23ème TRANSPY

TOULOUSE CHAPTER

08-16 JUILLET 2016

1. El camino...
Celui que nous empruntons sur nos 45 Harleys depuis la concession American motos de Toulouse vers Santiago de Compostela s’appelle le «Camino Frances», car il débute en France !

 

El camino c’est aussi le 1er thème du challenge photo de la Transpy... Brouillard à Roncevaux et pas de corne de brume ?

 

C’est vrai qu’ici Roland s’y est essayé sans succès...

 

Bon, pain bagnat et jambon seront nos récompenses avant des moments de plaisir intense à piloter le long des rios sous les arbres.

Traversée de la Navarre, contournement de Pamplona et enfin arrivée au Parador de Calahorra dans La Rioja Baja: 1er de la série des 5 paradores que nos allons occuper, et oui à la Transpy, on n’y vient pas par hasard!

 
Alors esprit Transpy es tu là ?... Oui tu es bien là, et c'est un bon moment de rigolade et de partage.
 

2. El Peregrino...
A pied, à vélo, à cheval, à moto,... ou sur les mains; le pèlerin de la Transpy suit le chemin vers Compostela et s'arrête à Burgos; il se gare sur la place piétonne réservée par le Toulouse Chapter et se recueille dans la cathédrale, splendeur gothique extraordinaire.

Après la collation de morcilla de Burgos, Il reprend sa... pérégrination vers St Jacques en passant par León se ressourcer dans les magnificences de l’Hostal San Marcos.


3. St Jacques...
Pour y arriver, un camino qui serpente, un château templier, un restaurant improbable, et enfin St Jacques.

 

L’apôtre, la coquille, les petites ruelles, les restaurants typiques: La destination, celle de notre Transpy !

 

L’Hostal de dos Reyes catolicos nous accueille deux nuits, mais ce soir la France joue la finale de l’Euro.

Les plus téméraires de nos Bikers décident le déplacement vers le Portugal tout proche...

 

Doumache, la France la perdouch oune a chero !
 

4. Le péché...
Le lendemain, c’est la St Benoit, ça s’invente pas c’est le nom de notre dealer !


Coquille en sautoir, faut aller à messe; et pour qu’il y ait autant de Bikers, c’est que nombre de péchés sont à pardonner.

Seigneur, j’ai roulé plus vite que la limite autorisée, pardonnez moi;... Seigneur, j’ai fait (trop) bonne chère et bonne boisson aux étapes, pardonnez moi;... Seigneur, en tant que road captain, j’ai emmené mon groupe sur des chemins non goudronnés et j’ai dis que c’était la faute au road book, Pardonnez moi...


Harleyluia! Dieu est grand, que la paix du seigneur soit avec les bikers; Ite missa est !


5. La fin du monde...
Finisterre, là où finit le monde, la pointe la plus extrême de la péninsule; c’est ici, kilomètre zéro du camino que le pèlerin laisse ses oripeaux et ses soucis.

Pour oublier ses soucis, la Transpy s’en est déjà chargée,… serait ce pour cela que l’on y vient ?

 

Photos des drapeaux des Chapters, Toulouse, Haut Rhin, La Rochelle; fiers d’être arrivés si loin.


A partir de là, la caravane de la Transpy entame le retour par le Camino del nordeste.


Surprise, au déjeuner à Carballo, la TV «Voz de Galicia» nous attend, c’est qu’un troupeau de 45 HD et deux fourgons d’assistance ça ne passe pas tous les jours dans ce patelin, le patron du «Rio Sil» est aux anges.

La mer est là, calme sereine jusqu'à notre étape de Ribadeo surplombant l’estuaire.

 

Mais «on ne nous dit pas tout», qui a fait quoi ces jours ci ?... ce soir ce sera nez rouges et BOG (Blaireau Owner Group), gros délire pour le plus grand plaisir de tous avant d’aller rincer au pub.


6. Picos de Europa...
Que la montagne est belle qu’on ne saurait imaginer...

 

Qui voulait du virage ? Quelques Bikers se laissent tenter par le parcours au road book en autonomie, un régal, 120 kms, deux cols à 1490 et 1609 mètres, ça racle!

Pour le déjeuner, jambonade et guisado de venedo en plein air, quoi de mieux ? Gorges, forêts, alpages,... Et enfin le parador, chalet de montagne sous le pic de Europa : magique !


7. Fête nationale...
A moment donné faut redescendre, et c’est un délice le long des canyons du rio Deva. En bas, l’océan nous surveille, il nous attend pour la repue de poissons à Islares, Cantabria.

 

L’après midi, fait très chaud, Bilbao ne tente personne,.. D’ailleurs il nous tarde l'étape du soir car c’est un must: le Monte Igueldo, unique, surplombant la Concha de San Sebastian.

Surtout c’est la fête nationale et la fiesta de la Transpy avec le spectacle des bleus.

 

Bon, ça se raconte pas vraiment... Faut le vivre pour le croire, c’est ça aussi la Transpy !... Alors Momo il est content ?


8. End of the Trail...
Ce matin, la nuit à été courte, les yeux et les oreilles sont encore ébouriffés de la veille !

 

Mais faut y aller, reste 370 kms... Et que par les routes pardi ! C’est que nous voulons faire durer ce plaisir de rouler ensemble avant de nous quitter.

Le pays Basque, le Béarn, les Landes pour se réhabituer à la cuisine française

 

(avec la remise des lots du challenge photo)

 

puis le Gers pour enfin nous retrouver chez American motos pour un ultime repas d'adieu ensemble.

 

Bisous, embrassades, échanges de mails, petite larme au coin de l’oeil vite essuyée:

 

C'est fini pour la Transpy 2016... à l'année prochaine avec le TOULOUSE CHAPTER pour vivre de nouvelles aventures toutes aussi palpitantes.

Épilogue...
Vous êtes venus de Paris, d’Alsace, de la Rochelle, de Suisse (!), et bien sûr de Toulouse pour participer à cette Transpy 2016 qui a 23 ans.

 

La Transpy existe grâce aux efforts d’une équipe de bénévoles du Toulouse Chapter qui organise, encadre, soigne, répare, transporte, anime cette aventure qui se veut avant tout une aventure humaine dans le monde Harley-Davidson.

Cette édition n’a pas dérogé à la règle, bravo !

 

Vos remerciements et vos félicitations nous sont allés droit au cœur et nous donnent le courage pour construire la 24ème Transpy !

un clic ici pour voir l'album 280 photos

article Maria et Jean-Pierre, photos Maria, Régine et Jean-Pierre

Les partenaires de Legend Motorbike