Trofeo Rosso

2017

- Ca te dirait de faire le ramasse-miettes ?
- Le ramasse quoi ?
- Ramasse-miettes ou dépanneur de piste.

- Etre au plus près des pilotes et de leur mécanique à deux roues… Vivre la piste à la sauce Italienne, les dépanner en les ramenant à bon port en cas d’avarie ou de casse.

- Bref, faire partie d’une équipe à l’occasion de la 16ème édition du Trofeo Rosso, les 22 et 23 juillet 2017 sur le circuit du Vigean, Val de Vienne.

- Et comment !…

 

Non pas que les deux roues, autres qu’Harley-Davidson me passionnent mais l’ambiance doit y être exceptionnelle ! Go ! Go ! Go !

Le Trofeo Rosso, sous le signe de trois couleurs, vert, blanc, rouge, créé l9 juin 2001, a pour mission d’organiser des roulages sur circuit pour les possesseurs de motos Italiennes, et anciennes (Triumph Norton, Aermachi Harley-Davidson, BSA, Motobécane, BMW, AJS et bien d’autres), qu’ils soient de France ou d’ailleurs.


Sur le parking qui jouxte le circuit, sont installés des barnums rassemblant plusieurs clubs, mécanos, au milieu des camping-cars des particuliers et marchands de pièces détachées.

 

Ils cohabitent de manière conviviale dans un joyeux tintamarre de pots pétaradants, d’huile chaude et odorante pendant les deux jours du week-end.

Les clubs louent ensemble le circuit afin de permettre aux plus expérimentés comme aux novices, de gouter à la liberté d’une piste.


On y découvre des machines rares, voire jamais vues sur une route traditionnelle ainsi qu’une très belle exposition de Ducati.

 

Ici, les gens se connaissent pour la plupart depuis de longues années, s’amusent et se font plaisir.

Nous voilà démarrant une nouvelle aventure et c’est ainsi qu’à quatre par véhicule, nous stationnons sur une zone stratégique centrale, proche de la piste et attendons, identifiés par notre T-shirt rouge.

Un autre ramasse-miettes et un autre véhicule de piste sont également sur le qui-vive.

 

Les propriétaires de Ducati, Laverda, Guzzi, side-cars et «pisse-feux», tasses et petites cylindrées se disputent la piste et parfois, quand il a plu, ça glisse, ça tombe… Et ça casse.

 

Je découvre la fameuse Aermacchi/Harley-Davidson de fabrication 100% Italienne du début des années 70.


Quelques pannes, un moteur qui chauffe, une sortie de virage mal appréhendé, un peu de casse, des pièces répandues sur l’asphalte mais rien de grave à déplorer, si ce n’est une entorse de cheville subie par le singe éjecté de son side-car.

Si les blessures n’entachent pas l’orgueil des pilotes, retourner sur son stand assis sur son bolide dans une fourgonnette l’est beaucoup moins…


Le dimanche, des baptêmes sont organisés à bord de bassets de piste… rapides et peu protégés mais la sensation est certainement grisante pour celui qui a le goût du risque !


En résumé, nous sommes ici bien loin des courses très conventionnelles et diffusées sur les chaines où l’argent décide de tout.


L’ambiance y est tout autre et la proximité de ces passionnés, les rend très sympathiques.

On se bouge ! Ouvrir les portes, les grilles, charger, refermer, raccompagner, ravitailler les commissaires de piste en eau et nourriture puis revenir rapidement pour assister un nouveau pilote…

 

Bien que ce poste ne soit pas de tout repos et les heures défilent bien trop vite.

Formidable expérience partagée entre Amis sur un week-end bien trop court entre l’aller et le retour sur nos Harley, que je préfère malgré tout.
 

Merci Jeff de nous y avoir conviés !

un clic ici pour voir l'album 200 photos

article et photos Christine

Les partenaires de Legend Motorbike