Le Caen

Côte de Nacre Chapter

s'envoie en l'air

Profitant d'un samedi ensoleillé (et pourtant, ce n'est pas tout à fait ce qui était annoncé), le Caen Côte de Nacre Chapter a proposé une journée sportive à ses adhérents.

 

Après l'hiver, quand on a tendance à "s'embonpointiser", et que l'été approche à grand pas, rien de tel que de muscler ses poignées d'amour avant d'aller parader sur les plages !


Le matin, direction la Suisse Normande, une mini région à une trentaine de kilomètres au Sud de Caen où les virolos sont légion.

 

Un bel exercice pour les bras et les hanches !

Une cinquantaine de kilomètres en 1 h 30 environ, café compris...


Le régime moteur est bas; le nôtre doit s'adapter progressivement.

 

L'entrecôte (de Nacre) et son beurre salé permet de se sustenter avant la surprise de l'après-midi.


Dans un pittoresque village qui s'appelle Clécy, le bord de l'Orne est envahi chaque week-end par les gens de la ville qui s'entassent dans les guinguettes après avoir fait du pédalo et du bateau électrique.

On y découvre aussi une piste de luge; mais on l'avait déjà essayée l'an passé.

 

Stéphane et Nicole, deux membres du CCDNC, ont leur fiston qui a ouvert, il y a quelque temps, Vertig' qui, comme son nom l'indique, procure des sensations bizarres en quittant le plancher des vaches.


Vous imaginez (sinon, regardez les photos!): un fleuve (l'Orne) qui serpente avec une multitude de sportifs en pédalo; des kayakistes également qui slaloment pour les éviter (il faut noter qu'on est dans la région qui a accueilli les championnats du monde de kayak polo en 2014 et qui accueillera en juillet la Coupe d'Europe de la spécialité).

Un peu plus loin, des points colorés accrochés à la falaise, avec, certains jours, des parapentes et autres deltaplanes: Clécy est le paradis de la grimpe avec une base d'envol à proximité.


Mais, ce jour-là, on a déposé les blousons et les casques dans le cabanon, enfilé un baudrier d'escalade et mis un casque afin d'aller écouter les conseils d'Amélie, au pied de la via ferrata:
« Vous avez deux mousquetons.. Une ligne de vie permet de vous sécuriser en cas de chute...

 

A chaque fois que vous rencontrerez une queue-de-cochon (Hog tail???), vous décrochez l'un après l'autre les mousquetons et vous continuez la balade ! »
Super !

Amélie ne nous avait pas dit qu'il y avait 115 m de dénivelé avec six épreuves Kho Lantesques...


Pont de rondins, poutre, pont de singe, et, pour finir une passerelle de 50 m... Et tout ça, ça bouge !


Une heure plus tard, on franchit le portillon de sortie.

 

On se décontracte mais pas longtemps. Il faut continuer un petit chemin hyper pentu et qui glisse …


Enfin le terrain plat; mais c'est pour monter ensuite sur une espèce d'échafaud qui nous permettra de s'envoler sur une tyrolienne de 400 m avec une vitesse maximum de 80 km/h...

C'est l'extase. On a tellement transpiré sur le rocher que le vent qui nous fouette le visage est un délice.


Enfin l'arrivée, de l'autre côté de l'Orne... il n'y a plus qu'à revenir au point de départ après avoir grimpé sur le viaduc.


Et, là, Stéphane nous explique qu'on peut faire aussi du saut pendulaire !


Mais ça, ce sera un autre jour et je crois que, personnellement, je me ferai porter pâle !

un clic ici pour voir l'album 60 photos

article et photos Jean-Pierre

Les partenaires de Legend Motorbike