le plus vieil

apprenti

Bon ! Pour cette fois je ne prends pas de dictionnaire, vous choisissez de lire ou pas !!! Heu quoi ? Oui !

 

Les points d’exclamations et d’interrogations, je ne sais plus où les mettre, et les met quand je juge que cela fait cholie heu…..

 

Vous me suivez ? Alors je disais …


Hopla, ben aujourd’hui je vais voir la famille Duracic à Freiburg en Germany. Ouai, il y aussi un Freiburg en Lorraine, et un en Suisse, mais là c’est de l’autre côté du Rhin, en face de chez moi, à une encablure de mon biker-home quoi !

Son shop s’appelle V-Twin Factory et là toute la famille est impliquée dans cet amour pour le V-Twin.

Cette atmosphère je l’adore. Il ne suffit pas de dire je suis créatif, je démonte une pièce pour la remplacer par une autre provenant d’un autre designer connu ou non.

 

Le Renato démonte, réfléchit, fait le croquis de la pièce à la main sans assistance informatique. Tout dans les mains et la tête, en collaboration avec ses fils.

Dans l’atelier, les bikes attendent, ils seront faits suivant son idée, d’autres selon les Wunches des clients, il fait du sur-mesure et comme vous le souhaitez.

Des fois ils ferment l’atelier, mais c’est uniquement pour qu’on leur foute la paix, ils aiment travailler dans le calme.

Ces choppers sont une référence en Germany.
Bon ! En ce qui me concerne, euh, ce n’est pas mon truc de rouler avec ça, mais j’admire les œuvres qu’ils font, et moi j y vais souvent pour me rincer l’œil.

 

Heu !!! Au pluriel, heu, les noeuils, non ? Je ne sais plus.
Jawohl ! Les yeux. Non, les noeuils c’est plus rigolo comme exprezion, et comme je n’ai plus de compte à rendre à personne, hihi, je m’en tape. Et comme je m’en tape, euh je vous balance encore une de mes folies d’été.

 

Surtout qu’il va flotter, vous aurez le temps de me lire. Mais non, je déconne, en fait je ne sais plus trop.  Attendez ! Là il faut que je boive un coup, mes doigts sont desséchés.

(Acte 1)
Salut Tintin, tu m’achètes une machine ? Hé, qu’est qui t’arrive, t’as un coup de blues ? Hein, heu, moi ? Tu veux savoir, ben je vais te le dire.

 

J‘ai toujours rêvé de faire un apprentissage dans le monde de la moto.

 

Bon Harley ce n’était pas mon truc. Dans le village il y en avait une. Elle appartenait à un vieux monsieur qui avait fait la guerre, et qui je crois avait dû oublier de la ramener à la caserne. Et moi, la première grosse machine que j ai bien enregistrée dans ma mémoire en 1962, ben, c’était ouai ca commence par un H, c’était une Horex Regina et comme un rêve elle réapparait.

Grâce à la magie de Renato, ouai, d’ailleurs comme vous le voyez il sait aussi faire autre chose que du V-twin et le vertical-twin n’a pas de secret pour lui.


Et moi, ben, quatre ans après, je parle de 1962, ben j ai aussi un vertical. Yo hopla ! C’est du passé, et je réserve cela pour la prochaine vie, même si plutôt je préférerais retourner en arrière.

 

Mais en fait, en arrière avec des brélons de maintenant ? Ouai, enfin, pas non plus. Allez ! Encore un petit coup, heu, hopla, donnes-moi la clé de Cognac et va t’allonger sur la pelouse. Et je te préviens, tu rentres à pieds ou en taxi mais pas en brelon. Heu, hopla, dobro capito ?

(Acte 2)
- Hé ! Jeune homme, vous faites quoi là ? Et arrêter de me nettoyer les vitrines avec votre gros nez, surtout qu’il y en a 120 m2.

 

Ouai, ok, à gauche c’est l’atelier, les motos c’est de l’autre côté, ici c’est le bar, et puis à côté le magasin avec les Harley en expo.

 

Bon, allez, tu dégages maintenant.
- Heu oui non oui. Quoi ?
- Oui ou non ?
- Ben j’ai fini tout ce qui y a à faire dans une vie, et je ne peux pas rentrer ni partir sans avoir trouvé le boulot de mes rêves.

- Ach bon, et c’est quoi ?
- Ben moi j ai toujours rêvé de bricoler dans un atelier de motos.
- Déjà là, mon pote je te dis, on appelle ça travailler, t’as compris ?
Deux heures plus tard.
- Ho t’es encore là ?
- Heu ouai.
- Allez petit vieux tu me fais chier. Tu sais quoi ? Ben je t’embauche comme apprenti.
- Heu c’est vrai hopla ou tu déconnes ?
- Eh aussi je te préviens il y a des règles, et tu me parles que du passé et ben ces règles nous allons les appliquer, et pas d’excuse de bras où de dos, tu es apprenti ok

- Ok ok ok ok,
- Le chef c est moi, et comme tu es le plus jeune, ben la première personne que je vais te présenter c’est l’apprenti le plus ancien, Niklas qui lui va te parrainer et te donner des conseils pratiques.


- Eh ben, ça tombe bien, comme on dit sur les chapeaux de roues, heu, wheeling, non ? heu non !

- Mon nom tu connais, et toi c est quoi ? Tintin ? En Allemagne c’est Tom et Strupis, con. Ecoute ! Moi je te baptise l’ancêtre heu. D’acc ?


- Allez c’est parti. Parce que moi, je n’ai pas que ça à faire, là une armoire et dedans un bleu de travail, tu en es responsable.

Lavage, repassage et propre en début de semaine, et puis des chaussures de sécurité, 41 hein ? Oui mais, quoi mais, s’ils sont trop grands t’as qu’à mettre de la paille au fond hé hé !


- Bon, tiens, là tu commences par nettoyer la vitrine et enlever tes traces de nez.

 

Ensuite rebalaye l’atelier en passant entre les Harley sans rien casser, puis les chiottes, et après seulement tu auras le droit de . . . on verra, fait déjà ça ? Et oui j’ai aussi oublié, le matin il faut que tu arrives une demi-heure avant pour faire tout cela, et puis à la pause de 9h30 tu pars déjà à 9h00 chercher en vélo les casse-croûtes et les moyens d’hydratation.

- Ben pour la pause, heu et moi quand la pause ?
- Toi, pas besoin de pause.

 

Ben oui, comme dans le bon temps tu disais. Bon on continue dans les consignes, et là je te présente ton maestro, un mécanicien confirmé, Janosch.

 

Lui va t’apprendre le travail et les ficelles du métier.
- Heu bonjour monsieur lui.
- Salut ! Quoi, tu l’as sorti de la maison de retraite celui là, haha, mais non je déconne haha.

 

Ben voilà ce matin quand tu auras fini ce que le chef apprenti t’a donné comme travail, nous passerons aux choses sérieuses.

Là j’ai à faire une grosse révision d’une Harley. Pour le moment tu ne touches à rien, je veux dire sur la bécane.

 

Tu me prépares les outils de travail et moi je les veux toujours propres, les outils, tu vois ce que je veux dire.

 

Et puis là, va me chercher des housses de protection pour garde-boue et réservoir.

 

En ce qui est des outils, à toi de les trouver. Soit sur les chariots à outils, soit sur panneau mural, sans oublier les chiffons. Tu as une minute pour faire le tour d’horizon. Et, au fait, tu sais comment fonctionne un pont de levage de motos. Ben t’a intérêt à comprendre vite.

Hein le Tintin ! Tout ça c’est des outils, alors tu me jettes pas les outils en vrac et me les passes quand je te le demande, et une fois terminé tu les remets à la même place que tu les as pris ok.

 

Les outils mon pote, il faut les respecter, les ranger, c’est eux qui te fournissent le casse-croûte, alors fissa, range, astique.


Et à propos casse-croûte tu prends le vélo et discrètement tu vas nous acheter une caisse de . . . oui tu sais et sans que le patron te voit (- heu, comment que je fais il est à côté de moi) ! - ton problème.

Donc je te disais, et puis de la saucisse, et du fromage fais-toi une liste heu je crois là …… t’en a déjà parlé, c'est pas comme dans le temps, c’est 0 alcool pendant le travail. - ah bon ? Le temps quoi ? A neuf heures trente tu es de retour OK.

 

A 9h00 suis de retour. Hopla pas mal c’est dans les temps. Ben on y va, le chef est derrière le comptoir et nous miam miam vite fait.


Quand soudain le chef apprenti me fout une giclé d’huile dans la figure. S’en suis une bagarre.

 

Tout le monde s’y met, puis le boss siffle la reprise du boulot.

Moi j’ai rien entendu et veux me venger sur mon agresseur et l’attend discrètement derrière la porte avec ma burette armée.

 

Je vois une ombre avancer lentement, et puis hopla, je bondis tel le léopard, tire et manque de bol mmmmmmerde c’est le boss.


- Heu ! Heu ! Excusez-moi, je je je l’ai pas fais exprès, hihihi.

 

Puis remontée de noms d’oiseaux. Ca commence bien, bon, je dirai normal. J’ai un avantage, je ne peux plus le dire à mon père qui lui m’aurait foutu une rouste en plus, haha !

- Attendez ! Pas fini. Punition qu’il dit.
- Ce soir, avant de partir, nettoyage des vitres extérieures et en dehors des heures de boulot, et là je cause plus.


- Allez le Tintin, pas grave, repassons aux choses sérieuses. En 1967 quand tu roulais en Triumph, ben sûr il y avait pas de guide technique, mais là il faudra que tu apprennes à lire en allemand et en anglais hein, et pas entre les lignes.

 

Et, important : utiliser un computer. Tu sais au moins l’allumer ?
Dur dur les mecs, je vous le dis.

- Attend, le Tintin, je te donne aussi le cahier d’apprentissage que le boss viens de me donner pour toi. Tu devras y inscrire le travail que tu as appris.

 

Mais non, pas la plume sergent major ? Ça fait belle lurette que ca n’existe plus haha.


- Hein, Tu dis quoi ?
- Je dis, et je vois que même à 66 ans tu fais toujours autant de fautes.

 

Si tu ne sais pas, il y a un dico au secrétariat. Attend, pas fini, il faut aussi avoir des règles de déontologie, tu sais ce que sait ?

C’est comme par des petites règles de politesse, ouai, ouai. Encore une chose, sois poli et essaye de bien causer dans ta bouche.

 

Si un client te demande quelque chose, tu réponds de la même manière, qu’il achète une Harley ou uniquement une rondelle.

 

Et essuie-toi les mains quand un client te dit bonjour. Bon allez maintenant à toi, mets la Harley en marche pour faire chauffer le moteur.

 

Et dis moi si elle tourne rond et si tu entends le bruit des tendeurs de chaine, des culbuteurs.

Hein quoi encore le vieux ? Non, là ce n’est pas la chaine primaire qui fait du bruit c’est ton dentier qui s’est décollé.


- Bon maintenant on va faire du travail intello. La cartographie.
- Oh vingt diou, avec cet ordi on dirait une formule 1 qui est au start up, haha.

- Tu sais te servir d’un ordi ?

- Heu oui, je regarde souvent des sites de ccccccc, je veux dire la météo. Mmm, pourquoi vous me regardez tous comme ça.

Ben ok heu sonnerie. C’est quoi comme alerte, euh incendie ? Mais non, banane, fin du boulot. Hein déjà ?
- Pour nous, pas pour toi, haha.

 

Travail de la journée terminée, je range les bikes pour la nuit, j’enclenche une béquille et c est une rangée de belles Harley qui s’étale Hopla.

 

Ca gueule dans tous les sens, je me réveille en sursaut, et ben une voix pas tellement virile me dit que t’arrive t il  C’est Marion !

- Enfin ! Nous avons bien rigolé, on n’a pas voulu te réveiller yes !!!!!!

Comme tu parles en dormant nous avons suivi une espèce d’aventure d’un apprenti mécano. Hopla

Hopla ! Ben pour moi, je dirais merci de m’avoir suivi dans mes folies, et je tiens à remercier la famille Duracic qui sont les seuls à m’avoir autorisé à monter cette histoire dans leur magasin

 

Je veux dire avec humour, sans arrière-pensée, sans scepticisme, sans me dire « tu passes et on verra », ou bien « il faut discuter ».

 

J’ai aussi demandé ailleurs, mais vu la tête qu’ils me faisaient, j’ai pensé ok ! ok !


http://duracic.de/about.html

Roman photos de Tintin traduit par Jean-Paul

Les partenaires de Legend Motorbike