LA FETE

DES MOTARDS

ILE de la REUNION

En attendant sa deuxième édition, placée sous le signe de la double presta, en terme de surface et d’évènements, voici un p’tit résumé pour ceux aisselles (y avait longtemps), qui n’y ont point mis ni le museau ni les roues.

 

À tous ceux (et vous connaissez la suite), qui vont commencer à se la taper snob, ou pire, ignorants en géographie, parce qu'ils ou elles ont fait l’école buissonnière (parfois ensemble) des cours de géo, je préviendrai qu’une fois.

 

La Réunion est un département Français placé à 10000 kilomètres de la mère patrie.

Inconvénient? Que nenni. Du soleil ( presque) toute l’année, des routes et des paysages à rester sur le cul, et ce dernier sur la selle, jusqu’à un lagon, une côte, une campagne ou une montagne.

 

Pour le pique nique embarqué dans les sacoches, de la chaleur et de la bonne humeur, dans un bout de terre qui a l’air si petit qu’on croirait en faire le tour dans la journée, et que je ne connais pas encore à moitié après 20 ans, et des destinations de rêves à moins de deux heures autour, en avion, où les balades sont aussi belles, et même parfois heu...

 

Non, finalement. Aussi belles... Alors? Qui c’est qui dit, là? hein? hein? Or donc, la 1ère fête des motards 2013, sur l’île de La Réunion...

Même si l’endroit est un carrefour des cultures, des couleurs et des traditions, et qu’il est devenu au fil des années un rendez-vous immanquable des auteurs de BD pour son festival plus qu’accueillant, il faut bien avouer qu’il n’est pas, et n’a jamais été imprégné de la custom culture. Jusqu’à ce weekend.


L’île de La Réunion a connu sa première concentre digne de ce nom les 26 & 27 Octobre 2013, sous l’impulsion de ses organisateurs, le Brotherhood des Flibustiers Isla Bourbon, auxquels leurs frères de l’île Maurice étaient venus prêter main forte, mais aussi les proches du Brotherhood et les bénévoles.

 

Et de main forte il y avait besoin, car l’évènement a prouvé qu’il était attendu et qu’il répondait à une réelle demande, et les motards de toutes cylindrées et de toutes marques se sont rués sur l’évènement, qui aura compté, eu égard à son principe familial, (entendez par là gratuité de l’entrée et des concerts pour les visiteurs, et gratuité des stands pour les exposants).

Pas moins de 8 000 visiteurs sur deux jours, ce qui, içi, est un exploit.

Entrée en matière avec la tradition, le p'tit cadeau d’arrivée à la concentre, cher aux anciens de la bonne époque.
 

Pas de pucelle pour ton cuir, ni de t-shirt, mais un plateau pour poser ta béquille, gravé 69, chiffre fétiche du Brotherhood, en résine PVC.

Pour pas que la dame que tu viens d’enfourcher pour venir se couche à cause d’un sol instable par endroit, parce que, il faut le dire, ici, y a du sable. Normal, on est sous les tropiques !


Courses de lenteur, jeu de la saucisse, skis bikers et t-shirts mouillés (deuxième exploit, pour La Réunion, pas trop versée dans le lâchage question lolos) étaient au rendez-vous.

 

Mais aussi stands de cuir, coutelier, peintures de bécanes, t-shirts et accessoires, bref, tout comme là-bas, dis....

Et pour moi qui en ais un peu faites, des concentres, on avait VRrraiment, mais alors VRAIiiiment pas à rougir, «pour un p'tit pays comme içi», comme on dit, et vous n’aurez qu’à juste j’ter un zieu sur les photos, ou visiter le lien vers le site du Brotherhood pour vous en convaincre.

 

Les concessionnaires de l’île ont, eux aussi, flairé la bonne ambiance, et se sont tous, sans exception, joints à la teuf. De jolis trophées faits main en bois précieux et pièces de motos recyclées ont remplacé les coupes pourries à deux balles qu’on trouve partout, et ont récompensé les trois plus belles sportives, customs et anciennes, nombreuses sur l’ile.

Un dernier trophée, le «coup de cœur des Flibustiers», a récompensé un magnifique... Solex, raide d’origine et état concession genre tu l’as eu ce matin.


Y avait du Shovel, du Pan, de la suicide et du rigide, oui monsieur, et des vieux xs et sept et demi four dans leur jus raides de neuf.

 

Mais aussi de la BSA, de la Triomph, et du vieux vieux BMW... ce qui explique qu’içi, on ne rougit pas quand les métros viennent nous voir.


On a même un pro du métal fleck. T’as ça près de chez toi, peut-être? : Nous oui, parce que...tout est près de chez toi, ici.

Quant à la balade, je t’invite à aller sur gogeule map et tu comprendra vite que de belles images valent tous les longs discours.


Ajoute à ça qu’ici, on est plus amateurs de belles meules que de faire chier les gens du côté de nos amis bleus et tu réalises que pour les bikers, on est pas loin du Paradis.


Pas de clikos? pas grave, personne tourne, ici.

 

Pas de compteur? C’est cool, si tu te manques, c’est la prune de radar et si tu fais gaffe, t’es moins dangereux.

 

Des dragpipes vides comme des poches de rmiste?

Loud pipes saves lives. Une plaque latérale?

 

Et alors, chacun penche du côté où il veut.

 

Tout à l’avenant. Ici, j’ai même vu nos amis bleus accueillir les p'tits nouveaux de la bmo (comprenez Brigade Motorisée), en leur faisant visiter le tour de l’ile façon JBT Interceptor, même que suit qu’était à la traîne astiquait dru pour coller au pack! )


Une stripteaseuse pro a achevé les hostilités du samedi avec deux passages en rase-motte et en soirée sur la foule qui venait de prendre un set de rock en pleine tête.
 

Parce que côté musique, y avait aussi.

Pensez, pour les groupes locaux, une scène de 150 m2 et 25 kilos de son géré par les meilleures consoles du marché, drivées par un ingé-son professionnel, le tout sous un lightshow digne de Maiden, sans blaguer.

 

Y avait de quoi avoir envie de se donner.

 

Y a même Emma Shaka qui est revenue de Paris exprès.

 

Sans blaguer: Landing, set, signs and take off.

 

Avec le sourire s’il vous plait. Long live Emma.

 

Pour les ceusses qui savent pas, à la suite de son passage chez nous et de la mise en ligne de la vidéo de sa prestation, elle a été repérée par la prod et aujourdhui, elle est toujours en course à «ze voice».

 

Et y a des bruits qui courent de succès qui grimpe...

 

Tant mieux, on en est d’autant fiers, de la lionne de bourbon...(c’est son p'tit nom), son «nom gâté» comme on dit içi.


Restauration et glouglou sur place, pour petits et grands.


Avec le soleil, l’alcool, les t-shirts mouillés et les strips, les différentes religions et les différentes couleurs, hé ben tu sais quoi?

Y a pas eu UN mec qui se soit agrippé au col de l’autre du weekend. Faut croire que c’est une tradition, à la Réunion, de savoir cohabiter.


L’année qui vient verra la surface d’accueil doubler et dès à présent, on peut déjà acheter son bifton de tombola à 5€ pour gagner un 883 Iron, une 125 mach ou un weekend à l’ile Maurice avec hôtel et billets d’avion pour deux personnes (départ Réunion).

 

Et Emma Shaka notre lionne de bourbon sur scène de nouveau.


À ce propos, sachez que la miss, qui démarre du Shovel au kick, (c’est pas toutes les dames, faut bien avouer, sans machisme aucun), est vraiment fan de notre grande famille de bikers et recherche des dates et des scènes pour hurler son rock à vos oreilles et planter griffes et crocs dans les pneus de ceux qui écoutent pas quand la maîtresse chante.

 

N’hésitez pas, pour vos futures dates organisées, de la contacter via le p'tit lien, là:


emmashakaoff@facebook.com


En tous cas, maintenant, tous les ans y a concentre, et c’est avec les FLIBUSTIERS ISLA BOURBON & MAURITIUS BRO.

un clic ici pour voir l'album 80 photos
article et photos Mario

Les partenaires de Legend Motorbike