direction la pension à Rueda, pour un parcours de 451 kms : Lannemezan, tunnel de Bielsa, restaurant Pena-Montanesa, Monzon, Alcolea, Caspe et enfin Rueda.

Que de noms chantant l’Espagne et les vacances ! Déjà la chaleur nous accompagne sur les routes. Une pause repas permet à chacun de commercer à échanger ses premières impressions.

Une vingtième se doit d’être exceptionnelle et ce sont les castillos (hôtels de nos jours) Paradors haut de gamme qui accueilleront nos paladins.

Pour ce soir, ce sera un moment d’émotion ; nos paladins pourront se recueillir au Monasterio de Rueda.

Après que nos paladins se soient recueillis, départ pour Javea. Longue journée pour nos bikers : 510 kms.

Notre première étape sera Teruel, où Martine et Claude nous accueillent chaleureusement pour une fiesta sangria et jambon (réputé en Espagne comme le meilleur jambon de patte blanche) !

Déjà le ciel nous rappelle que nous sommes des paladins de l’apocalypse, que le dieu de l’orage a décidé de nous accompagner un petit moment.

Ce sera le seul jour de pluie, mais nous aurons notre dose : vent, tempête, orage, grêle et une quantité imposante d’eau déversée sur nos paladins, mais rien ne nous arrêtera, nous irons jusqu’au bout de notre pèlerinage.

Arrêt pour mettre les combis, du moins pour celles et ceux qui ne les ont pas laissées dans le carro qui bien loin devant nous se dirige vers notre lieu de villégiature à Javea. Promis, à partir de demain, les combis seront sur nos montures !

Direction Albalate, Escucha, Ademuz, Alcudia et enfin Javea qui nous accueillera pendant quelques jours. Piscine, plage, soleil de quoi faire oublier cette journée d’enfer.

Bonne idée des organisateurs de cette Transpy 2013 ! Fini les changements d’hôtels chaque jour, on profite des lieux ; journée libre, journée balade, farniente, ... les vacances quoi ! El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha nous l’avait promis lors du recrutement !

Voilà déjà près de 1000 kms avalés par nos vaillants paladins. Nous sommes tous heureux d’être toujours ensemble, tous là quelques soient les circonstances, tous prêts à conquérir les autres 2000 kms qui nous attendent.

Mais pour l’instant El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha nous laisse profiter, en dignes conquérants, de cette magnifique région de Valencia.

Nous pillerons de façon respectueuse, charte des paladins oblige, les bars, magasins et autres échoppes à notre disposition.

Nous profiterons de la piscine, des eaux calmes de la méditerranée et visiterons la vieille citée de Javea aux maisons colorées.

Après cette journée, rendez-vous au restaurante pour une première fiesta et non la dernière dont le Toulouse Chapter a le secret. Car en ces temps anciens, le soir est propice aux manifestations grivoises, aux jeux, aux musiques et autres divertissements. Déjà, certains d’entre nous hésitent entre participer à ces soirées de « débauche » ou entrer dans les ordres....

Tout d’abord la parole est à Anne Roumanoff (ben oui, on attire le gratin du show-biz à la Transpy !) dont la phrase mythique, qui restera dans la mémoire collective est « vous n’avez pas tout vu ! ».

Vous imaginez bien qu’il se passe des choses tout au long d’une journée, quand une horde de paladins décide de parcourir pendant une semaine un pays comme l’Hispanie.

Son rôle est donc de nous narrer les évènements de la journée et, bien entendu, les plus croustillants. Pour ses chroniques, vous l’imaginez, elle a besoin de bons tuyaux. Grâce à de nombreux espions au service d’El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha, les informations lui sont remontées en temps réel.

Je vous parlais de coutumes. En voilà une qui va vous plaire. Il s’agit de remettre aux paladins indélicats, une parure particulière estampillée « BOG » pour « Blaireau Owner Group » (une allusion à une autre organisation secrète) ainsi qu’un groin rouge (il paraîtrait que dans des peuplades sauvages, cela serait un signe distinctif, mais de quoi ?).

Qui donc sera ou seront les heureux élus ce soir ?

Jean-Pierre sera de ceux qui seront récompensés. Et excusez du peu, le Road Captain ! Comme quoi il n’y a pas de privilégiés dans une Transpy !

Mais de quoi donc l’accuse-t-on ? Voilà la petite histoire.

Le road-book du Road Captain (vous savez, celui qui dit toujours « oui » en conduisant) eu des désaccords avec son GPS. Il nous fit prendre une simili route, moitié enrobée, gravillons, trous, bosses et sillons... alors qu’un peu plus bas nous attendait une route de rêve....

Décision fut donc prise de ne laisser passer cette galéjade. Afin d’immortaliser son acte de félonie, les paladins en concile décidèrent de le transformer en coton tige... pour le plaisir des yeux.

Nos damoiselles furent aussi honorées, mais pas de la façon que vous imaginez...

Tout d’abord, Dame Joëlle, voyant une partie de t-shirt du frère Gabriel « 1903 – HD – Toulouse Chapter » eu une illumination « Je ne savais pas que le Toulouse Chapter avait 110 ans ! » ; Encore une âme perdue dans les limbes du temps...

Ensuite vint Dame Nathalie, qui désespérée de ne pouvoir donner ordre de marche à sa monture, fit appel au frère Claude, qui constata que sa monture n’était pas au repos (point mort) ; Encore une âme perdue dans les limbes du temps...
Le florilège n’est pas encore terminé...

Vint Dame Dominique, prêtresse capable d’occire toutes infections par une imposition des mains, qui ne retrouvait pas ses clefs.... cachées sous multiples couches de draperies ! Encore une âme perdue dans les limbes du temps...

Dame Françoise, qui, dans un élan de justice féodale et d’égalité entre paladins et damoiselles, revendiqua ses actes de bravoure derrière le frère Georges, flamme rouge de cette horde ; encore une âme perdue dans les limbes du temps...

Reste frère Denis, qui s’accoutra d’un sac poubelle pour s’abriter des intempéries...

Enfin, tout ça se termine par un bon repas et une fête endiablée !

El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha est impatient. Une journée de repos suffit, nous devons maintenant continuer notre croisade. Direction Elche, visite de la Palmeraie, repas au port de Saint-Pola puis retour à Javea pour une nouvelle soirée pleine de surprises.

Nous voilà en ce matin, pour celles et ceux qui le désirent, sur le parking où frère Denis la Malice nous précise la tactique mise en œuvre pour cette journée.

Direction donc Elche par une route ensoleillée aux paysages magnifiques puis restaurant au port.

A ce moment là, je ne me doutais pas que je serais l’objet de diableries de la part de mes frères de route...

De retour à Javea, nous nous retrouvâmes au bar du Parador. C’est là que tout commença. Armé de mon appareil photo je discutais de cette journée avec ceux qui furent à l’origine de cette traitrise.

El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha sonna le rappel pour nous retrouver autour d’une bonne table.

Nous vîmes arriver les cuisiniers nous montrant fièrement la paëlla que nous allions déguster... photo oblige ! Du moins je le pensais. Pas d’appareil photo. Nous nous regardâmes avec Dame Françoise nous posant la question de circonstance « c’était où la dernière fois que tu avais l’appareil photo ? », ben si je le savais....

L’angoisse nous envahit...

Je retourne vers le bar, rien. J’interpelle les arrendatarios du Parador au cas où un juste tourista l’aurait trouvé et déposé, rien. Je retourne dans mon habitación, rien.

La conclusion s’impose, un gueux s’est emparé de mon bien. Nous retournons à table. Dame Maryline vient à notre secours « allons voir la posadero de ces lieux, des caméras auront sûrement pris au fait ces voleurs ». Nous la rencontrons, toujours rien.

Nous n’avons plus le cœur à déguster cette paëlla, nous plongeons dans le plus profond désespoir. Autour de la table ronde d’à côté, nombre de paladins et damoiselles sont « pliés de rire ».
Devant notre désarroi, ils se décident enfin...

Sous les conseils de bienveillants paladins, qui comprirent que nous allions bientôt raser Javea pour retrouver nos biens, messe fut dite.

Frère Jean-Claude avait repéré mon départ précipité du bar en oubliant mon appareil photo, une idée saugrenue germa dans son esprit, une blague était à portée de main... Cet épisode nous valut pour moi-même et Dame Françoise un beau groin rouge !

Le Toulouse Chapter voyant les choses en grand, nous fit la surprise d’inviter l’école locale de flamenco qui nous régala d’un spectacle haut en couleur !
Après tous ces évènements nos paladins et damoiselles rejoignirent leur habitación pour un repos mérité.

Après avoir conquis la province de Valencia et annexé Elche, ordre fut donné par El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha de prendre Guadalest. Direction Garroja, Almudiana, Millena, Guadalest, Callosa, Taberna, Parcent, Pedreguer puis retour à Javea.

180 kms de virages par les petites routes vertigineuses. Seuls les paladins aguerris participeront à ce périple.

Nous arrivons à Guadalest, village fortifié où nous festoierons quelques spécialités locales. Puis nous prendrons la direction de ce musée de motos, entretenu par un passionné, qui nous proposa de visiter sa cave aux miracles. Près de deux cents exemplaires de machines diverses de tous les temps en attente de reprendre vie.

Magnifique journée passée au milieu de panoramas mer et montagne. Nous nous retrouvons de nouveau au bar du Parador où nous contons nos aventures aux paladins et damoiselles restés en ces lieux.

La soirée continue avec une fiesta de roi puis ordre est donné à Philippe le Preux de jouer et divertir les troupes, avec un cocktail sans alcool !

Mais n’oublions pas, Anne Roumanoff est toujours là, dans le plus grand secret, en silence, recueillant matière à distribuer des t-shirts BOG et autres groins rouges à nos preux paladins qui ne se doutent pas de ce qui les attend dans ces prochains jours...

Continuons malgré tout à savourer cette Transpy 2013...

En ce matin du 6ème jour, départ pour Cuenca. Nous nous retrouvons au petit-déjeuner, un peu tristes de quitter ces lieux enchanteurs. Nous devons bientôt terminer cette croisade et déjà nous remontons vers le nord pour rejoindre notre pays.

Il est temps de vous parler d’une autre coutume. Tout paladin ou damoiselle participant à sa première croisade se voit affublé du qualificatif de « Bleu ». L’ordre impose ainsi aux Bleus une phase d’intronisation. En guise d’acceptation des impurs que nous sommes, nous devons mener spectacle à l’aube du huitième jour.

Frère Bruno, ancien de l’ordre, bien nommé par El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha sera notre parrain pour assurer cette épreuve.

Nous réunissons concile des Bleus afin de définir les festivités que nous allons organiser pour ces « vieux paladins ».

Déjà des idées fusent, Dame Françoise se propose de jouer l’assistante d’Anne Roumanoff, tandis que Dame Josette se propose de jouer Dina. Dame Danielle quant à elle propose une adaptation personnelle d’un chant païen.

Quant à votre humble serviteur, une séance de Haka me semble appropriée afin de réunir tous les bleus pour un final qui restera dans les annales de la Transpy 2013 !

Le programme est ainsi prêt, reste quelques répétitions à planifier. Mais n’en doutons pas, les Bleus seront à la hauteur de l’épreuve !
El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha, désirant marquer cette croisade, nous ordonne à l’approche de cette hacienda d’Albacete où nous allons festoyer, d’arborer les couleurs de nos escudos de armas pour immortaliser cette croisade, ce qui fut fait avec nos t-shirt et autre casquette de la Transpy 2013.
Comme d’habitude dans cette Transpy, le repas est grandiose, mais cette fois-ci impose à nos paladins et damoiselles quelques temps de repos avant de reprendre la route pour ce magnifique village médiéval fortifié de Santa Ana de los Cuatro Ríos de Cuenca, dont l'UNESCO déclare le Centre Historique : « Patrimoine Culturel mondial ».
Séance de farniente pour nos paladins et damoiselles. Toutes les poses sont autorisées et appréciées.
Après Oliva, Benifla, Albacete, départ pour Navas de Jorquera, Iniesta, Granja, pour atteindre le Parador de Cuenca, magnifique hôtel suspendu au-dessus de la ville.

Nous en profitons, nous les Bleus, pour une ultime répétition de notre espectáculo, à l’abri de regards indiscrets, avant de rejoindre la cour principale qui servira de décor à notre repas du soir.

Serait-ce l’approche de notre espectáculo qui émoustille nos paladins ? Certains se mettent à utiliser les sous-assiettes comme cymbales et chantonnent des refrains qui par contagion enflamment les autres tables.

Il en va ainsi d’une Transpy, ses paladins finissent toujours par prendre une part active à l’ambiance !

Le Toulouse Chapter a ses entrées... Nous quittons la merveilleuse cité de Cuenca avec la Guardia Civil qui nous ouvre la voie... royale ! El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha n’en croit pas ses yeux, enfin sa croisade est reconnue parmi les hommes d’Hispanie !

Notre hôte, lui aussi, n’en revient toujours pas d’avoir accueilli tant de preux paladins et nous demande d’immortaliser ces instants, nous nous plions de bonne grâce....

Tant qu’à faire, une photo du groupe sécurité s’impose, ils furent braves, courageux et valeureux ; il suffit de prêter attention aux discours de Dame Roumanoff pour s’imaginer le travail qu’ils ont dû fournir...

Direction SOS del REY, dernière étape avant notre retour sur Toulouse. Nous empruntons des routes sinueuses aux paysages désertiques, ensoleillés, chauds, très chauds ...

A certains endroits il n’y a plus que nous et les rapaces qui dessinent des cercles au dessus de leurs proies, on se croirait dans un film de l’ouest espagnol !

Puis d’autres paysages plus bucoliques s’offrent à nous, nous longeons des rizières, puis ce sont les cigognes qui nous regardent passer, ce qui ne perturbent pas nos paladins venus nous rejoindre de la lointaine région d’Alsace !

Cette Transpy 2013 nous aura démontré la variété des paysages de cette contrée d’Hispanie !

Halte au restaurant « Las Truchas » pour déguster tapas et truites grillées. Avant ce festin, à un kilomètre du restaurant, nous faisons d’abord un petit arrêt apéritif bien de chez nous, puis visite du Monasterio de Piedra. C’est là que tout se gâte... En effet Dame Marie, devenue entre-temps guide touristique, nous suggéra une balade dans le parc « c’est une petite visite, il y a des chutes d’eau, c’est beau... ».
Il y avait effectivement des chutes d’eau, mais surtout des chemins, des kilomètres de chemins, el laberinto de la muerte ; on sait quand on rentre, pas quand on sort...

Vous connaissez le film « Randonnée » ?, c’est un peu ça. On y va la fleur au fusil et les ennuis commencent... Bien des paladins ont regretté de n’avoir pas simplement visité le monastère, dans une ambiance climatisée...

Mais que de souvenirs qui resteront gravés en nous ! Nous voilà enfin arrivés à SOS del REY. Après une bonne douche, nous nous retrouvons pour notre dernier apéritif de cette Transpy 2013.

Une nouvelle surprise attend nos conquérants. El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha pour récompenser ses paladins, leur offre des présents de taille : des castagnettes pour les frères et des éventails pour les damoiselles.

Ces dernières se lancèrent alors dans des démonstrations de flamencos endiablés, dans une opération de séduction de grande envergure.

Quant aux hommes un concert de castagnettes faisant plutôt penser à un gallinero ! Ambiente !

Et le spectacle des bleus dans tout ça ? J’y viens, j’y viens... Tout d’abord, laissons place à la distribution de t-shirts BOG et autres groins rouges !

Dame Fabienne : tout le monde sait que l’essence est hautement inflammable et que dans une station les flux gazeux n’attendent qu’une flamme pour s’exprimer... Eh bine, que néni, v’là que je m’en grille une ! Encore une âme perdue dans les limbes du temps...

Dame Marie-Christine : la spécialiste du casque jet à l’envers pour visiter l’endroit ! Pour essayer la marche arrière sûrement sur sa Harley ! Encore une âme perdue dans les limbes du temps ...

Dame Maryline : LOH Officer peut-être, mais pas bon œil ! Encore une âme perdue dans les limbes du temps ...

Frère Guy : enfin les hommes à l’honneur, spécialiste du blocage des 70 paladins. Le plus cool ! A chaque action un temps, une réflexion, un contrôle. Encore une âme perdue dans les limbes du temps ...

Frère Olivier : représentant du corps médical. Tout corps étranger doit être rejeté, même sa damoiselle ! Encore une âme perdue dans les limbes du temps ...

Frère Yanco : vient de comprendre qu’une Harley ça fait du bruit ! Encore une âme perdue dans les limbes du temps ...

Frère Pierre : tout est question de maîtrise. On s’habille et déshabille en roulant, on met son blouson dans le camion, y compris sa carte bancaire... mais cela a bien évidemment des conséquences...

Blocage de 30 motos au péage pour cause de carte bancaire dans le blouson, chute à l’arrêt en voulant mettre sa veste, problème de frein car tour de cou entre les mâchoires et le disque... Encore une âme perdue dans les limbes du temps ...

Frère Schuffi : oui, vous avez bien lu ! El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha n’est pas en reste ! Ordonner aux paladins de laisser remonter la sécurité et rester à gauche, insister sur l’heure du départ et être en retard... Encore une âme perdue dans les limbes du temps ...

Que de t-shirts et groins rouges distribués ! Les nominés furent nombreux !

Place maintenant au spectacle des Bleus...

La salle était comble. Les « vieux » attendaient le début del espectáculo. Le moment était tant attendu, l’athmosphère est lourde, l’impatience grandissante....

Du côté des Bleus l’angoisse est à son zénith. La Transpy 2013 fut tellement pleine de surprises que les moments disponibles pour nos répétitions furent peu nombreux. Mais nous restons confiants... c’est pas plus compliqué qu’animer une maison de retraite !

Dame Françoise se lance dans l’arêne. On entend ses envolées lyriques, les éclatements de rire, les applaudissements, ça y est, la salle est en surchauffe !...

Dame Josette la rejoint pour un duo « Dino et Shirley » adapté aux circonstances : Dina et Harley !

Dame Danielle conforte ce florilège de sketchs qui enthousiasment ces « vieux », en nous chantant, accompagnée des damoiselles et paladins Bleus, une version relookée d’une pantalonnade célèbre de Gaston Ouvrard « J’ai la rate qui s’dilate, j’ai le cœur ... » ; vieux qui ne peuvent en croire leurs yeux et leurs oreilles ! Cette cuvée 2013 est sans nul doute la meilleure de toutes !

Vint ensuite le Haka des Bleus, genre de danse guerrière transmise de paladins en paladins pour éloigner la Guardia Civil !

Après cette soirée inoubliable, place est laissée à une soirée animée par Frère Philippe, notre ménestrel qui nous a accompagné toutes ces soirées !

Voilà, il est temps pour El Ingenioso Hidalgo Don Schuffi de la Mancha et ses paladins, frères et damoiselles, de s’en retourner vers nos régions respectives. Comme dans toute croisade, nous avons vécu de grands moments, de belles conquêtes, traversé une Hispanie surprenante qui nous a révélé quelques-uns de ses secrets que nous emportons avec nous.

Il nous reste 398 kms à parcourir en passant par les Pyrénées, par un de ses plus hauts cols aux splendides paysages, le Portalet. Nous déjeunerons à la Gasolinera Asmasacuas, puis rejoindrons la France par Ossau puis Tarbes et enfin Toulouse.

Ce dernier soir sera comme le premier, autour d’un bon repas et de chaleureux au revoir !

Ils nous ont accompagné, ils nous ont fait rire, les voici nos damoiselles et paladins....

un clic ici pour voir l'album 90 photos

article Georges et Denis, photos Françoise, Angel, Joëlle, Mireille, Philippe

Les partenaires de Legend Motorbike