Alsace Chapter

et les Sixties

Tel fût le nom du voyage 2016 de l’Alsace Chapter France aux USA.
Bien qu’un rythme de deux ans ait été programmé pour l’organisation des périples aux US, le prochain devait se faire en 2017.
Mais compte tenu du nombre de mauvaises nouvelles et comme dit l’adage «on ne vit qu’une fois, mais aussi on ne meurt qu’une fois»
Le tracé fut vite trouvé, ce sera un round-trip au départ de la Nouvelle Orléans pour monter jusqu’à Chicago et naturellement sa ville voisine, le berceau de ce qui nous unis, j’ai nommé Milwaukee. Sur le papier ces 6000 km tenaient facilement en quinze jours.
Nous avions testé les voyages en première classe, avec accompagnement complet, la deuxième classe avec accompagnement léger, cette fois ci nous avons opté pour la version light: en auto gérance. Comme d’habitude un voyagiste a été retenu pour la partie logistique, habitude oui mais le meilleur rapport qualité/prix.
Les préparatifs détaillés du voyage et notre préférence pour Francfort comme aéroport d’envol, mais aussi l’existence d’un vol direct, a fait que la boucle sera Chicago/Chicago et non NO/NO. Je ne parlerais pas ici des heures passées à trouver le meilleur itinéraire réalisable, le plan B en cas de météo défavorable, et offrant tout de même un max de choses à voir. Naturellement en tant que carré de l’Est, un plan "C" était également dans le GPS. Le proverbe «remettez sans cesse sur l’ouvrage» s’adapte très bien à ce style d’exercice.
A peine fini le trajet d’une journée, que ne voici pas comme par hasard (loi de Murphy) un reportage télévisé sur cette région, et hop de nouvelles découvertes et hop nouvel itinéraire trouvé. Et voici que l’étape initiale d’environ 350km en devient une de plus de 400. Pour couronner le tout ne voilà-t-il pas qu’un ami, lors d’une discussion, autour d’un verre naturellement, vous dit: ah vous allez à !!!!!!, ben il faut absolument aller voir le musée Trucmuche. Et une heure qui vient de rallonger la durée du jour..
Je ne vais pas dire qu’il en est ainsi tous les jours, mais presque. S’il nous fallait justifier des heures passées...
Puis vint le grand jour ! Enfin.

Vendredi 3 juin.


L’approche de l’aéroport en autocar étant devenu un classique, fort pratique et moins onéreux qu’un déplacement individuel avec tous les inconvénients (route, stress, parking,…..) Au moins là si quelqu’un doit être en retard, c’est tout le monde.


Mais nous avions pris de la marge, le vol pour Chicago étant à 6h00, le départ du bus sera du coup à 2h00. Un tel horaire me paraissant au milieu de la nuit, l’idée d’un diner en commun pour patienter fut accueilli favorablement. Pour ne pas trop «embêter Nicole du Bœuf», le café et ses disciples nous furent offerts par Antoinette et Daniel.

 

Comme il n’était même pas encore midi lors de notre débarquement à l’hôtel, nous n’avons pu avoir qu’une seule chambre pour poser les bagages.

 

Je ne vous raconte pas, 24 personnes avec chacun au moins une valise dans une chambre d’hôtel, chacun ayant des envies de douches et plus si affinités.


Nos «accompagnateurs» Jean-Jacques et Patrick ont mis ce temps à profit pour aller chercher le van servant au transport des bagages.


Nous avions retenu un mini bus 12 places pouvant également servir en cas de coup dur ou pour les «aller manger» post apéro.


Notre retour au Hilton lança l’assaut de la troupe vers Chicago. Comme repéré sur plan, la ligne bleue était effectivement facilement accessible de l’hôtel.


Nous voici dans le wagon au milieu des locaux et touristes fort étonnés de cette concentration de french duck déguisés en Bikers.


Chicago, encore nommée windy city, sous le soleil quelle belle ville.

 

Un passage par les classiques: Begin of Road 66, Crown Fountain, le Bean, Willis Tower pour finir comme il se doit autour d’une bonne table.

Samedi 4 juin 400 km.


Malgré la fatigue et merci le décalage horaire, tous furent présents à 8h 00 en tenue pour aller faire connaissance avec nos destriers. L’agence d’Eagle Rider n’étant qu’à 4 miles nous nous y trouvâmes avant l’ouverture.

 

Je ne vous dis pas la tête du responsable de l’agence en nous découvrant sur son pas de porte.


Bon étant tout seul le pauvre, les formalités ont mis un peu plus de temps que prévu et c’est avec 1h30 de retard sur l’horaire prévu que nous avons pris la route.


Heureusement qu’il ne s’agissait que d’une étape de liaison, pas grand-chose à voir, si ce n’est rien. Néanmoins nous faillait-il avaler les quelques 400 kilomètres qui nous ont fait emprunter la 6 ainsi que la 65.


Une autre surprise nous attendait, à savoir une pluie battante sur 80% du trajet, heureusement composé par une grande partie d’Interstates.

 

Cela ne nous a pas empêchés de faire un stop dans la première concession du voyage, certains en ont profité pour sécher leurs affaires, d’autres pour en acheter des sèches.


Par contre le TomTom lui n’a pas aimé ce traitement et nous a lâché. Définitivement.

 

Dimanche 5 juin 400 km.


En route vers Nashville berceau de la country music, nommé Music ou print city.


Naturellement au programme des festivités, la visite d’une concession HD en passant par la 62 et la 68.

 

La visite du musée Johnny Cash comme quelques bars réputés s’imposa pour la soirée.

Lundi 6 juin (6/6 comme 66) 440 km.


Direction Pigeon Forge (funy land) en empruntant les petites routes qui nous ont fait découvrir un super petit resto à Rugby, mais aussi le pénitencier où séjourna l’assassin de Martin Luther King, Oak Ridge surnommée ville secrète, Knoxville la ville de Quentin Tarantino.

 

Mardi 7 juin 300 km.


Une petite étape en kilomètres mais une grande en découverte pour rallier Cherokee. En effet ce jour il nous fallait affronter les 118 virages sur 11 miles, la fameuse US129 aussi appelée Tail Of Dragon.

Mercredi 8 juin 370 km.


Une journée entre lac et montagne par la Cherohala Highway à destination de Chattanooga et son fameux Incline Railway, une pente à plus de 72%.

 

Chattanooga fait partie des 6 villes mondiales avec la meilleure qualité de vie. Nous avons su apprécier.


Une surprise nous y attendait, l’hôtel prévu est en fait une ancienne gare reconvertie, mais cerise sur le gâteau, nous avions droit à des chambres dans des anciens wagons style Orient Express.

Jeudi 9 juin 550 km.


Une étape intermédiaire pour rallier la Nouvelle Orléans, mais quelle étape.


Au programme la visite de LA distillerie Jack Daniels, de la petite ville adjacente Lynchburg et ses spécialités, le musée Barber figurant au livre des records pour sa collection impressionnante de motos.


Pour finir, la visite de la toute nouvelle concession de Tuscaloosa, fief de l’usine Mercédès que nous n’avons pas pu visiter au grand désarroi de 4 de nos participants.

 

Vendredi 10 juin 550 km.


La Louisiane nous tend les bras, bon c’est vrai j’ai un peu oublié de citer les numéros de routes. Ce jour il y aura la fausse 66, la 60 et la 69.


Une entrée dans la Nouvelle Orléans par le pont Pontchartrain avec ses 38 kilomètres (un des plus longs) le fait, surtout si au 10ème kilomètre vous avez un orage du tonnerre qui s’abat sur vous et aucun moyen de se mettre à l’abri ou voire même s’arrêter.


Heureusement s’agissait-il d’un orage comme on les rencontre sous ces horizons, eau chaude et secs avant d’arriver à l’hôtel.


La soirée fût réservée à la distribution de collier dans le quartier français, bon avec un peu de culturel (maison de Napoléon, etc.)


Et déjà la moitié du séjour de passé, que le temps passe vite et encore plus vite comme ça

Samedi 11 juin 240 km.


Petite étape pour aller à Bâton Rouge. Nous avons profité pour faire un tour de bateau sur les bayous. Notre guide parlant le cadien nous a vanté les bayous, c’est comme s’il voulait nous les vendre et nous voici en retard sur le reste du programme.


La plantation San Francisco, Laura et Oak Halley furent la suite du programme. D’ailleurs à cette dernière le stop fût plus long que prévu du fait d’un orage tropical qui nous a fait tester la Harley amphibie. Comme quoi on a beau essayer de tout prévoir, les voyages en moto vous réservent toujours des surprises. Mais n’est-ce pas ça aussi le plus d’un voyage en H-D !!

Dimanche 12 juin 350 km.


Une journée dédiée au champ de bataille et à la Natchez Trail.


A l’arrivée un petit tour au musée consacré au lieu d’origine d’un soda bien connu pour canette rouge.

Lundi 13 juin 420 km.


Encore une journée avec des kilomètres et un programme bien chargé.


Pour commencer visite du musée consacré à BB King, puis la ville «where the blues is born», Ground Zero (à ne pas manquer), la maison natale d’Ike Turner, le Lorraine Motel, le Sun studio et naturellement cerise sur le gâteau: Graceland.


Un passage au Peabody Hôtel et les fameux canards était de mise naturellement. La soirée s’est déroulée à la recherche du King, certains l’auraient vu en fin de soirée.

Mardi 14 juin 510 Km.


La route 67 nous mena à St Louis en passant par le Park Mark Twain. Un passage par Union Station ainsi que sous l’arche pour compléter l’album photos déjà bien rempli était de mise.


Gateway to West étant en travaux nous n’avons pu y monter, cela nous donnera le prétexte d’y retourner une autre fois.


La visite de la brasserie Budweiser nous aurait obligés de reprendre les motos... Tant pis... Un bon resto au sommet d’une tour avec vue imprenable sur un match de baseball au Busch Stadium çà l'a fait.

Mercredi 15 juin 450 km.


Passer par St Louis sans aller voir le fameux «Chain of Rock bridge» est impensable, donc nous y étions.

Puis ce fût le tour de la maison natale et puis finale de Lincoln. Puis une partie de la route 66 avec ses musées, ses stations et icones. C’est à Bloomington que nous avions décidé de séjourner pour la nuit.


C’est ce jour-là, une des étapes les plus longues en distance mais aussi en choses à voir où il nous a fallu faire un détour, pour travaux, de plus de 50 kilomètres.

 

Heureusement que nous avions la météo avec nous.

Jeudi 16 juin 400 km.


C’est par la 66 que nous avions prévu de rallier la Mecque, la nommée Milwaukee.


Au passage, des diners, des «old gaz pump», Gemini, Prison break "Blues Brother" et là encore une déviation, d’ailleurs pour le même motif, pont barré.

Vendredi 17 juin 200 km.


Naturellement être à Milwaukee sans faire une photo Juneau Avenue aurait été un péché originel. Comme d’ailleurs la visite du musée HD, visite en VIP avec cadeau à l’arrivée et passage dans les parties «secrètes du château».


Le retour sur Chicago un vendredi après-midi, sous un soleil de plomb fut pratiquement la partie la plus «chiante» de ce trip.


A peine posés passagères et bagages à l’hôtel qu’il nous fallait rendre les motos. Cela nous a permis d’être libre la journée du lendemain.

Samedi 18 juin.


Journée libre permettant à chacun de profiter selon ses envies de Chicago.


Une grande partie du groupe s’est retrouvé chez Lou Mitchel’s pour le fameux petit déjeuner et en a profité pour faire un tour à Union Station (non le landau n’a pas descendu les escaliers).


Pour les mordus un tour à la concession HD était de mise, les autres ont pu apprécier une dernière fois les grattes ciel de Chicago (en attendant 2018 …) 14h00 il est temps de reprendre la fameuse ligne bleue pour se rendre à O’Hare.

Dimanche 19 juin 7000 km.


Un vol sans encombre, un bus au rendez-vous, un dernier lunch ensemble et voilà que déjà il est l’heure de sortir les mouchoirs.

Pourquoi l’Alsace Chapter et les sixties:
- Référence aux années musicales des lieux visités, Chicago, Nashville, New Orléans, Memphis, etc.
- Mais aussi les villes de naissances de chanteurs de cette époque là
- Enfin pout finir l’autre référence au 6 fut le fait que nous avons emprunté toutes les routes de la gamme sixties, à savoir la 6 dès les premiers kilomètres, la fameuse 61, puis la 62 – 63 64 65 68 69, naturellement un bon bout de la 66 et pour respecter le tout un grand nombre de km sur la 6-7.

 

Pour finir je citerais un extrait du H.O.G Magazine du 1er trimestre 2016 : « Il est toujours préférable d’avoir un plan, même si on ne le respecte pas à la lettre » et toujours se poser la question: « à quel point tolérez-vous l’imprévu ?».

 

un clic ici pour voir l'album 290 photos

article Michel, photos Martine

Les partenaires de Legend Motorbike