Director’S Run

Lorraine Chapter

Rendez vous était pris pour 8 h 30 ce dimanche 21 mars, et le printemps s'était mis en frais.

 

C'est le cas de le dire..... sans le petit crachin désagréable de la veille.


Il n'y a pas que le printemps qui s'était mis en frais.

 

Gilles, le Dealer nous avait réserver une superbe surprise, un "p'tit dèj", ou plutôt un brunch pantagruélique:

charcuterie, petits pâtés lorrains, fromage, viennoiseries etc.... de quoi affronter gaillardement la petite brume matinale.

Vers 9 h 30, les quelques 54 motos participantes (excusez du peu à cette époque de l'année....), et les 86 participants s'ébranlèrent sous les directives du Road Captain.

 

Direction la Colline de Sion pour une balade de 170 kms, une mise en roue bien salutaire en ce début de saison.

 

Au fil des kilomètres, le soleil s'est fait plus présent et tentait de réchauffer les doigts quelque peu mordus au petit vent rencontré sur les plateaux, et la halte à Toul est bienvenue pour régaler les petits réservoirs et soulager les petites vessies.

Enfin, la récompense est au bout du chemin: l'Auberge de la Colline à Vaudémont nous attendait avec un repas typiquement Lorrain, c'était la moindre des choses, où l'aubergiste avait du faire un pari avec le dealer tant c'était copieux.


Décrire l'ambiance serait faire injure aux Lorrains, les fourchettes s'activèrent aussi rapidement que les plaisanteries fusèrent après que Stéphano, le Director, ait chaleureusement félicité les organisateurs et la sécurité pour leur remarquable travail.


C'est à regret que nous avons quitté la table en début d'après midi pour nous rendre sur le Site de Sion chère à notre région.

Un peu de culture: Une jeune princesse de la noble maison de Vaudémont avait une dévotion singulière envers Notre Dame de Sion.

 

Elle s'en revenait un jour, à cheval, du sanctuaire vénéré et traversait le bois qui couvre une partie du plateau, quand elle se vit, tout à coup, poursuivie par un jeune seigneur dont elle avait lieu de suspecter les intentions (non mais !!).

 

Elle voulut chercher son salut dans la fuite, piqua sa haquenée (Une haquenée est un cheval ou une jument destinée autrefois aux dames, il n'y avait pas de Harley à l'époque: Gilles n'était pas né) qui s'emporta et arriva en un instant sur le bord à pic de la montagne.

En présence de cet autre danger, la retraite étant probablement impossible, la princesse n'hésita pas un instant, se recommanda de nouveau à la Vierge, sa protectrice, et s'élança dans le vide.

 

On dit que la jeune fille n'éprouva aucun mal d'un trajet si périlleux, et qu'elle fut ainsi miraculeusement sauvée.

 

On ajoute que les pieds du cheval marquèrent l'empreinte de leurs fers sur les rochers placés au bas de la côte, et qu'on voyait encore ces empreintes il n'y a pas bien longtemps.

 

Alors que le vil poursuivant de la princesse de Vaudémont s'apprêtait à effectuer le même saut,

la Vierge prit une poignée d'étoiles dans le ciel et les jeta au visage du seigneur et de son destrier. La monture aveuglée, se cabra et rebroussa chemin avec son cavalier sur le dos.

 

C'est ainsi que l'on trouve encore aujourd'hui des étoiles sur le sol. (je n'ose dire en parlant des étoiles et du jeune seigneur que bien malachite ne profite jamais.....)

 

En résumé, une bien belle sortie comme on les aime, un juste équilibre entre la température extérieure et la chaleur des cœurs, des estomacs largement comblés et l'esprit libre car débarrassé de quelques gauloiseries.

un clic ici pour voir l'album 100 photos
article et photos Jean-Marc

Les partenaires de Legend Motorbike