Le Caen Côte de Nacre

s'offre un bol d'Eire

et l'Ulster en prime

Va pas en Irlande... C'est la pluie assurée ! Ben, ça, on l'a entendu.


Pourtant notre première expérience «Un bol d'Eire 1», en avril 2011, nous avait convaincus d'étendre la visite sur la côte Est et dans le Nord.


Embarquement Cherbourg. Une dépression annoncée sur les Iles Britanniques, mais je me suis bien abstenu d'en parler: 17 h de bateau, un truc à retourner l'estomac de certains.


Patrice, notre webmaster manchot est venu nous attendre... en voiture, compte tenu des embruns vivifiants persistant sur Cherbourg.

Sur le ferry, un coin Euro, pour avoir la finale en direct...
 

Et, effectivement, certains n'ont pas pu rester allongés dans les couchettes, ballottés par une houle continue mais, dès le lendemain, les vraies vacances ont commencé.


C'est la première fois que j'utilise le GPS intégré sur le tableau de bord de mon Ultra après une ou deux tentatives qui ne m'avaient pas vraiment convaincu.


Mais là, rien à dire ! L'option, chemin le plus court, que je n'avais pas désactivée, nous a, dès le premier jour, emmenés dans des petites routes herbeuses à souhait, en plein milieu des Wicklow Mountains.

Après une trentaine de kilomètres dans des chemins herbeux du style entrée de ferme, sans aucun panneau signalétique, l'espoir de retrouver une route un peu plus grande est revenu quand on a aperçu, arrêté dans un virage, une moto trail... avec un Français dessus et une pauvre carte à la main.


Vous venez de Sally Gap ? Ben, non, c'est prévu pour demain. En fait, il devait avoir le même GPS !


Un peu plus loin, en demandant à un postier notre chemin, ses yeux se sont écarquillés quand on lui a expliqué de par où on arrivait !

 

Les Harley Davidson ont des qualités insoupçonnées.

C'est vrai qu'en Irlande, même quand c'est limité à 100 km/h, quelquefois, à 20 km/h, c'est déjà déraisonnable.


Et quels paysages ! Des ciels passant du noir au bleu, la montagne qui se jette brutalement dans la mer; des cols impressionnants. Des moutons sur la route...


En peu de temps, on passe du Massif Central aux Pyrénées et aux Vosges; de la Côte d'Azur au Colorado; du soleil brûlant au froid cinglant du Grand Nord.


La gentillesse des Irlandais, ce n'est pas une légende.

 

Partout l'accueil est remarquable.

Et c'est difficile de ne pas être de bonne humeur; ça devient communicatif !

 

Leur cuisine, n'en parlons pas trop !

 

Inventive, généreuse, originale. Ce sont les balances qui souffrent au retour...


Finalement, en 10 jours, une après-midi pluvieuse pour atteindre Bangor, en Ulster; quelques gouttes une autre matinée mais sans la nécessité de bâcher.

 

Pas de températures insupportables, bien sûr (sauf le dernier jour, trop chaud).

On aura su s'hydrater correctement avec les liquides caractéristiques de ce pays, Guinness et Smithwicks en premier lieu.


Demandez au pub "Pint of Smithwicks draught, please !" (Prononcez "Paill'n't ov smif ouiks drlaftt bir, pliz !") et vous aurez toute l'Irlande ambrée qui vous désaltérera !
 

Ici, la Guinness est une religion: Rien que son service est un rite incontournable. Il faut savoir patienter.
 

En Irlande, il peut pleuvoir mais le soleil est toujours derrière les nuages !

un clic ici pour voir l'album 110 photos

article et photos Jean-Pierre

Les partenaires de Legend Motorbike