.......... DE

EASY RIDER

Une surprise était annoncée par notre dealer depuis plusieurs semaines, nous demandant de nous inscrire à un événement le 15 février 2019.

Qui mieux que Philippe Lacarrière co-fondateur de Great Escape que l’on ne présente plus, en présence de son épouse Carole et une partie de son équipe, pour nous expliquer les tenants et aboutissants de ce fameux Road movie de 1969, un an avant Woodstock, réalisé par Denis Hopper lui-même et récompensé par 5 nominations.

 Ce film est devenu depuis l’emblème de la contre-culture Américaine.

Ce n’est pas seulement un énième film sur la traversée des Etats-Unis, c’est LE film de toute une génération. Une métaphore sur la fuite vers des paradis plus doux, artificiels, un hymne à la liberté et à la différence. Peu de scénario mais un road movie qui va rapidement devenir un « bad trip » au fil des miles, à travers de magnifiques paysages désertiques, toujours aussi emblématiques, tant de fois parcourus, jusqu’aux rues historiques de la Nouvelle Orléans et une bande son juste parfaite : Jimmy Hendrix, Electric Prunes, Steppenwolf et leur fameux « Born to be wild », les Byrds, The Band, Roger McGuinn.

Le film raconte le voyage de Wyatt « Captain America » et Billy, respectivement Peter Fonda et Denis Hopper qui, après avoir vendu une quantité de drogue importante à Los Angeles, se décident à quitter la ville et entament une grande odyssée au guidon de leur chopper jusqu’au carnaval de la Nouvelle Orléans.

Le film a été tourné le long de la Route 66, entre Santa Monica, Californie et Flagstaff, Arizona.

Ils vont faire connaissance avec un Hippie qui va les inviter dans sa communauté, puis seront mis en prison pour avoir participé à un défilé sans autorisation.

Là, ils rencontreront un avocat, George Hanson, en la personne de Jack Nicholson, défenseur des droits civiques, qui va à son tour faire un bout de chemin en leur compagnie. Deux personnages assez différents l’un de l’autre : Wyatt, le plus intellectuel, en quête d’un idéal et Billy, sans contrainte ni réflexion, jouisseur de la vie.

Sur fond de meurtres, drogue (Marijuana, cocaïne et LSD,…), sexe et politique, sujets tabous par excellence, nos protagonistes fuient cette société si rigide et conventionnelle de la fin des années 60 où le choc des cultures est inévitable.

De part leur comportement rebelle et désinvolte, leur quête d’anticonformisme, leur tenue vestimentaire, cheveux au vent, langage peu châtié, un usage régulier de drogue, ils choquent et se trouvent régulièrement confrontés à la bêtise humaine.

Cette Amérique qui nous séduit tant, nous dévoile au fil des images, son côté sombre, conservateur, radical, puritain, raciste et intolérant.

Les années ont passé mais ce film reste malheureusement toujours d’actualité.

De nombreux écrivains ont dépeint cette Amérique hypocrite et bien pensante, comme

Jack Kerouac qui a parcouru les États-Unis à la recherche d'un nouveau mode de vie et le décrit si bien dans son roman « Sur la route » ou Jim Harrison dans « une odyssée Américaine ».

Philippe nous l’a livré avec sa sensibilité et sa parfaite connaissance du pays, organisant lui-même de nombreux voyages en Harley Davidson à travers les Etats-Unis, dont la fameuse traversée du sud, Easy Rider, la bien nommée.

Ca a été un agréable moment de partage. Une manière de nous replonger dans cette Amérique si paradoxale et pourtant tellement attachante. Celle dont on rêve de parcourir ou de retrouver ses longs rubans d’asphalte, ses paysages grandioses, synonymes de liberté. Liberté dont beaucoup paient le prix fort. 

 

un clic ici pour voir l'album de 35 photos

   article et photos Christine                    

Les partenaires de Legend Motorbike