Tintin

au Japon

Bonzaï !!! Hein ! Non, c’est Banzaï qu’on dit, l’autre c’est un petit arbuste, ok ! Ok ! ok ! ok ! Alors c’est parti pour Banzaï.


Hopla ! Ben, cette fois j’ai pour mission de trouver un temple au pays du Soleil Levant. Un temple qui s appelle Harley.

 

Quoi encore ? Non ce n’est pas une nouvelle connerie c’est bel et bien vrai ouai ouai, bon ok un peu. Hahha !

 

Bon pas tout à fait. Heu ! Enfin comme d’hab quoi, ben si vous voulez suivez cette aventure. Oui ? non ?

 

Choise comme tu veux, hi hi. Alors on commence par ? Je n’ai pas dis Hopla même pas pensé.

 

C’est parti ? Un chef, des moyens, une mission, hahha ! Bon ! Cool, je n’ai pas oublié le peloton de caporal.

 

Préparation de la mission


Phase recherche :
1 - le internet
2 - les indicateurs du terrain
 

Moyens :
Carte, GPS, valise, aéroplane, fric, bon là pas trop de tracasserie : suis fauché, appareil photo, instinct et bien sûr réservation, gite etc. …….

 

Et puis aussi oui, la démerde
Allez c’est parti avec Monsieur Google. Un peu raté tout est en Japonais.

Finalement je vais voir Jimmy les bons tuyaux, ouai, on ne sait jamais.

 

Ben, vous allez rire. Oui, ben, au bout d’un quart d’heure il trouve, oui je ne déconne pas. Il trouve dans son fouillis une vieille photo (black and white) qui serait Japonaise, et qui pourrait être ce temple que je cherche.
 

Mais il ne veut pas m’en dire plus, parce que parait il qu’il attend toujours le flouse du dernier tuyau.

 

Et enfin je mets à contribution la secrétaire du Kabul Chapter Autriche qui vit dans cette région. Point intéressant: elle connait Kyoto. Yes, mais pas ce temple.

Ha oui ? On ne peut pas tout connaitre, mais ensemble nous connaitrons bientôt (Ouai travail de team)
Hopla les phases 1, 2 ,3 sont remplies, ou le contraire. Sais plus !

Action:

2014 04 19 - Direction Frankfort airport pour un vol Corée du Sud.

 

Je vérifie quand même les billets au cas où je me suis trompé de Corée.

 

Ouai, il y en a une au Nord aussi. Et puis bien sûr je n’oublie pas ma marche arrière qui est aussi ma moitié hahha !

Durant le voyage je ne perds pas de temps, j’apprends le Japonais, j’ai 11h40 de vol pour le faire.


Cool alors.


Arigato (Merci) Onegashimas (S’il vous plait) Conischiwa (Bonjour) Sayonara (Au revoir) bon je crois que avec ça je vais pouvoir me démerder Hopla !


Samedi 19 avril au soir j’arrive à Incheon Airport, où nous attend la secrétaire et guide.

Le passage à la douane se fait sans problème malgré le kg de lard, confiture et saucisse fumée, denrées rares et chères là-bas, bon pas pour moi je précise.

Dimanche, accoutumance au changement d’horaire, donc je vais prendre une binouze normalement à l’heure que je me lève, donc à partir de maintenant petit déjeuner-binouze histoire de ne pas perdre l’habitude au retour, et café croissant à midi .


Et puis ben je lui explique, mais en fait si j’ai cru comprendre il y a autre chose à faire ok ok ok d’accord Hopla ben je suis obligé de suivre la majorité hahha mais j’attends quand même mon jour pour foutre la brin hahha.

23 avril jours D-Day c’est parti.
« In cheon Air port », bon j’ai le temps, trois heures avant de décoller, ben je vais prendre une binouze Coréenne sous Licence Germanique et détaxée.

Je me mets en position d’attente sur un des sièges de la gate 46 pour pas louper l’embarquement.

 

Et puis soudain, ben soudain je décide de partir tout seul yes yes.


Je recherche une machine pour aller discrètement à Osaka et là vous allez rire je retrouve Tonton vous savez l’ancien pilote de DC3, rappelez vous l’Afrique.


Et il me dit tiens j ai ce qu’il te faut ! Haha ! Une perle rare qui traine dans un dépôt à ferraille et en plus il est en état de marche heu de vol, oui quoi ?

Ben regarde. Un Mustang p 51 ? Oui Hopla ! Je te le donne prend le et casse toi vite.

Hopla alors vite, je monte à l’intérieur, me souviens de vieux réflexe que j’avais appris il y a belle lurette, et sans computer. Hop ! Pas d’hésitation.

Je fais " l’ACHEVE ", formule mnémotechnique que tout pilote devait apprendre:
A : ailerons, C : Commande, H : huile, E : Essence, V : Volets, E : Electricité, génératrice.
Ensuite je mets la pendule à l’heure avec l’horizon artificiel que je règle.

 

Et puis casque sur la tête, gants retroussés à la Batller Briton ? Vous connaissez ? Cet ancien pilote de Spitfire.


Hopla ! J’appuie le bouton du démarreur et hop, za pétarade et za tourne et hop c’est parti !


Les freins se débloquent, léger vent latéral gauche, une piste est devant moi et gazzzzzzzzzzzzzzzz. La tour de contrôle gueule anglais, coréen, japonais.

 

Je m’en fout, c’est parti, Hahha, pour deux heures de vol au ras des flots pour ne pas me faire repérer par les radars. Cap 37 degré Nord pendant deux heures.
Et puis et puis tiens, 2 heures plus tard, qui m’ont semblées 1 quart d’heure, la terre, la mer et puis de nouveau la terre, des petite iles, et puis tiens on dirait un terrain, je n’ai plus de fioul, le gosier est desséché.

 

Je me mets en contre, heu, le choc avec le plancher des vaches est dur et je vois déjà un comité d accueil qui est sur le Tarmac. Ils me disent au revoir avant même que je sois arrivé hahha !

Bon je descends de mon tagazou, et l’on me dit de dégager avec mon tas de ferraille, ach bon j’en conclue que ce n’est pas moi que l’on attendait, et pourtant j ai encore rien fait quoi ?


Et soudain je sens une douleur dans mes côtes gauches hein quoi, où ? Quoi ? Oui ma marche arrière et ma secrétaire me réveillent pour me dire que nous embarquons dans une minute.


Hein ! Quoi, non, je ne dormais pas, j’étais juste en pleine concentration pour ma mission hahha !

 

Heu les vacances, oui le tourisme quoi ! Les palais, les monastères, les jardins, les moines.

Hopla ! Donc, vol à bord d’un Boeing je ne sais quel modèle et deux heures plus tard, des vraies heures, nous nous posons à Osaka, et de Osaka train jusqu'à Kyoto.

 

Cool ! Bon pas trop de détail sinon vous n’allez pas tout lire 2014-04-24 15 h local arrivée à Kyoto, Main station.

 

Allez, pas de mollesse, la secrétaire cherche l’adresse du camp de base, on prend le bus et direction Sion la maison de vacances qu’elle appelle ça.

 

Heu, moi le camp de base, dans un quartier discret de Kyoto « Wakakusa An », près du palais Bei Nijo.

Notre gite : une maison traditionnelle. Cool ! Cependant à l’intérieur quelques chose me réjouit.

Les chaises n’ont pas de pieds, bon moi ca me dérange pas trop, parce que pour une fois j’aurai les pieds par terre.

 

Heu, le jardin est lui aussi à mon échelle, tu as vite fait le tour.

 

Hopla, je suis à la bourre, je vais déguster vite fait une glace aux haricots et ensuite dodo pour être en forme demain.

 

Hein ? Pas binouze ? Ok ok pas binouze. Dodo et demain à l’assaut. 2014-05-24, 8 h local, réveil. Petit déjeuner (je ne donne pas d’info hahha là dessus puisque je ne travaille pas pour le routard.)

Hahha, et dans la foulée et sans chaussette direction le Palais Bei Nijo pour essayer de trouver des tuyaux.

 

To Find the goal, heu, in french, trouver mon objectif eh hopla, tiens il y a longtemps que je ne l’ai plus dis hahha.
10h00 - On the track, eh ben ça commence bien.


Nothing que dalle personne ne parle Rosbif et encore moins le French.


Et puis au passage suis invité à une séance de thé. Une « cholie Gaija » nous accueille yes une vraie en noir et blanc.

 

Naturellement, je lui ai dis que je n’ai jamais de ma vie dégusté un thé de la sorte, cool !

Et puis, et puis sans perdre de temps je lui montre la vielle photo du temple Harley. Elle ne comprend pas ce que je veux, et moi pas ce quelle dit.

 

Bon, je crois qu'elle a compris que les couleurs principales de mon temple était l’orange.


Hop, je crois que cela a fonctionné, elle me donne une adresse, eh ben ce sera l’objectif de demain.

Le caillou qui me sert de citron commence déjà à bouillir hahha

26 avril - je suis devant une grande porte, l’endroit s’appelle Inari bizarre pas de Harley à tout hasard je franchis cette porte et me dis que je vais bien trouver quelque chose.

Ben, là je monte, je descends, je remonte, puis je redescends, et puis au bout de 3 heures je me retrouve au point de départ.


Bon allez, je reste zen. Et comme je suis zen, je descends cinq boissons locales, ils appellent ça du saké et puis et puis ben je croise Alice au Pays des Merveilles, et là je ne sais plus si c’est vrai ou pas, heu, j’essaye de lui expliquer.

 

Elle m'envoie paître et la tête pleine de colère je quitte les lieux pour me retrouver dans un endroit Zen. Oui, un jardin zen.

 

Cool, dans ce jardin 15 petites montagnes, en réalité on n’en voit que 14 et il faut que je trouve la 15ème.

27 avril – c’est reparti, je croise des dames en kimono, leur montre ce que je cherche, j’essaye de leur expliquer que ma Harley brille comme de l’or et que je voudrais trouver l’endroit où ça se vend, ouai ouai, elles me donnent une adresse.


Bon, bon, je franchis la porte, un monsieur fait la circulation, et je vois un palais tout en or, je ne craque pas.


Je reste zen, je quitte les lieux pour ruminer sur le chemin des philosophes. Yes, philosophe ! Je m' assoie sur un banc, éteins la lumière, et puis et puis j’allume la lumière.

 

Et quoi vois-je ? Ouai, quoi, ben une ? Harley en face de moi.

Oui juste en face de moi ouai une Harley yes. Yes, une paire de gants au pied de la roue avant. Je fais le tour d’horizon et je vois un autre véhicule local.

Et puis, et puis j’en conclue que le pilote est le même pour les deux engins, l’un off course polluant, l’autre jambus pedibus.


Je m’adresse au pilote, lui montre mon document et lui explique ce que je cherche; Hopla. Enfin, je lui explique.

 

Je ne comprends pas ce qu’il dit, lui ce que je dis, enfin pas tout, et, et, ses yeux brillent, un grand sourire, il parle avec les mains, me prend par le bras droit fait des signes fait des gestes et . . .

Euréka ! J’ai compris je dois le suivre (il n y a pas que les italiens qui savent faire ça).

 

Le suivre où ? Hahha devinez ? Yeu pas facile, lui est à pied avec son pousse-pousse, moi à pied sans, et je n’arrive pas à le suivre.


Au passage je découvre un terrain de base-ball. Heu, heu, cool, ça sent l’Amérique.

 

Et puis, et puis, ben, ben, ho, je me tourne vers ma marche arrière, et aussi la secrétaire du Kabul chapter Autriche: « Yo les filles le Temple ! Oui, le Temple » Là, je me prends presque pour le Christophe qui a découvert l’Amérique.

Photo, photo, ce temple se trouve dans un quartier au Nord de la ville de Kokusai Kalkran juste avant les grandes montagnes qui séparent le nord du sud.

 

Bon, à première vue nous nous trouvons sur la partie arrière du temple.

 

Hopla, je prends mon souffle et on contourne l’édifice. Yes pour voir quoi? Ben regardez Hopla
Le temple, heu il s’appelle, tiens bizarre pour une fois je sais lire le japonais, il s’appelle USA LEO.

 

Et, et je suis tout euphorique, je m’engouffre à l’intérieur du magasin et puis j’essaye de communiquer avec le premier venu, mais hahha, nothing don‘t speak english.

Bon remarque chez nous ce n’est pas mieux, mais je persiste j’essaye un autre personnage, qui en fait n’a rien à voir dans le film.

 

Il parait assez sympa, hoche de la tête, sourit et me montre sa Harley, ses nouveaux pots d’échappement, etc. Et lui, c est monsieur Lojki.


Et à Lojki j’essaye de lui demander qui est le boss dans la concession pour que je puisse me présenter à lui, bon, bon, pas compris, si, oui, non, oui gestes, gestes, yes, yes.


C’est à ce moment que rentre dans la cour de la concession un van avec une Sports sur le plateau.

Et, et puis lojki me fait un signe de la main en souriant, et là ben, là je crois que c’est un haut placé dans la concession, hopla.


Ils discutent d’abord entre eux, puis un grand sourire, je me présente à ce monsieur, lui montre aussi ma carte de Legendmotobike, il sourit, puis lui aussi se présente, hahha vous allez rire.

 

Paradoxe, il s’appelle hahha Suzuki. Et il est directeur des ventes, si j ai bien compris.


Donc Suzuki vend des Harley, cool hein ? Pas de mollesse, je sors le grand jeu met mon chapeau traditionnel puis nous faisons une photo de famille, yes !

Et bien sûr, je les adoube au titre de Kabular’s d’honneur de mon chapter virtuel qui n’existe pas hahha !

 

Et attendez pas fini, oui, honoré de ces titres, j ai droit à une visite complète de la concession des entrailles, au showroom, super !

On nous offre café gâteaux, même un porte monnaie Hog hopla !

 

Et même qu’au passage Monsieur Suzuki me présente sa monture préférée, voilà, voilà, ach ya ya !


J’allais oublier de dire qu’ils ont eux aussi un Chapter qui se nomme le . . . heu, ben, lisez vous-même.

Malheureusement je n’ai pas eu de contact avec un chaptérisé, ils tournent d’une autre manière, et leurs points de rencontre ne se trouvent pas à la concession.
 

Et puis, et puis, même mon staff est enthousiasmé, et la secrétaire Kabul Autriche m’offre pour mon anniversaire ce même jour yes, un tee-shirt de la concession.


Bon maintenant des clients arrivent je ne vais pas trop les mobiliser et comme ça se présente on dirait qu’ils ont du travail.


Je les remercie encore une fois.

Courbettes à donf, j’invite ces deux personnage à venir nous voir, et la gorge serrée, pas de déshydratation cette fois mais je dirais d’émotion, je dis good bye et à un de ces jours peut être.

 

En quittant l’endroit, ma moitié me dit, Ils doivent penser:

 

Il doit être complètement cinglé ce mec la !!! Hahha !


Non, ce n’était pas un rêve et ni une fiction, mais une histoire comme j’aime bien les narrer à ma façon.

un clic ici pour voir l'album 40 photos

article et photos Tintin, traduction Jean-Paul

Les partenaires de Legend Motorbike