Montflours

et la Grange

aux Harley

A défaut de Milwaukee, Montflours et la Grange aux Harley. Que ça caillait samedi matin, à l'aube, pour rejoindre les copains du Chapter !

 

De 9° dans la Hague à 1° à Saint-Lô et un brouillard à couper au couteau dans les marais de Carentan ou dans la vallée de l'Orne.


Le côté positif, c'est que ça m'a permis de tester mes nouveaux gants, labellisés Union Européenne.
 

C'est là que je me suis dit dit que j'ai dû prendre un modèle Union Européenne du Sud: je ne sentais plus mes dernières phalanges...

Et des kilomètres à faire, le rendez-vous final étant à 10h30 dans le fin-fonds de la Mayenne.


Montflours, la Basse Fourmondière, ça vous dit quelque chose ? On n'y passe pas, on y va. Un écrin de verdure où chante une rivière, la Mayenne.


Et le Sieur Jean-Luc Gaignard vaut le déplacement à lui tout seul...

 

Quand au contenu des bâtiments, je manque de superlatifs pour le décrire. Plus de 200 motos, des bijoux tous exceptionnels.
« Dès que je trouve une perle rare, c'est plus fort que moi, je la veux... »

Sa dernière va venir de Madagascar... Je ne sais même plus ce que c'est comme modèle, ni même la marque... Je n'en avais jamais entendu parler !


Allez, on va faire un petit jeu.

 

Je donne quelques affirmations; ce sera Vrai ou Faux.

 

Je donnerai la solution en fin d'article, à moins que Marie et Jean-René ne décident de vous faire languir une semaine...

Affirmation A: Jean-Luc Gaignard a passé toute son enfance dans un garage, son père étant un passionné de mécanique; une passion qu'il a transmise à son fils.

Affirmation B: Toutes ses motos (+ de 200) sont roulantes; il les restaure lui-même mais préfère qu'elles soient dans un état « logique », c'est-à-dire qu'elles doivent porter leur âge; belles avec leurs rides, pas des motos de vitrine !


Affirmation C: Jean-Luc a commencé à gagner de l'argent avec ses motos en les exposant dans des supermarchés.


Affirmation D: Depuis quelque temps, Jean-Luc a commencé une collection de véhicules 3 roues.
 

Affirmation E: Le Hangar aux Harley a même eu la visite de George Clooney !

Affirmation F: Jean-Luc multiplie les contacts avec les journaux, les magazines et les réseaux sociaux pour promouvoir son musée.

Réponse A: Faux. Fils d'agriculteur et agriculteur lui-même, c'est à 14 ans que Jean-Luc trouve par hasard, dans une ferme une vieille moto qu'il décide de restaurer.


Réponse B: C'est presque vrai. 90% de ses motos sont roulantes et Jean-Luc refait les pièces manquantes ou les récupère sur les épaves.


Réponse C: Vrai. Plus exactement dans des galeries commerciales.

Réponse D: Vrai. Des véhicules exceptionnels, bien sûr et, la plupart du temps, destinés à la course; mais aussi Ford T, Taxi de la Marne, des vélos et même des avions du temps des merveilleux fous volants. Une Silver Hawk, voiture fabriquée en seulement 12 exemplaires trouve sa place entre deux motos.
« Le seul exemplaire restant au monde. Et je vais courir avec à Montlhéry dans quelques jours... »
 

Et j'oublie le hangar dédié aux side-cars ! Quant aux Harley, Jean-Luc avoue « Il me manque le bicylindre modèle 1909. »

Réponse E: Faux. C'est Brad Pitt qui a posé son hélicoptère dans un champ à proximité, pour découvrir sa collection incroyable.

 

Réponse F: Faux. C'est tout le contraire. Bien qu'il ait eu 5 pages dans Freeway, des articles dans Ouest-France, Planet Biker, Motomag, il aurait plutôt tendance à fuir toute forme de publicité.
 

« J'ai trop de monde à vouloir visiter et les journées n'ont que 24 h; j'ai besoin de temps pour la restauration !
Aussi, maintenant, je ne prends que des groupes de plus de 20 personnes et uniquement sur réservation...

Aujourd'hui, j'ai 40 groupes en attente ! Mais, pour un article sur Legendmotorbike, c'est d'accord... »

un clic ici pour voir l'album 65 photos
article et photos, Jean-Pierre

Les partenaires de Legend Motorbike